Inventer  > Le esport aux Jeux olympiques ? Ça se précise

Written by 16 h 12 min Inventer • 3 Comments

Le esport aux Jeux olympiques ? Ça se précise

Le directeur des sports du Comité international olympique a annoncé que certains esports pourraient être médaillables dès les JO de 2028, à Los Angeles.

Le 01/06/2021 par Alice Pouyat
La simulation de cyclisme Zwift est un esport déjà très développée. Les amateurs y pédalent sur un hometrainer connecté à un monde virtuel.
La simulation de cyclisme Zwift est un esport déjà très développée. Les amateurs y pédalent sur un hometrainer connecté à un monde virtuel.(Crédit : Zwift)
La simulation de cyclisme Zwift est un esport déjà très développée. Les amateurs y pédalent sur un hometrainer connecté à un monde virtuel.(Crédit : Zwift)

Le esport marque de nouveaux points. Mardi 1erjuin, le directeur des sports du Comité international olympique (CIO) Kit McConnell a en effet annoncé que l’organisation envisage de rendre certains sports virtuels médaillables dès les Jeux de 2028 à Los Angeles. 

“Le programme olympique de Paris 2024 est déjà finalisé (…). Mais on ouvre la porte pour intégrer l’une de ces formes de sport virtuel dans le programme olympique à Los Angeles”, a-t-il expliqué dans un podcast sur l’esport réalisé par L’Equipe et France Info. 

Kit McConnell précise toutefois que seuls seraient concernés “des formes électroniques de sports traditionnels”.

Cyclisme, aviron et taekwondo

Il cite par exemple la simulation de cyclisme Zwift. Une discipline déjà très développée qui a noué un partenariat avec l’Union cycliste internationale. Les amateurs y pédalent seuls ou en groupe sur un hometrainer connecté à un monde virtuel.

Le responsable du CIO évoque aussi l’aviron, ainsi que la course à pied… Ou encore le taekwondo. “Initialement, ce sont des technologies développées pour l’entraînement. Mais il y a une ‘gamification’ possible autour de cela”, estime-t-il.

En revanche, des jeux très populaires de combat ou de stratégie sont pour l’heure exclus. C’est le cas de League of Legends, Fortnite ou Counter-Strike, les plus pratiqués au monde. Ce, car ils n’ont pas de pendant dans le monde réel. 

A LIRE AUSSI : Jeux olympiques et climat : les athlètes se préparent à souffrir

Rapprochement entre JO et esport

Des déclarations qui marquent une nouvelle reconnaissance du succès du esport. Une pratique qui s’est encore développée pendant la pandémie. Et qui actent un rapprochement progressif avec les compétitions officielles. 

En octobre 2017, le CIO avait déjà reconnu que la pratique d’un esport demandait des entraînements “[d’]une intensité comparable à ceux des athlètes d’autres sports plus traditionnels”.

En 2018, un tournoi de Starcraft avait eu lieu en marge des JO d’hiver en Corée du Sud. Et un tournoi encore plus important est organisé cette année jusqu’au 23 juin, en prélude des JO de Tokyo : les “Olympic Virtual Series”. Au programme, des simulations d’aviron, de cyclisme, ou de baseball. Une façon pour le CIO et les fédérations, inquiets du désintérêt des jeunes pour les sports traditionnels, de toucher un nouveau public.

Inscrivez-vous à la newsletter de WE DEMAIN

Tags:

A lire aussi :

  • Deux nouveaux sports aux Jeux paralympiques de Tokyo

    Découvrir

    Deux nouveaux sports aux Jeux paralympiques de Tokyo

    Tout comme pour les Jeux olympiques, les Jeux paralympiques de Tokyo comptent deux nouvelles disciplines : le parataekwondo et le parabadminton qui font leur entrée aux Jeux. Deux sports dans lesquels des Français visent l’or.
  • De basketteur à jardinier, découvrez trois robots des JO

    Découvrir

    De basketteur à jardinier, découvrez trois robots des JO

    Dans le pays de la technologie, à l’occasion des JO de Tokyo, les spectateurs ont pu découvrir des robots insolites. Basketteur ou jardinier zen, découvrez trois innovations qui ont émerveillé le public.
  • Les JO de Tokyo, médaille d’or de l’écologie ?

    Déchiffrer

    Les JO de Tokyo, médaille d’or de l’écologie ?

    Avec ses lits en carton, sa flamme à l’hydrogène, et surtout grâce à l’absence de visiteurs, les JO de Tokyo pourraient être les moins polluants de l’histoire.