Pris dans la toile  > Anti-gaspillage alimentaire : la première Disco Soupe à l’échelle mondiale

Written by 14 h 41 min Pris dans la toile

Anti-gaspillage alimentaire : la première Disco Soupe à l’échelle mondiale

Le 28/04/2017 par Julie Jeunejean

Récupérer, nettoyer, couper et cuire des invendus du marché ou des aliments rejetés, parce qu’ils sont non conformes aux normes esthétiques des industriels… le tout, en musique : c’est le principe de la Disco Soupe, lancé en 2012 par une association du même nom.

Depuis, celle-ci a collaboré avec le réseau Colibris, le collectif OuiShare ou encore la Mairie de Paris, pour d’organiser des événements de ce type partout en France.

Pour la première fois, une Disco Soupe va se tenir à l’échelle mondiale. Samedi 29 avril, les volontaires de l’organisation Slow Food Youth — une organisation internationale qui promeut “une alimentation bonne, propre et juste pour tous” — se réuniront partout dans le monde, du Mexique au Japon, le même jour, pour préparer des soupes, des salades, des jus de fruits ou encore des smoothies dans une ambiance festive.

Retrouvez toutes les Disco Soupes organisées ce samedi 29 avril dans le monde. Plus d’informations sur le site de Disco Soupe.

Tags:

A lire aussi :

  • Autonomie alimentaire : Albi, les rêves plus gros que le ventre

    Ralentir

    Autonomie alimentaire : Albi, les rêves plus gros que le ventre

    En 2014, la ville d’Occitanie annonçait viser 100  % d’autonomie alimentaire en 2020. Bilan ? 1,6 % ! Retour sur un impossible défi, qui a toutefois impulsé de nombreux projets.
  • Après le Dry January, le Veganuary ?

    Ralentir

    Après le Dry January, le Veganuary ?

    L’association L214 relance le défi Veganuary, qui consiste à manger végan pendant tout le mois de janvier. Un moyen de promouvoir les alternatives aux produits alimentaires d’origine animale.
  • Halte au bio-bashing !

    Respirer

    Halte au bio-bashing !

    CHRONIQUE. Comme il existe des climatsceptiques, il y a des bio-sceptiques. Jean-Paul Curtay, nutrithérapeute, répond aux trolls du bio-bashing.