Découvrir  > Plastic Odyssey : À l’abordage de la pollution plastique

Written by 12 h 04 min Découvrir

Plastic Odyssey : À l’abordage de la pollution plastique

Cet été, le Plastic Odyssey entamera un tour du monde qui le mènera dans les villes côtières d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud, à l’origine de 90 % de la pollution plastique mondiale. Avec à son bord, un labo de pointe dédié au tri et au recyclage.

Le 19/02/2021 par Jean-Jacques Valette
Plastic Odyssey
Le Plastic Odyssey est un ancien bateau de recherche océanographique de 39 mètres, que la société a entièrement désamianté et rénové. (Crédit : Plastic Odyssey)
Le Plastic Odyssey est un ancien bateau de recherche océanographique de 39 mètres, que la société a entièrement désamianté et rénové. (Crédit : Plastic Odyssey)

Chaque minute, 19 tonnes de plastique se déversent dans la mer. Si l’on ne stoppe pas cette pollution, l’ONU prévoit qu’il y aura dès 2050 plus de déchets que de poissons dans nos océans. Pour lutter contre ce “septième continent”, de nombreux projets se sont lancés ces dernières années à l’image de Ocean Cleanup ou Sea Cleaners, qui misent sur des bateaux et des filets pour capturer cette pollution. 

Cet article a initialement été publié dans WE DEMAIN N°33, disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne

Une solution technique illusoire selon Simon Bernard, de Plastic Odyssey : “Dans les faits, moins de 1 % du plastique jeté dans les océans flotte à la surface. Le reste coule au fond ou se dissout sous la forme de microplastiques qui se diffusent ensuite dans la chaine alimentaire. Chaque semaine, vous en ingérez cinq grammes, soit l’équivalent d’une carte bancaire”, explique ce jeune officier de la marine marchande.

À lire aussi : Et si vous partiez en mer contre la pollution plastique ?

Avec l’aide de son camarade de promo de l’École nationale supérieure maritime Alexandre Dechelotte et de leur ami Bob Vrignaud, ingénieur, ils ont décidé d’attaquer ce problème à la source : dans les villes côtières des pays d’Afrique, Asie et Amérique du Sud qui sont responsables de 90 % de cette pollution marine. La faute à l’absence de structures de collecte et de recyclage… et à l’exportation des déchets occidentaux dans ces pays pauvres.

“Notre ambition, c’est d’agir sur les deux tableaux. Il faut nettoyer les erreurs du passé, mais aussi préparer un avenir zéro plastique”, détaille Simon Bernard.

Pour cela, il prépare depuis la fin de ses études en 2016, une expédition autour du monde avec un navire-ambassadeur baptisé le Plastic Odyssey.

Plastic Odyssey
Chaque minute dans le monde, 19 tonnes de plastique se déversent en mer. (Crédit : Plastic Odyssey)

Open source

C’est un ancien bateau de recherche océanographique de 39 mètres et 20 membres d’équipage, que la société a entièrement désamianté et rénové et qui s’apprête à partir à l’été 2021 pour un tour du monde de trois ans.

“À l’arrière, nous aurons 200 m2 d’espace technique dédié au recyclage et nous embarquerons plusieurs tonnes de machines capables de nettoyer, trier, broyer et transformer les déchets plastiques”, ajoute Bob Vrignaud, le responsable technique de l’expédition.

Des machines que l’équipage a conçues lui-même en s’inspirant de ce qui se fait dans l’industrie, mais en en simplifiant les plans afin de permettre à n’importe quel bricoleur équipé d’outils basiques de les reproduire lui-même.

Plastic Odyssey
Arsenal low-tech : Capables de nettoyer, trier, broyer et transformer les déchets plastiques, ces machines ont été conçues pour être très simples à réparer. (Crédit : Plastic Odyssey)

Une initiative open source et low tech, qui n’est pas sans rappeler Precious Plastic, lancée en 2013 par le designer hollandais Dave Hakkens. “La différence est surtout une question d’échelle”, explique Bob Vrignaud. “Leur extrudeuse fait 30 centimètres, la nôtre deux mètres et 300 kilos. Au lieu de quelques kilos de déchets, c’est plusieurs centaines que nous pouvons traiter par jour, ce qui fait beaucoup plus sens économiquement. Vous pourrez ainsi produire par exemple de petits objets du quotidien, mais aussi des briques, des tuiles ou de l’isolant à partir de déchets. Ce qui créera une vraie incitation à les collecter. Et nos machines sont même parfois moins chères à construire que celles de Precious Plastic, car elles n’exigent pas d’outils compliqués comme la découpe laser, mais un simple poste à souder et une meuleuse d’angle. Notre broyeuse est notamment inspirée d’un modèle utilisé par les biffins du Caire et ne coute que 1000 euros à construire.”

Carburant recyclé

À côté de la broyeuse et de la presse à injection trône la fierté de l’équipage : une machine à pyrolyse capable de transformer le plastique en carburant et qui permettra à terme d’alimenter le navire pour son tour du monde.

“Avec un kilo de déchets plastiques, vous pouvez faire un litre de carburant, dont 75 % de diésel et 25 % de kérosène”, détaille Simon Bernard. Mais n’est-ce pas polluant de bruler ce plastique et donc d’émettre du carbone au lieu de le laisser séquestré ? “Nous avons mené des analyses de cycle de vie, à Haïti par exemple, et découvert que recycler est parfois plus polluant, notamment si l’électricité provient de centrales à charbon. Et c’est parfois impossible, si le plastique est souillé de déchets alimentaires par exemple. Comparé au diésel classique, le nôtre contient beaucoup moins de particules fines et de produits nocifs comme le souffre.”

Plastic Odyssey
Fort d’un équipage de 20 membres, le Plastic Odyssey partira à l’été 2021 pour un tour du monde de trois ans. (Crédit : Plastic Odyssey)

Si la technologie est au point, l’équipe de Plastic Odyssey doit encore naviguer dans les méandres de l’administration pour obtenir le droit d’utiliser ce carburant. Un comble, alors que le fioul utilisé dans la marine est le plus polluant au monde  !

Mais il ne suffit pas de nettoyer les déchets du passé, il faut aussi construire le monde d’après. Et la vie à bord se voudra exemplaire, avec une cuisine et des salles de bain zéro-déchet ainsi qu’un système de potabilisation de l’eau conçu par l’entreprise lyonnaise InovaYa, qui leur permettra de se passer d’eau en bouteille. “Tous les navires ont des citernes d’eau potable, mais celle-ci est tellement chlorée que les marins préfèrent emporter de l’eau minérale”, se désole Simon. Un armateur français les aurait déjà contactés pour expérimenter cette technologie.

Sciences sociales

Le bateau embarquera également une exposition mobile dédiée aux alternatives au plastique, qu’ils pourront présenter lors de leurs escales. “Nous ne voulons pas apporter nos solutions de façon coloniale, mais les adapter aux besoins des acteurs locaux, enregistrer leurs témoignages et partager les bonnes initiatives que nous découvrirons lors de notre tour du monde”, explique Simon Bernard.

Autre originalité du projet, le navire embarquera également des chercheurs en sciences sociales. “Il ne suffit pas de dire qu’il faut bannir le plastique. Il faut aussi comprendre pourquoi les gens l’utilisent. Au Maroc, tous les sacs sont noirs car les gens sont pudiques et n’aiment pas montrer leurs achats. En Asie, c’est un symbole d’hygiène. Ailleurs, avoir des déchets plastiques est un signe de richesse”, énumère Simon ­Bernard.

“L’aspect technologique de notre projet, avec notamment le bateau qui tourne au carburant de plastique, est très bon pour la communication et la recherche de financements, mais parfois ce sont les actions moins spectaculaires qui ont le plus d’impact. Et c’est grâce au premier que nous pouvons financer le second”. La technologie ne sauvera donc pas seule le monde, la sociologie aussi devra y contribuer.

Rendez-vous dans le prochain numéro de la revue et sur notre site pour découvrir les suites de cette expédition, dont WE DEMAIN est partenaire.

Tags:

A lire aussi :

  • Recette de fêtes : sauvez l’océan, mangez des oursins !

    Ralentir

    Recette de fêtes : sauvez l’océan, mangez des oursins !

    Ses prédateurs sont affaiblis par les activités humaines, alors l’oursin prolifère et dévore des écosystèmes vitaux pour la biodiversité et les océans. Et si nous l’avalions à notre tour pour tenter de rétablir l’équilibre  ? Voici une recette originale et parfaite pour les fêtes.
  • Participez à une éco-aventure pour nettoyer le littoral méditerranéen français

    Ralentir

    Participez à une éco-aventure pour nettoyer le littoral méditerranéen français

    La Méditerranée ne représente qu’1 % des eaux marines du globe mais reste la mer la plus polluée du monde. Pour agir à son échelle et sensibiliser la population, Anaëlle Marot a lancé le projet Azur. Objectif : nettoyer 1 000 km de côtes, à vélo et en kayak, grâce à des collectes participatives.
  • Under the pole : un habitat sous-marin pour étudier les coraux

    Découvrir

    Under the pole : un habitat sous-marin pour étudier les coraux

    IIs ont construit une cabine permettant de rester 3 jours sous l'eau, découvert les coraux les plus profonds au monde, et étudient l'impact du réchauffement sur la vie sous-marine : les fondateurs du projet Under the pole poursuivent leurs explorations. Et nous partagent leurs découvertes en vidéo.