Découvrir  > “Double jet-stream” : quel est ce phénomène qui cause les très fortes chaleurs en France ?

Written by 11 h 54 min Découvrir, Planete • One Comment

“Double jet-stream” : quel est ce phénomène qui cause les très fortes chaleurs en France ?

Comment expliquer la multiplication des vagues de chaleur sur l’Hexagone en juillet et août ? Les scientifiques appellent cela le “double jet-stream” et c’est lié au réchauffement climatique.

Le 09/08/2022 par Florence Santrot
champ de maïs
Un champ de maïs sec en Île-de-France. Crédit : Elena Dijour / Shutterstock.
Un champ de maïs sec en Île-de-France. Crédit : Elena Dijour / Shutterstock.

Un nouvel épisode de canicule est attendu à compter de ce mercredi 10 août avec un pic de chaleur vendredi 12 août. Les températures vont excéder les 30 degrés dans tout le pays et même parfois dépasser les 40 degrés par endroit. C’est la quatrième vague de chaleur en moins de deux mois en France. Des événements à imputer directement au réchauffement climatique, affirment nombre de scientifiques. Et à un phénomène qu’on appelle le “double jet-stream”.

Dans une étude publiée le 4 juillet dans la revue Nature, la scientifique Efi Rousi, chercheuse au Potsdam Institute of Climate Impact Research (PIK), et ses collègues expliquent les raisons des multiples vagues de chaleur qui touchent l’Europe. Cette zone du globe serait devenue “un hotspot” des canicules ces 42 dernières années. Selon les données météorologiques prélevées sur la planète depuis un demi-siècle, l’Europe se réchauffe trois à quatre fois plus rapidement que d’autres régions situées dans l’hémisphère nord, comme l’ouest américain par exemple. Un phénomène qui nous prend totalement au dépourvu.

Le “double jet-stream”, un double couloir de vents chauds

L’analyse des données indique que les vagues de chaleur européennes augmentent de manière “disproportionnée” par rapport au réchauffement global de la Terre. “Les jours de canicule montrent une augmentation moyenne sur l’Europe de +0,61 jour par décennie, contre +0,21 jour par décennie pour le reste des latitudes moyennes, ce qui constitue un taux environ trois fois plus rapide pour l’Europe”, indique l’étude. L’origine de cette exception européenne trouve ses racines dans la modification de la circulation atmosphérique.

Concrètement, il existe dans l’hémisphère nord un couloir de vents puissants circulant entre l’air froid des hautes altitudes et l’air chaud subtropical. Il se déploie d’Ouest en Est et rapporte régulièrement de l’air chaud – mais aussi parfois froid – au-dessus de l’Europe. C’est ce qu’on appelle le “jet-stream”. Or, il arrive que ce couloir de vent ralentit quelque peu et se scinde en deux au niveau de l’Eurasie. Cela crée un “double jet-stream” au-dessus de l’Europe de l’Ouest qui bloque les anticyclones (temps sec, sans nuage et ensoleillé) sur la région.

Un “double jet-stream” très souvent présent au moment des pics de chaleur

Ce phénomène tend à être de plus en plus fréquent avec le réchauffement climatique, selon les auteurs de l’étude. Et la France est au beau milieu de cette masse d’air chaud qui stagne au-dessus de nous. Toujours selon les chercheurs, la présence de “double jet-stream” coïnciderait quasiment à chaque fois avec les récentes vagues de chaleur et canicules de ces dernières années.

On peut citer l’épisode très marquant de 2003, où l’on estime que les fortes chaleurs ont provoqué quelque 70 000 morts directement et indirectement. Cette année-là, le jet-stream s’est scindé en deux début juillet et le 12 du même mois, la canicule s’est installée en Europe de l’Ouest, notamment en France. Le même phénomène s’est répété lors des fortes chaleurs de 2018, 2019 et 2020. Il est encore trop tôt pour évoquer 2022. Mais peut-on vraiment parler de corrélation. Les chercheurs restent encore prudents mais soulignent que si, en moyenne, sur l’Europe, le “double jet-stream” a contribué à environ 30 % de l’intensité des canicules entre 1979 et 2020, ce pourcentage bondit à 100 % pour l’Europe occidentale.

Les pics de chaleur et la présence du "double jet-stream" au-dessus de l'Europe de l'Ouest en 1994, 2003, 2006 et 2018. Crédit : Nature.
Les pics de chaleur et la présence du “double jet-stream” au-dessus de l’Europe de l’Ouest en 1994, 2003, 2006 et 2018. Crédit : Nature.

Des combinaisons dévastatrices

Les difficultés s’accumulent en Europe avec la combinaison de différents phénomènes qui, cumulés, décuplent les conséquences. Outre ce “double jet-stream”, le déficit d’humidité du sol et la hausse des températures à la surface de la mer font que le réchauffement climatique anthropique, principalement dû à l’augmentation des gaz à effet de serre, augmente l’intensité et la fréquence des vagues de chaleur par réchauffement direct. C’est un cercle vicieux dont il sera très difficile de se sortir.

Les scientifiques auteurs de l’étude conseillent donc de surveiller de près l’évolution des couloirs de vents au-dessus de l’Eurasie. En effet, en cas de scission du jet-stream, cela peut signifier l’arrivée très prochaine d’une nouvelle vague de chaleur qui pourrait toucher l’Europe de l’Ouest, notamment en France. Si on ne peut l’éviter dans l’immédiat, au moins pourra-t-on s’y préparer.

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et abonnez-vous à notre magazine.

Tags:

A lire aussi :