Partager  > Indigo, une appli pour tout échanger sans le moindre euro

Written by 15 h 18 min Partager

Indigo, une appli pour tout échanger sans le moindre euro

Cette plateforme collaborative vise à développer le bénévolat au quotidien. Lancée en version bêta en octobre 2015, elle permettra d’échanger des biens et des services à proximité, sans aucun recours à l’argent.

Le 01/07/2015 par WeDemain
Cette plateforme collaborative vise à développer le bénévolat au quotidien. Lancée en version bêta en octobre 2015, elle permettra d'échanger des biens et des services à proximité, sans aucun recours à l'argent.
Cette plateforme collaborative vise à développer le bénévolat au quotidien. Lancée en version bêta en octobre 2015, elle permettra d'échanger des biens et des services à proximité, sans aucun recours à l'argent.

“Un monde où tous les services seraient bénévoles”, c’est ce que propose l’application Indigo, développée pendant trois ans par La Coopérative du même nom. Composé de bénévoles, cet organisme à but non lucratif a lancé le 8 juin une campagne de crowdfunding pour financer la commercialisation de son produit, actuellement en version bêta. Dès cet été, les financeurs de cette plateforme pourront participer à son test, avant que vienne le tour du grand public, en octobre. Sa version finale devrait être disponible début 2016.

Cette “plateforme collaborative et sociale”, vise à mettre en relation des utilisateurs du monde entier, à commencer par la France, le Portugal et les États-Unis. L’objectif est qu’ils puissent échanger des biens et des services entre eux, sans jamais utiliser d’argent. Si un membre souhaite louer une voiture, prendre un cours de danse ou encore acheter un nouveau canapé, il lui suffira de consulter les offres correspondantes dans son périmètre géographique.

Pas d’argent qui tienne

Pour acquérir le service ou l’objet recherché, reste à verser des “digos” à l’offrant. Des crédits que l’on obtient lorsque l’on apporte soi-même un service. Présenté comme un “réseau social d’entraide”, Indigo propose également aux utilisateurs de réaliser des actions associatives près de chez eux.
 

“Les défis : développer une façon de valoriser ton temps et ton savoir-faire, donner une seconde vie à tes objets et faciliter ta mobilisation pour les causes qui te tiennent à cœur. En bref, s’entraider plus facilement et permettre à chacun d’obtenir ce dont il a besoin, sans argent”, peut-on lire sur le site d’Indigo.

Conçue pour être gratuite et sans publicité, Indigo est soutenue par de grandes entreprises comme SFR ou encore l’Oréal. Parrainée par la réalisatrice Lisa Azuelos, le chanteur M ou encore le rappeur Kery James, sa campagne de financement a réuni 200 contributeurs en deux semaines, pour atteindre 75 % de son objectif total de 20 000 euros.

Si cet objectif est dépassé, la plateforme sera adaptée sur tablette et disponible sur Internet. Mais surtout, l’association pourra embaucher, afin de faire parler d’elle et de mener localement des actions de sensibilisation en faveur des personnes nécessitant de l’aide : chômeurs, sans domicile fixe…

Plus qu’une tendance, les échanges démonétarisés représentent l’avenir pour Charles Eisenstein, économiste à Yale et spécialiste de la décroissance. Un monde sans argent, fondé sur le don, est “la suite logique pour l’être humain”, estime-t-il.

Si cette utopie n’est pas nouvelle, un nombre croissant d’initiatives aspirent à la concrétiser. Parmi les plus récentes, celle de Benjamin Lesage, un voyageur qui parcourt depuis plusieurs années le monde sans un sou en poche.

Indigo apparait dans ce sillage, comme une version numérique de la Banque de temps ou encore de l’Accorderie, qui proposent d’utiliser le temps de chacun comme seule valeur d’échange et participent à éveiller les consciences sur la possibilité d’un monde démonétarisé.

Jean Duffour
Journaliste à We Demain
@JeanDuffour

Tags:

A lire aussi :

  • À 16 ans, il crée une appli pour ramasser les déchets

    Inventer

    À 16 ans, il crée une appli pour ramasser les déchets

    Fatigué de voir des déchets trainer un peu partout, Ruben Longin, lycéen de Villefranche-sur-Saône (Rhône), a créé l’application mobile GreenR. Celle-ci permet de signaler des détritus ou d'en géolocaliser pour les ramasser.
  • Les applis utiles pour se lancer dans une micro-aventure

    Découvrir

    Les applis utiles pour se lancer dans une micro-aventure

    La micro-aventure est la grosse tendance des vacances déconfinées. L’idée : voyager proche de chez soi, sur une courte durée, souvent en pleine nature. Voici une sélection d’applications pour une première expérience inoubliable.
  • Déconfinement : évitez les lieux de foule grâce à ces applis

    Ralentir

    Déconfinement : évitez les lieux de foule grâce à ces applis

    À la manière de Waze pour les bouchons, des applications smartphone permettent de vérifier gratuitement, en temps réel, le niveau d’affluence dans des lieux publics, devant les magasins par exemple. Pratique… et bon pour la distanciation sociale.