Inventer  > Coronavirus : des maisons de quarantaine imprimées en 3D

Written by 17 h 08 min Inventer, Ma maison demain

Coronavirus : des maisons de quarantaine imprimées en 3D

En Chine, fortement touchée par le Covid-19, des maisonnettes imprimées en moins de deux heures permettent d’héberger les personnes en quarantaine, de désengorger les hôpitaux, et de limiter l’expansion de l’épidémie.

Le 05/03/2020 par Pauline Vallée
Elles sont conà§ues pour résister à  des catastrophes naturelles comme les tremblements de terre. (Crédit : Winsun)
Elles sont conà§ues pour résister à  des catastrophes naturelles comme les tremblements de terre. (Crédit : Winsun)

Alors que le Covid-19 continue son expansion dans le monde, les hôpitaux doivent gérer une forte affluence de personnes contaminées ou présumées contaminées. Une promiscuité qui peut ensuite favoriser la propagation du virus.

Pour limiter les risques, l’hôpital de Xianning, situé dans la province de Hubei en Chine, s’est doté de maisonnettes d’isolement atypiques : ces maisons de 10 mètres carrés  ont été bâties en moins de deux heures à l’aide d’une imprimante 3D par l’entreprise chinoise Winsun. Elle hébergent les personnes en quarantaine et le personnel médical.

Chaque unité comprend les commodités de base (douche, toilettes), l’air conditionné, pour un prix unitaire de 20 000 yuans, soit environ 2 577 euros. La structure a été imprimée à partir d’un mélange de déchets industriels et de matériaux de construction recyclés . Elle est conçue pour résister aux tremblements de terre et aux vents violents.

Après la livraison d’un premier lot d’une quinzaine de maisonnettes mi-février, l’entreprise annoncé l’impression de 200 unités supplémentaires. “Outre ces circonstances particulières, elle peuvent être utilisés comme des maisons de refuge ou des salles de soins”, souligne Winsun sur son site web .

L’impression 3D : une technique de fabrication adaptée aux cas d’urgence

Ce n’est pas la première fois que l’impression 3D est utilisée pour concevoir des habitats d’urgence. Sa rapidité , couplée à son coût modeste et la possibilité de personnaliser entièrement les logements, en font une solution très pratique dans des situations de crise (catastrophes naturelles, conflits armés, épidémies…). 

En Amérique latine, 400 familles modestes ont ainsi pu accéder à des maisons imprimées en 3D, bâties en moins de 24 heures par l’entreprise Icon en collaboration avec FuseProject et NewStory.

À Nantes, des chercheurs ont mis au point une imprimante 3D grand volume spécialisée dans la construction d’habitat d’urgence humanitaire. La machine est capable de fabriquer en moins de 30 minutes un habitat d’urgence de trois mètres sur sept. Un système qui a permis la construction en 2018 du premier logement social imprimé en 3D  en France.

Tags:

A lire aussi :

Close