Partager  > Nouvelle ère, nouveau lieu : We Demain déménage !

Written by 13 h 52 min Partager

Nouvelle ère, nouveau lieu : We Demain déménage !

We Demain fait sa rentrée dans de tous nouveaux locaux, à deux pas de l’Opéra de Paris, au Shack.

Le 28/08/2020 par WeDemain
L'équipe We Demain (presque) au complet. (Crédit : Yan Morvan)
L'équipe We Demain (presque) au complet. (Crédit : Yan Morvan)

Pour We Demain, le “monde d’après” s’écrira depuis un nouvel espace de travail et de rencontres. Adieu canal Saint-Martin et place de la République, bonjour le Shack, nouveau lieu de 1 500 m 2 qui associe travail, restauration et club social, situé dans une petite impasse derrière l’Opéra Garnier, à Paris. Et quel lieu ! La rédaction de la revue, son site et son équipe travaillent à présent au 2 e étage d’un immeuble majestueux jadis occupé par la maison d’édition Calmann-Lévy.

En 1867, Michel Lévy, son patron, refuse de s’installer rive gauche et décide d’investir un quartier en pleine mutation, où il achète à la ville un terrain vague de 1 313 m 2 , non loin de l’Opéra Garnier… qui est encore en travaux. Pour y édifier le siège de l’éditeur, l’architecte Henri Fèvre fait appel à un certain Gustave

Eiffel… qui n’a pas encore élevé sa tour. Résultat, un joyau architectural fait de bois, de métal, de marbre… Sous onze mètres de plafond vitré, entouré de hautes étagères pleines de livres, un café-restaurant ouvert à tous accueillera les rencontres We Demain. La formule reste la même que dans nos précédents locaux : “Un Verre Avec” une personnalité, autour des grandes questions qui structurent le monde de demain.

À l’origine du Shack, on trouve Émilie Vazquez, ancienne directrice e-commerce et digital chez AccorHotels, et son père, Philippe Bourguignon, ancien patron d’EuroDisney et du Club Med, aujourd’hui partenaire dans Revolution Places. Un projet familial dans un lieu mythique, inspirant et propice aux rencontres… Il n’en fallait pas plus pour que We Demain rejoigne l’aventure.

Le Shack – 4 impasse Sandrié, Paris 9

Tags:

A lire aussi :

Close