Inventer  > Mirror Line : un projet d’immeuble de… 120 km en Arabie Saoudite

Written by 13 h 24 min Inventer

Mirror Line : un projet d’immeuble de… 120 km en Arabie Saoudite

5 millions d’habitants, 490 mètres de haut, 120 kilomètres de long et un train à grande vitesse pour aller en 20 minutes d’un bout à l’autre de cette ville linéaire.

Le 26/07/2022 par Florence Santrot
Mirror Line
Le projet "Mirror Line" nécessitera sans doute 50 ans pour sortir de terre et être finalisé. Crédit : Morphosis Architects.
Le projet "Mirror Line" nécessitera sans doute 50 ans pour sortir de terre et être finalisé. Crédit : Morphosis Architects.

5 millions de voisins, ça vous tente ? En Arabie Saoudite, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a décidé de laisser son empreinte sur le sol aride du nord-ouest du pays. Et il ne veut pas faire les choses à moitié. À l’instar des pharaons avec leur pyramides en Égypte, qu’il veut supplanter, il vient de lancer le coup d’envoi d’un projet architectural colossal. Une ville-immeuble linéaire baptisée Mirror Line, indique le Wall Street Journal.

Il s’agit ni plus ni moins de deux immenses barres d’immeubles parallèles et espacées de 200 mètres. Elles seront hautes de près de 490 mètres, quand la tour Eiffel fait 300 mètres de haut et l’Empire State Building, 380 mètres. Et elles devraient donc s’étendre sur 120 kilomètres à travers le désert et les montagnes d’Arabie Saoudite. Avec, au bout, une marina en bord de mer, sur le golfe d’Aqaba. L’ensemble immobilier pourra accueillir jusqu’à 5 millions de personnes. Le budget ? 1 billion d’euros au bas mot.

Vue de face du projet "Mirror Line", avec sa marina au bord du golfe d'Aqaba. Crédit : DR.
Vue de face du projet “Mirror Line”, avec sa marina au bord du golfe d’Aqaba. Crédit : Morphosis Architects.

Rendez-vous en 2030… ou dans 50 ans

Les designers du projet, du cabinet Morphosis Architects, estiment qu’il faudra 50 ans pour venir à bout de la construction de ce projet pharaonique. Mais le prince Mohammed bin Salman a indiqué qu’il souhaitait que les bâtiments soient prêts pour… 2030. Et veut en faire une véritable aérotropolis, c’est-à-dire une “ville” construite autour d’un aéroport.

Il est aussi prévu un système de transport permettant d’aller d’un bout à l’autre du bâtiment en seulement 20 minutes. Cela sera rendu possible grâce à un train à grande vitesse (sans doute type Hyperloop) installé sous les bâtiments. En outre, le projet a été pensé pour tout soit accessible en seulement 5 minutes de marche dans chaque “quartier”. L’immeuble sera en effet construit en modules dupliqués les uns à côté des autres.

L'espace entre les deux bâtiments mesurera environ 200 mètres. Suffisant pour y installer un terrain de football. Crédit : Morphosis Architects.
L’espace entre les deux bâtiments mesurera environ 200 mètres. Suffisant pour y installer un terrain de football. Crédit : Morphosis Architects.

Sur l’extérieur des deux immeubles parallèles, une surface en miroirs reflètera l’environnement alentour, d’où le nom du projet “Mirror Line”. A l’intérieur, des lieux de rencontre, un terrain de football, des cages d’escalier, de la verdure, des maisons pour créer une communauté linéaire et même une marina en bord de mer.

Les bâtiments réfléchissants abriteront environ cinq millions de personnes et les résidents pourront se déplacer de bout en bout en 20 minutes grâce à des trains à énergie renouvelable. Crédit : DR.
Les bâtiments réfléchissants abriteront environ cinq millions de personnes et les résidents pourront se déplacer de bout en bout en 20 minutes grâce à des trains à énergie renouvelable. Crédit : Morphosis Architects.

Mirror Line, une catastrophe écologique ?

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a insisté sur le fait qu’il souhaitait que son projet soit neutre en carbone et qu’il utilise des énergies renouvelables au quotidien. Qui plus est, le Mirror Line intègrera un système d’agriculture verticale intégré dans les murs des bâtiments brillants afin de permettre une relative autonomie alimentaire des habitants des deux bâtiments géants. Il est même prévu que les résidents paient un abonnement pour trois repas par jour.

Outre le fait que cette barre d’immeuble linéaire empêchera les animaux sauvages de la région de naviguer où bon leur semble dans ces espaces désertiques et de montagne, on peut aussi craindre une véritable catastrophe écologique, à l’instar de ce qui se prépare pour la Coupe du monde de football au Qatar. Climatisation à gogo dans une zone extrêmement chaude, artificialisation des sols qui détruira de nombreux écosystème, destruction des obstacles naturels (arasement) pour permettre la construction linéaire, vie organisée autour d’un aéroport international géant, véhicules autonomes volants… difficile dans ces conditions d’imaginer une ville linéaire neutre en carbone et respectueuse de l’environnement.

Cette immense barre d’immeuble de 120 km de long sera une barrière aux mouvements des animaux sauvages de la région. Crédit : Morphosis Architects.

The Line : 9 millions de personnes et 170 km

À noter que ce projet sera au coeur d’un projet encore plus grand, “The Line”, qui s’étendra au total sur 170 km de long et accueillera environ 9 millions de personnes. Cette région urbanisée aura une empreinte au sol de 34 km2 :

Tags:

A lire aussi :

  • Sophia, le premier robot humanoïde à recevoir la nationalité d’un pays

    Découvrir

    Sophia, le premier robot humanoïde à recevoir la nationalité d’un pays

    À l’occasion de la conférence sur les nouvelles technologies Futur Investment Initiative à Riyad, le roi Salmane a offert la nationalité saoudienne à un robot.   Baptisée Sophia, elle est dotée d’une intelligence artificielle. Elle utilise la reconnaissance vocale, peut tenir une conversation, fait des blagues et sourit (presque) comme un être humain.   “Je …