Inventer  > Le premier drone-pirate de l’air

Written by 16 h 54 min Inventer

Le premier drone-pirate de l’air

En réaction à l’annonce par Amazon de livraisons par drones, un ancien hacker a mis au point un drone capable de prendre le contrôle de ses congénères en plein vol.

Le 10/12/2013 par WeDemain
Des haies dans le Bocage Normand pour signaler les champs bio (Crédit : Pinterest)
Des haies dans le Bocage Normand pour signaler les champs bio (Crédit : Pinterest)

« Skyjack est un drone conçu pour traquer, hacker et s’emparer des autres drones via wifi, afin de créer une armée de drones zombies à vos ordres ». Le ton est donné sur le site de l’ex-hacker Samy Kamkar. Reconverti dans la sécurité informatique, l’homme vient de démontrer qu’il était possible de détourner en plein vol un A.R.Drone 2.0 de la marque Parrot, l’un des modèles civils les plus courants, pour en faire ce que l’on veut.
 
Sa présentation intervient en réaction à l’annonce d’une prochaine livraison par drones d’Amazon, début décembre. Le communiqué avait mis en effervescence les médias, beaucoup d’experts estimant que de tels coursiers volant poseraient de sérieux problèmes de sécurité et seraient rapidement interdits par la loi. Samy Kamkar affirme ainsi à Futura-Sciences vouloir « mettre la pression » aux fabricants.
 
[Vidéo : Samy Kamkar explique comment transformer un drone en pirate de l’air]

Car pour l’ancien hackers, d’autres pirates informatiques pourraient répéter l’opération. Quelques logiciels, un PC classique, une antenne Wi-Fi et une puce sont suffisants pour créer son drone-pirate. Skyjack commence par interrompre la connexion entre le drone et son propriétaire initial, avant de prendre totalement la main sur son pilotage. « Il ne faut que quelques secondes pour prendre le contrôle d’un drone, affirme Samy Kamkar. À partir du moment où l’on se trouve à portée, on peut détourner entre 10 et 20 drones par minute. »
 
Le développement des engins aériens commence à inquiéter. Entre de mauvaises mains, ils pourraient servir de caméra espionne voire, pire, être détournés à des fins terroristes. À Shanghai, les autorités aériennes ont tranché. Elles ont récemment assignée à résidence la flotte de drones d’un pâtissier qui les utilisait pour livrer des gâteaux aux jeunes couples fortunés. Il faudra décidément patienter encore un peu avant d’arrêter de faire ses courses par voie terrestre.
 

Tags:

A lire aussi :

  • TindAIR : rencontre de drones et taxis volants à Bordeaux et Toulouse

    Inventer

    TindAIR : rencontre de drones et taxis volants à Bordeaux et Toulouse

    Comment faire coexister drone et taxis volants, demain de plus en plus nombreux ? Des tests sont lancés à Bordeaux et Toulouse, via le projet TindAIR.
  • Coronavirus : des drones et des robots pour combattre l’épidémie

    Inventer

    Coronavirus : des drones et des robots pour combattre l’épidémie

    Le virus COVID-19 ou "coronavirus" continue de se propager à l'échelle mondiale. Si des gestes simples (se laver les mains, porter un masque) permettent de limiter la contagion, certains pays, en particulier la Chine, misent aussi sur les nouvelles technologies, comme les robots ou la reconnaissance faciale.
  • Comme un cormoran, ce drone peut voler mais aussi aller sous l’eau

    Découvrir

    Comme un cormoran, ce drone peut voler mais aussi aller sous l’eau

    Retrouvez toute notre sélection We Tech dans la revue We Demain n°25, disponible en kiosque, en librairie et sur notre boutique en ligne.  Une multitude de drones savent voler et d’autres (beaucoup plus rares) sont capables d’aller sur (ou sous) l’eau. Spry est le premier engin capable de faire les deux. Il vole (jusqu’à 70 …