Partager  > Digitale academie : Et la fac viendra à toi

Written by 10 h 32 min Partager

Digitale academie : Et la fac viendra à toi

Là où l’enseignement supérieur parait lointain, la Digitale académie permet
à des jeunes de se raccrocher aux études, grâce à des centaines de formations diplômantes à distance et à un coaching personnalisé. Reportage en Seine-et-Marne, où est né ce dispositif qui compte aujourd’hui dix antennes en France.

Le 29/12/2020 par Michèle Foin
Brittany Angue, 26 ans étudiante de la Digitale Académie.
Brittany Angue, 26 ans étudiante de la Digitale Académie. (Crédit : Patrick Gaillardin.)
Brittany Angue, 26 ans étudiante de la Digitale Académie. (Crédit : Patrick Gaillardin.)

Retrouvez la suite de cet article dans WE DEMAIN n°32. Un numéro disponible sur notre boutique en ligne.

“Si tu ne vas pas à l’université, l’université vient à toi.” Le slogan s’affiche à l’entrée de la Digitale académie. Pour les jeunes de Montereau-Fault-Yonne et ses environs, dans le sud-est de la Seine-et-Marne, l’offre universitaire est faible : quelques BTS en maintenance industrielle dans un lycée local, quatre licences de droit à Melun – antenne de Paris-2-Assas –, une dizaine de DUT très sélectifs et une vingtaine de licences pro (gestion, sciences sociales, bâtiment, maintenance…) à Fontainebleau et Sénart, des campus de l’université Paris-Est Créteil.

Pour élargir le spectre, il faut voyager : Paris est à une heure, Créteil et Marne-la-Vallée, pourtant plus proches, à près de deux heures… via Paris. C’est pour faire face à ce vide universitaire qu’Yves Jégo, maire (UDI) de Montereau-Fault-Yonne de 1995 à 2017, a initié un « tiers lieu », 450 m2 d’algécos installés au cœur du quartier prioritaire de Surville.

Depuis 2017, les désenchantés d’une orientation subie, les déchus de Parcoursup ou les décrocheurs de la fac peuvent pousser la porte de la Digitale académie. Ils découvrent alors que des études leur sont accessibles près de chez eux, et surtout qu’ils peuvent choisir la voie qui leur plait.

Pour 25  euros par an plus le cout des formations en ligne, cette structure offre à une trentaine d’étudiants les conditions techniques – salles de cours, ordinateurs, internet haut débit – pour accéder à 150 diplômes à distance. En pratique, ils s’orientent surtout vers les 26 BTS (tourisme, comptabilité-gestion, communication…) accessibles via le Centre national d’enseignement à distance (Cned). Formations courtes, débouchant directement sur l’emploi. Enfin, et surtout, chacun bénéficie d’un accompagnement personnalisé.

A lire aussi : Casa 93, une école de mode gratuite en Seine-Saint-Denis

“Je me suis accrochée !”

« Je passais devant la Digitale académie tous les jours, mais comme j’y voyais inscrit “université”, je pensais que ce n’était pas pour moi », se souvient Brittany Angué, 26 ans. La jeune femme a quitté le lycée à 16 ans. « Mes parents vivaient au Gabon, et ma tante ne me poussait pas. » Sans diplôme, elle suit une formation d’hôtesse de caisse, enchaine CDD et intérim, tout en regrettant ses choix. « Mes collègues qui avaient le bac étaient mieux payés que moi. » Brittany tombe enceinte à 22 ans.

Quand son fils qu’elle élève seule entre en maternelle, elle envisage de passer le bac en candidat libre. La mission locale l’oriente alors vers la Digitale académie…

Lire la suite dans WE DEMAIN n°32.

Tags:

A lire aussi :

  • Douglas Kennedy : “Il nous faut réinventer le rêve américain”

    Déchiffrer

    Douglas Kennedy : “Il nous faut réinventer le rêve américain”

    Avant les élections présidentielles américaines, WE DEMAIN a rencontré le plus européen des auteurs d’outre-Atlantique. Il raconte les États-Unis de Donald Trump et la fin du rêve américain.
  • Wikipédia a 20 ans : 3 choses que vous ignoriez sur l’encyclopédie

    Découvrir

    Wikipédia a 20 ans : 3 choses que vous ignoriez sur l’encyclopédie

    Lancée il y a tout juste 20 ans, l’encyclopédie aux 260 millions d’articles est la preuve qu’un internet collaboratif est possible. Mais la belle idée d’un savoir neutre et universel se heurte à un incessant lobbying politique et commercial, ainsi qu’à la sous-représentation des femmes et des minorités.
  • J’ai créé ma crypto-monnaie

    Inventer

    J’ai créé ma crypto-monnaie

    Le bitcoin, la plus célèbre des cryptomonnaies, vient de battre un nouveau record. Une flamblée qui peut donner des idées… À l’ère des blockchains, n’importe qui – ou presque – peut battre monnaie. États et banques centrales n’ont plus le monopole de la création d’argent ! Mais à quoi cela sert-il au juste ? Notre journaliste en a fait l’expérience.