Inventer

Oasis vertes : comment les microalgues de HyveGeo transforment le désert en terre fertile

Pourquoi ne pas exploiter le potentiel des microalgues pour des applications environnementales et industrielles ? La start-up HyveGeo, basée à Londres mais avec également un pied dans les Émirats Arabes Unis, mise sur la capacité de ces organismes à absorber le CO2 et à produire de l’oxygène pour lutter contre le changement climatique. Fondée en 2023 par Abdulaziz bin Redha, Samsurin Welch, Eva Morales and Harjit Singh, cette climate tech ambitionne de construire la plus grande bioraffinerie à base de microalgues dans les régions désertiques, en commençant par les pays du Golfe.

Avec l’aide de deux scientifiques – une chercheuse en biochar et un expert des algues – ainsi que d’un spécialiste de l’économie circulaire, HyveGeo s’emploie à développer des systèmes où les microalgues peuvent être utilisées efficacement pour la purification de l’eau, la production d’énergie renouvelable et d’autres applications durables.

À lire aussi : Invasion de sargasses : et si ces algues servaient à éliminer le CO2 de l’atmosphère ?

Faire des déserts arides des sols fertiles


Le sol aride du désert souffre d’une double problématique : un manque cruel d’eau mais aussi de matière organique. Deux éléments nécessaires à la croissance des cultures. La technologie brevetée par HyveGeo ambitionne de changer la donne. En utilisant des terres non cultivables, la lumière du soleil, le CO2 et les eaux usées, l’entreprise cultive des microalgues à grande échelle pour capturer le carbone de l’atmosphère et utiliser ensuite cette biomasse de différentes manières. Celle-ci pourra ensuite être transformée en biochar (charbon végétal) ou participer à la production agricole.

« Nos microalgues transforment 1,8 tonne de CO2 en 1 tonne de biomasse. Nous transformons ensuite cela en carbone organique stable en convertissant la biomasse en biochar et en l’enfermant dans le sol », explique HyveGeo. HyveGeo : biochar, produits agricoles et crédits carbone

HyveGeo transforme ensuite la biomasse ainsi créée en biochar (charbon organique) et en produits agronomiques (biofertilisants et biostimulants). En plus de retenir le carbone, ses produits peuvent être utilisés pour régénérer les sols et augmenter les terres arables. HyveGeo produit également des crédits vérifiables d’élimination du carbone.

Pour développer sa technologie dans des zones désertiques inutilisées, la climate tech fait aussi bien appel à l’intelligence artificielle pour optimiser le processus qu’à des systèmes de contrôle et de surveillance robotiques pour s’assurer du développement optimal du processus. Reste maintenant à passer à l’échelle pour valider le concept.

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Respirer

Denica Riadini-Flesch : « Les vêtements les plus durables sont ceux qui sont déjà dans votre garde-robe »

Lauréate 2023 du Prix Rolex à l'esprit d'entreprise, Denica Riadini-Flesch a monté un projet de…

8 heures ago
  • Ralentir

Comment l’Ukraine utilise l’IA dans sa guerre contre la Russie

Désignation des cibles, identification des prisonniers et victimes, guidage des drones, espionnage… En Ukraine, la…

1 jour ago
  • Respirer

30 forêts exceptionnelles à découvrir en France

L'Office National des Forêts a créé une carte interactive qui recense 30 forêts à découvrir…

1 jour ago
  • Déchiffrer

Pollution plastique triplée d’ici 2060 : « Il y a urgence à agir », pour la Fondation Tara Océan

Alors que 175 pays se préparent à se réunir à Ottawa pour discuter de la…

3 jours ago
  • Déchiffrer

Impact du glyphosate sur la biodiversité : une étude inquiétante en Martinique

Herbicide le plus utilisé au monde, le glyphosate a des effets ravageurs sur la biodiversité…

4 jours ago
  • Ralentir

Surveillance et résilience : un quotidien sous l’œil numérique en Chine

En Chine, la surveillance étatique imprègne chaque aspect de la vie quotidienne, ancrée dans des…

5 jours ago