Inventer  > Cette famille a transformé un vieux combi Volkswagen en maison autosuffisante

Written by 16 h 02 min Inventer, Ma maison demain

Cette famille a transformé un vieux combi Volkswagen en maison autosuffisante

La famille Belan parcourt les États-Unis à bord d’un combi Volkswagen de 1973. Sa particularité : il ne consomme pas d’essence mais de l’électricité produite par des panneaux solaires.

Le 24/05/2017 par Julie Jeunejean
à€ l’intérieur du véhicule, Kira Belan a aménagé une cuisine avec tout le nécessaire pour cuisiner (Crédit : Solar Electric VW Bus)
à€ l’intérieur du véhicule, Kira Belan a aménagé une cuisine avec tout le nécessaire pour cuisiner (Crédit : Solar Electric VW Bus)

Descendre la côte pacifique à bord d’un van autosuffisant, c’était le rêve de Brett, ingénieur en génie mécanique, et de Kira Belan, créatrice de produits cosmétiques biologiques. Un pas de plus vers l’indépendance pour cette famille écolo de la ville d’Ashland dans l’Oregon qui produit son énergie domestique depuis six ans.

En 2016, Brett Belan achète un combi Volkswagen de 1973 pour le transformer en véhicule électrique solaire. Ce n’est pas le premier projet de conversion de Brett Belan — cet ingénieur a déjà équipé une voiturette de golf de panneaux solaires —, mais c’est le plus ambitieux.

Le choix de ce van n’est pas un hasard. En plus d’être symboliquement associé au voyage et à la convivialité, il possède une  toiture d’une taille suffisamment grande pour y fixer quatre panneaux photovoltaïques à un cadre en aluminium.

Deux vérins permettent de l’incliner jusqu’à 40° pour capter l’énergie solaire avec efficacité. L’électricité produite est ensuite stockée dans des batteries premier prix au plomb, installées en série dans une boîte faite sur mesure, logée sous la banquette arrière du véhicule.

Some days we have no choice but to plug in! 🙂 #snowday #solarelectricvwbus #EV #electriccar #vw #volkswagen #vanlife

Une publication partagée par Solar Electric VW Bus (@solarelectricvwbus) le 4 Janv. 2017 à 15h12 PST

Il faut environ une journée pour charger complètement la batterie, en fonction de la durée du jour et de l’emplacement géographique du combi. Ce dernier peut également être chargé au réseau s’il n’y a pas assez de soleil.

Un véhicule nomade pour descendre la côte californienne

Sous les panneaux photovoltaïques, le couple a eu l’idée d’installer une tente de toit pour y dormir.  Une fenêtre leur permet de d’observer le paysage.

À l’intérieur du véhicule, Kira Belan a aménagé une cuisine avec tout le nécessaire pour y vivre : une table, un évier, un petit réfrigérateur et une plaque chauffante électrique. Un luxe généralement impossible pour les propriétaires de camping-car, faute d’énergie suffisante.

Coût total de la rénovation : 22 300 euros environ.

Depuis juillet 2016, le couple et ses deux filles — Lyric âgée de 8 ans et Brook âgée 5 —, ont quitté leur petite ville pour parcourir les États-Unis à bord de leur véhicule, qui peut  parcourir jusqu’à 80 kilomètres par jour.

Ce voyage, “est une occasion pour nous de ralentir, de jouer de la musique, de profiter de la nature et surtout de notre famille”, explique  Brett Belan sur le blog familial Solar Electric VW Bus.

Ils comptent entamer maintenant la “phase deux” de leur voyage, en équipant leur combi Volkswagen de batteries lithium-ion qui leur
permettront de parcourir cette fois-ci jusqu’à 160 kilomètres par jour !

Tags:

A lire aussi :

  • Construire sa maison de rêve… dans les Sims ou Animal Crossing

    Découvrir

    Construire sa maison de rêve… dans les Sims ou Animal Crossing

    Certains jeux vidéo offrent la possibilité de décorer une maison virtuelle du sol au plafond. Une fonctionnalité qui attire l’attention des professionnels de l’architecture et du design.
  • Comment le confinement nous force à repenser notre “chez-soi”

    Ma maison demain

    Comment le confinement nous force à repenser notre “chez-soi”

    Le confinement limite désormais notre univers aux frontières de notre seul logement. Traditionnel refuge, la maison se voit envahie par le travail, l'extérieur et les soucis. Une situation compliquée pour les plus mal-logés, qui appelle à la créativité et à repenser notre façon d'habiter.
  • À Bordeaux, ils lancent le premier réseau urbain de toilettes sèches

    Découvrir

    À Bordeaux, ils lancent le premier réseau urbain de toilettes sèches

    35 foyers bordelais membres de l'association La Fumainerie ont décidé de passer aux toilettes sans eau : leurs déjections seront collectées en vélo-cargo puis transformées en engrais. Une initiative pionnière suivie par des scientifiques pendant deux ans.