Pris dans la toile  > 60 Millions de consommateurs s’inquiète de la présence de nanoparticules dans les sucreries

Written by 16 h 56 min Pris dans la toile

60 Millions de consommateurs s’inquiète de la présence de nanoparticules dans les sucreries

Le 25/08/2017 par Julie Jeunejean

Parmi les dix-huit produits sucrés testés par le magazine 60 Millions de consommateurs, tous contiennent du dioxyde de titane (ou additif E171), sous forme “nano”. En mars, l’Association des fabricants de dioxyde de titane avait pourtant affirmé que cet additif n’était “pas utilisé comme nanoparticule dans les aliments”, rappelle Le Monde.
 
L’information révélée le 24 août a de quoi inquiéter. En janvier, des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) concluaient en effet que l’exposition chronique au E171 favorisait la croissance de lésions précancéreuses chez le rat.
 

“On sait que les nanoparticules […] peuvent passer la barrière intestinale et se retrouver dans différents organes, comme le foie, le cœur, les poumons, et on ne sait pas encore ce qu’elles peuvent devenir”, explique Patricia Chairopoulos, co-auteure de l’enquête réalisée par 60 Millions de consommateurs.

 
L’additif E171 ou dioxyde de titane est communément utilisé dans l’industrie agroalimentaire et cosmétique pour blanchir et intensifier la brillance des confiseries, plats préparés et même des dentifrices. Mais si sa présence apparaît clairement sur les étiquettes, la mention “nanoparticule” n’est quant à elle jamais indiquée.
 
Or, un règlement du Parlement européen et du Conseil  de l’Union européenne précise que “tous les ingrédients qui se présentent sous forme de nanomatériaux manufacturés” doivent être “indiqués clairement dans la liste des ingrédients”.
 
Le 17 juillet, huit associations ont adressé une lettre ouverte au gouvernement français, lui demandant “la mise en place urgente de mesures de précaution”, avec notamment l’interdiction temporaire des nanoparticules présentes dans l’additif E171.

Source : Le Monde

Tags:

A lire aussi :

  • Ángel León, le chef qui veut nous mettre au régime marin

    Découvrir

    Ángel León, le chef qui veut nous mettre au régime marin

    Depuis les cuisines de son restaurant andalou, le chef trois étoiles Ángel León œuvre à révolutionner nos assiettes en explorant le fond des océans.
  • Labels alimentaires : pas si fiables

    Déchiffrer

    Labels alimentaires : pas si fiables

    Des promesses non garanties. C’est la principale conclusion de deux études publiées le 28 septembre qui enquêtent sur l’impact de plusieurs labels alimentaires et démarches de qualité.
  • Article sponsorisé
  • En Provence, ils relancent la culture bio de l’amande

    article sponsorisé

    En Provence, ils relancent la culture bio de l’amande

    Longtemps, la Provence a été une terre de culture d'amandiers, avant que celle-ci ne soit délaissée. Plusieurs organisations, dont la Fondation Ecotone, tentent de réimplanter l’amandiculture dans le sud de la France.