Inventer

SuperWheel : un vélo assisté… sans moteur ni batterie !

Un vélo à assistance mécanique sans moteur, ni batterie ? A première vue contradictoire… Pourtant, il existe bien. Un tour de force réalisé grâce à une roue de vélo étonnante conçue par un inventeur irlandais, Simon Chan. La roue s’appelle SuperWheel, du nom de l’entreprise qui la commercialise. Irlandaise d’origine mais assemblée à Andernos-les-Bains dans le Bassin d’Arcachon, près de Bordeaux.

Son principe est simple : elle s’appuie sur le poids du corps humain, dont la force de gravité est transformée en énergie de propulsion. Le tout grâce à des ressorts révolutionnaires. Ces derniers, situés à l’arrière du vélo, facilitent la rotation de la roue grâce un à système de pression-décompression.  » Avec cette roue c’est 30 % de capacité de pédalage en plus. C’est comme si on avait en permanence le vent dans le dos”, assure CicloCaffè, son distributeur français.

« Avec cette roue c’est 30 % de capacité de pédalage en plus »

CicloCaffè distributeur français de SuperWheel

Une roue arrière aux ressorts à propulsion

Côté adaptation, « la roue peut transformer à peu près n’importe quel deux roues en vélo assisté. Disponible en format 700 mm et 26 ou 28 pouces, la SuperWheel se monte à la place de la roue arrière« , explique le distributeur. Pour optimiser au mieux le système, la roue doit correspondre au poids du cycliste, conseille la marque. Celui-ci devra donc se procurer des ressorts en fonction du chiffre sur la balance. Pour une compatibilité totale, trois types de jeux de ressorts sont disponibles pour les personnes de 75 kilos, entre 75 et 90 kilos et de plus de 90 kilos indique SuperWheel sur son site.

La SuperWheel se présente comme une alternative mécanique au vélo à assistance électrique. Photo : SuperWheel

Un sol ferme pour une meilleure efficacité

Autre paramètre d’ajustement pour une meilleure efficacité ? La pression des pneus et un sol ferme. Plus celle-ci est élevée, plus la puissance de sortie des ressorts l’est en retour. « L’utilisateur peut lui même faire les réglages avec une clef plate au besoin », ajoute également CicloCaffè sur son site.

Les différentes installations SuperWheel. Capture d’écran : instagram.com/superwheel.

Côté route, « il vaut mieux privilégier les sols fermes pour une bonne restitution de l’énergie, et éviter les pentes trop raides et peu stables« . Mais la puissance de la Superwheel reste suffisante pour assister l’utilisateur dans la majorité des situations, pour les parcours urbains, les balades… Le tout sans se soucier de son autonomie et de son empreinte carbone. Un investissement de 470 euros qui peut en valoir la peine.

Recent Posts

  • Respirer

Denica Riadini-Flesch : « Les vêtements les plus durables sont ceux qui sont déjà dans votre garde-robe »

Lauréate 2023 du Prix Rolex à l'esprit d'entreprise, Denica Riadini-Flesch a monté un projet de…

9 heures ago
  • Ralentir

Comment l’Ukraine utilise l’IA dans sa guerre contre la Russie

Désignation des cibles, identification des prisonniers et victimes, guidage des drones, espionnage… En Ukraine, la…

1 jour ago
  • Respirer

30 forêts exceptionnelles à découvrir en France

L'Office National des Forêts a créé une carte interactive qui recense 30 forêts à découvrir…

1 jour ago
  • Déchiffrer

Pollution plastique triplée d’ici 2060 : « Il y a urgence à agir », pour la Fondation Tara Océan

Alors que 175 pays se préparent à se réunir à Ottawa pour discuter de la…

3 jours ago
  • Déchiffrer

Impact du glyphosate sur la biodiversité : une étude inquiétante en Martinique

Herbicide le plus utilisé au monde, le glyphosate a des effets ravageurs sur la biodiversité…

4 jours ago
  • Ralentir

Surveillance et résilience : un quotidien sous l’œil numérique en Chine

En Chine, la surveillance étatique imprègne chaque aspect de la vie quotidienne, ancrée dans des…

5 jours ago