Pris dans la toile  > 60 Millions de consommateurs s’inquiète de la présence de nanoparticules dans les sucreries

Written by 16 h 56 min Pris dans la toile

60 Millions de consommateurs s’inquiète de la présence de nanoparticules dans les sucreries

Le 25/08/2017 par Julie Jeunejean

Parmi les dix-huit produits sucrés testés par le magazine 60 Millions de consommateurs, tous contiennent du dioxyde de titane (ou additif E171), sous forme « nano ». En mars, l’Association des fabricants de dioxyde de titane avait pourtant affirmé que cet additif n’était « pas utilisé comme nanoparticule dans les aliments », rappelle Le Monde.
 
L’information révélée le 24 août a de quoi inquiéter. En janvier, des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) concluaient en effet que l’exposition chronique au E171 favorisait la croissance de lésions précancéreuses chez le rat.
 

« On sait que les nanoparticules […] peuvent passer la barrière intestinale et se retrouver dans différents organes, comme le foie, le cœur, les poumons, et on ne sait pas encore ce qu’elles peuvent devenir », explique Patricia Chairopoulos, co-auteure de l’enquête réalisée par 60 Millions de consommateurs.

 
L’additif E171 ou dioxyde de titane est communément utilisé dans l’industrie agroalimentaire et cosmétique pour blanchir et intensifier la brillance des confiseries, plats préparés et même des dentifrices. Mais si sa présence apparaît clairement sur les étiquettes, la mention « nanoparticule » n’est quant à elle jamais indiquée.
 
Or, un règlement du Parlement européen et du Conseil  de l’Union européenne précise que « tous les ingrédients qui se présentent sous forme de nanomatériaux manufacturés » doivent être « indiqués clairement dans la liste des ingrédients ».
 
Le 17 juillet, huit associations ont adressé une lettre ouverte au gouvernement français, lui demandant « la mise en place urgente de mesures de précaution », avec notamment l’interdiction temporaire des nanoparticules présentes dans l’additif E171.

Source : Le Monde

Tags:

A lire aussi :

  • Miyam, l’épicerie familiale sobre et zéro déchet

    Découvrir

    Miyam, l’épicerie familiale sobre et zéro déchet

    Depuis 2019, cinq boutiques Miyam ont fleuri à Paris, et rencontrent un franc succès. L’objectif de l’enseigne est de pousser à une meilleure consommation, tout en gaspillant moins. Un modèle économique basé sur la circularité et la sobriété.
  • Quand la lutte anti-gaspi et la sobriété s’invitent  dans les cantines scolaires

    Découvrir

    Quand la lutte anti-gaspi et la sobriété s’invitent dans les cantines scolaires

    C’est une "vraie prise de conscience" qui s’opère dans les restaurants scolaires, forcés de diminuer de moitié leurs déchets dans le cadre de la lutte anti-gas. Les initiatives centrées sur la réduction des portions, l’approvisionnement local et la connaissance des goûts des élèves par des chefs les cuisiniers, s’avèrent gagnantes.
  • Café, thé, chocolat, un trio incompatible avec la sobriété ?

    Ralentir

    Café, thé, chocolat, un trio incompatible avec la sobriété ?

    Ces aliments exotiques font tellement partie de notre quotidien que s’en passer est difficilement envisageable, même au nom de la sobriété. Quelles alternatives existent pour tendre vers un mode de consommation plus éco-responsable ?