Découvrir  > L’Amérique de Trump vue par deux photographes de l’agence Magnum

Written by 13 h 40 min Découvrir

L’Amérique de Trump vue par deux photographes de l’agence Magnum

En Californie, le taux de chômage atteignait les 24 % en mai. Face à la paupérisation, au Covid-19 au mouvement Black Lives Matter, les partisans de Donald Trump ont le sentiment que “leur Amérique” est menacée. Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti, membres de la prestigieuse agence Magnum, livrent leur regard pour WE DEMAIN.

Crédit : Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti
Crédit : Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti

Retrouvez ce reportage en intégralité dans WE DEMAIN n°31. Un numéro toujours disponible sur notre boutique en ligne

Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti vivent et travaillent à Petaluma, dans la baie de San Francisco. Pour We Demain, ces deux photographes de l’agence Magnum, lauréats de plusieurs prix, ont tenté un portrait sensible de l’Amérique de Trump par le biais de leur voisinage immédiat, au début du mois de juillet.

L’idée leur est venue en découvrant des réactions outragées après le vol d’un pot de fleurs devant la maison d’une voisine, sur le réseau social Nextdoor. De proche en proche, ils sont ainsi entrés en contact avec les gens qui peuplent ce reportage, pour beaucoup déçus par les démocrates, défiants et inquiets.

Ce garçon des environs de San Francisco est parti se confiner avec sa famille à Dillon Beach, à une quarantaine de kilomètres de San Francisco. Crédit : Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti
Un voisin qui ne souhaite pas être nommé montre à la photographe Alessandra Sanguinetti comment utiliser une arme de poing, pendant que Jim Goldberg capture ce moment. Crédit : Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti
Une bonne partie de la famille de Garnet, qui pose ici avec son mari, a fait carrière dans la police, l’armée ou au FBI. Elle déplore les manifestations contre les violences policières et le mouvement Black Lives Matter. Quant au Covid-19, elle a son idée sur la question : “Vous savez, je pense que le Covid pourrait être une expérience qui a mal tourné, en Chine. Je veux dire, je ne pense pas que ce soit un accident total. Presque toutes les maladies viennent de Chine. Je pense que c’est très étrange que pendant les années électorales les choses se passent comme ça.” Crédit : Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti
Une boutique de seconde main à Santa Rosa. La Californie, locomotive de l’économie américaine, a été heurtée de plein fouet par la pandémie : le chômage, quasiment inexistant auparavant, s’est envolé à 24 % en mai. Crédit : Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti
Pour le week-end du 4 juillet (jour de la fête nationale), Kayla est partie se baigner au célèbre lac Tahoe, à 300 km de San Francisco. “Je pense que toute cette affaire de Covid a été exagérée, dit-elle. En plus, il y en a qui disent que c’est le gouvernement qui a créé tout ce truc autour de la mort de George Floyd, et que les manifestations de Black Lives Matter étaient un moyen de détourner l’attention du coronavirus.” Crédit : Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti
Joel pose chez lui, avec son drapeau en faveur de Donald Trump et son t-shirt de “tueur de communiste”. Habituellement, il travaille dans un restaurant appartenant à sa famille depuis deux générations. Pendant la pandémie, ils ont dû fermer et licencier tous les employés. Pour lui, “tout cela est exagéré, c’est un plan pour renverser le gouvernement”. Il a peur qu’il n’y ait plus de célébration du 4 juillet si Trump n’est pas réélu en novembre. Crédit : Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti
Jennifer a perdu son fils en 2016. Un meurtre. Depuis, elle avoue s’être beaucoup battu. Contre le suicide, contre l’addiction, le divorce aussi. Aujourd’hui, elle craint pour l’intégrité de son pays.
“Je ne sais pas qui essaie de détruire l’Amérique, dit-elle. Ils essaient de détruire le capitalisme. La Chine contrôle Microsoft, et Bill Gates avait un laboratoire en Chine. Nous sentons tous que quelque chose se passe, mais personne ne sait d’où vient ce virus. Et maintenant les manifestations [après la mort de George Floyd, en mai], eh bien, je pense que ceux qui sont derrière sont des petits groupes comme Antifa. Je pense que le mouvement Black Lives Matter a été utilisé par les anti-Américains pour diviser le pays. Drôle de période.” Crédit : Jim Goldberg et Alessandra Sanguinetti

Tags:

A lire aussi :

Close