Découvrir  > Le jeu vidéo : l’un des secteurs gagnants de la crise sanitaire

Written by 16 h 17 min Découvrir • 2 Comments

Le jeu vidéo : l’un des secteurs gagnants de la crise sanitaire

Durant cette année Covid, peu de loisirs étaient facilement accessibles. Le jeu vidéo en a tiré profit. En 2020, son marché a connu une progression, dopée également par quelques innovations.

Le 02/04/2021 par Sofia Colla
Jeux vidéos et pandémie
Le secteur du jeu vidéo a progressé de 5,3 milliards d’euros durant l’année 2020. (Crédit : Shutterstock)
Le secteur du jeu vidéo a progressé de 5,3 milliards d’euros durant l’année 2020. (Crédit : Shutterstock)

Tout le monde ne sort pas perdant de la pandémie. L’année 2020 a par exemple marqué l’essor du vélo ou du jeu vidéo. En France, le chiffre d’affaires du secteur a progressé de 11,3 %, c’est-à-dire de 5,3 milliards d’euros en un an, selon un récent rapport du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL). Les Français ont donc plus dépensé pour des jeux vidéo que pour des livres (le chiffre d’affaires du secteur s’élève à 3,9 milliards d’euros en 2020, d’après l’institut GfK). 

Et pour cause, lors de cette année particulière, il a été plus difficile de se divertir et le jeu vidéo est resté l’un des loisirs accessibles à tous. Les Français y ont donc consacré plus de temps : en moyenne 8h54 par semaine, ce qui constitue une augmentation d’1h30 par rapport à l’année 2019.

Confinement et nouveaux jeux

Cette progression peut aussi s’expliquer par l’arrivée de nouvelles consoles et jeux attendus comme Animal Crossing (1,08 million de jeux vendus), qui avait d’ailleurs causé la rupture de stock de la console associée, la Nintendo Switch, lors du premier confinement, ou Fifa 21 (jeu le mieux vendu avec 1,324 millions d’exemplaires écoulés). Pour la première fois, la FIFA a d’ailleurs gagné plus d’argent en 2020 grâce aux jeux vidéo que via les compétitions. 

À lire aussi : Animal Crossing, nouveau foyer (mignon) de la contestation

Au total, ce sont 2,3 millions de consoles qui se sont vendues l’année passée, ainsi que 27,5 millions de jeux et près de 7 millions d’accessoires. 

“L’année 2020 fut une année singulière en raison du contexte sanitaire inédit et d’une actualité très riche pour le secteur. Le marché du jeu vidéo a confirmé les grandes tendances que nous avions identifiées”, note Julie Chalmette, Présidente du SELL. “Cette année a également vu l’essor de nouveaux usages, comme le cloud gaming, qui constituent de formidables relais de croissance pour l’industrie.”

Le marché du mobile a également participé à la progression du jeu. Ce dernier a connu “un niveau historique”, selon le SELL, en atteignant 1,42 milliards d’euros, devançant même l’écosystème PC (1,18 milliard d’euros). En effet, le jeu représente 43 % des téléchargements, toutes applications confondues, et 67 % des dépenses des consommateurs.  

“En parallèle de ces performances, l’année 2020 aura marqué un changement dans le regard porté sur le jeu vidéo. Il s’impose désormais comme un média positif offrant de multiples opportunités au-delà de sa fonction première de divertissement”, écrit le SELL. 

À lire aussi : Comment Fortnite change les règles du jeu

Tags:

A lire aussi :

  • Amazonie : À la chasse aux médicaments du futur

    Découvrir

    Amazonie : À la chasse aux médicaments du futur

    Les remèdes issus d'Amazonie sauvent déjà des millions de vies. Mais les plantes, animaux et savoirs ancestraux des populations de cet "enfer vert" n’ont révélé qu’une petite partie de leurs secrets... À l’heure des biotechnologies, les espoirs sont grands, à la mesure de l’avidité des entreprises à privatiser le vivant.
  • “Instaurons un quota de jeunes dans la direction des instances publiques”

    Debats-opinions

    “Instaurons un quota de jeunes dans la direction des instances publiques”

    TRIBUNE. La délégation française des jeunes aux sommets des G7 et G20 appelle à des réformes éducatives et démocratiques profondes pour construire le monde post-Covid.
  • “Avec notre rapport à l’animal, on entre dans une ère de pandémies”

    We-Demain-Info-Partenaire

    “Avec notre rapport à l’animal, on entre dans une ère de pandémies”

    Quel est l’impact du réchauffement, de la biodiversité et des comportements humains dans la propagation des maladies infectieuses ? Telles sont les questions étudiées en Afrique australe par la chercheuse Eve Miguel. Interview.