Découvrir  > Une ferme agricole de 3 600 mètres carrés dans un parking sous terrain parisien

Written by 16 h 03 min Découvrir

Une ferme agricole de 3 600 mètres carrés dans un parking sous terrain parisien

L’unique ferme certifiée bio de Paris se trouve dans un parking souterrain. 3 600 mètres carrés de champignons, d’endives ou encore de micropousses !

Le 06/10/2017 par Sofia Colla
(Crédit : Cycloponics)
(Crédit : Cycloponics)

Depuis quelques semaines, un nouvel espace d’agriculture urbaine est en train de pousser sous la capitale. Telles des petites fourmis, les équipes de la start-up Cycloponics lancent la production de champignons et de micropousses au niveau moins deux du parking d’un HLM porte de la Chapelle, dans le 18ème arrondissement de Paris. 

Baptisé La Caverne, cet espace de 3 600 mètres carrés abritera l’unique ferme agricole certifiée bio de Paris ! Dans ce monde souterrain sont cultivées des plantes n’ayant pas besoin de beaucoup de lumière, comme ces champignons : des pleurotes, des shiitake ou des champignons de Paris, qui font leur retour dans la capitale.
 
La Caverne abrite également des micropousses, de très jeunes légumes dont on consomme la tige et les feuilles. Ces dernières nécessitent plus de lumière pour leur photosynthèse, leurs bacs sont donc composés de LED à très faible consommation d’énergie.
 
Chaque plantation dispose d’une installation particulière. Le système développé par Cycloponics a été baptisé “maraîchage cavernicole”

“Nous utilisons l’aquaponie pour certaines cultures, la cultures sur paille ou substrat de chanvre pour d’autres”, précise Théo Champagnat, l’un des concepteurs du projet.

 
Cette ferme urbaine n’a vu le jour que depuis un mois. Seulement 10 % de l’espace est pour le moment exploité. La production d’endives est prévue le mois prochain et d’autres végétaux, tels que les herbes aromatiques ou la salade, devraient également être plantés dans les semaines à venir.

Rester en circuit court

Pour le moment, les productions sont vendues à des marchés, des services en ligne de panier repas, des AMAP ou des restaurateurs. Elles sont bien sûr livrées à vélo. 

La Caverne se veut ancrée dans la vie de son quartier, et délivre des paniers “à tarif préférentiel” aux résidents des 300 logements sociaux de l’immeuble où se situe le parking, explique Théo Champagnat, chargé de la production et la commercialisation.
 
Cycloponics embauche également localement. Un des salariés fait même partie de la résidence. 

Pour le moment, il n’est pas possible de commander directement son panier à la start-up. Mais elle compte organiser, d’ici la fin du mois, des visites de la ferme une fois par semaine, avec une vente de produits à la fin. Les paniers seront vendus entre 5 et 15 euros en fonction de leur contenu. 

Cette ferme souterraine n’est pas unique en France, la start-up en a déjà ouvert une il y a six mois dans un ancien bunker de 200 m2 à Strasbourg. Et elle ne compte pas s’arrêter là !

Un site est en cours d’installation à Bordeaux, dans la cave d’un immeuble de logements sociaux. Il devrait ouvrir ses portes au premier semestre 2018.

Tags:

A lire aussi :

  • Un ancien cadre de l’agro-industrie révèle la face cachée du bio

    Déchiffrer

    Un ancien cadre de l’agro-industrie révèle la face cachée du bio

    Faut-il faire confiance aux produits biologiques ? Fraudes, manque de contrôle, marges abusives… Dans son livre-enquête qui paraît ce mercredi en librairie, Christophe Brusset, ancien cadre de l'agro-industrie, révèle les dérives d’un secteur en pleine croissance.
  • Ce couple va créer la première “ferme papetière” française

    Découvrir

    Ce couple va créer la première “ferme papetière” française

    En France, seule une dizaine de papetiers fabriquent encore leur papier à la main. Parmi eux, Laurence et Bruno Pasdeloup, qui ont misé sur le recyclage de déchets agricoles. Le couple souhaite désormais ouvrir une "ferme papetière" pour produire sa propre matière première.
  • Pourquoi le contenu de votre assiette peut favoriser la propagation des épidémies

    Déchiffrer

    Pourquoi le contenu de votre assiette peut favoriser la propagation des épidémies

    Alors que la Covid-19 continue de faire des victimes dans le monde, un nouveau virus apparaît dans les élevages porcins en Chine : le G4, un dérivé de la grippe H1N1. Ces virus, qui se transmettent de l'animal à l'Homme, entrent dans la catégorie des zoonoses. Nos modes de production alimentaires basés sur l'élevage intensif ont une véritable responsabilité dans leur propagation.