Ralentir  > TotalEnergies : une empreinte carbone 4 fois plus élevée qu’annoncée, affirme Greenpeace

Written by 15 h 33 min Ralentir, Societe-Economie

TotalEnergies : une empreinte carbone 4 fois plus élevée qu’annoncée, affirme Greenpeace

TotalEnergies a-t-il volontairement sous-estimé son empreinte carbone ? L’ONG Greenpeace affirme que oui, ce que dénonce l’énergéticien.

Le 03/11/2022 par Florence Santrot
totalenergies
TotalEnergies est pointé du doigt par Greenpeace pour son calcul de l'empreinte carbone. Crédit : HJBC / Shutterstock.
TotalEnergies est pointé du doigt par Greenpeace pour son calcul de l'empreinte carbone. Crédit : HJBC / Shutterstock.

« L’estimation trouve un résultat près de quatre fois supérieur à celui que communique TotalEnergies, soit un total d’émission de 1,6 milliard de tonnes d’équivalent CO2, alors que le groupe indique avoir émis 455 millions de tonnes » en 2019, a révélé l’ONG Greenpeace mercredi 2 novembre. Elle s’appuie pour cela sur un rapport rédigé par le cabinet Factor-X, spécialisé dans l’accompagnement en gestion durable et stratégie climatique pour les entreprises et pouvoirs publics.

« Pour recalculer les émissions de gaz à effet de serre de TotalEnergies, il nous a fallu en premier lieu reconstituer les chaînes de valeur du groupe […]. Il nous aura donc fallu décortiquer de nombreux documents de TotalEnergies, interroger son service Investisseurs, émettre et challenger des hypothèses lorsqu’il était impossible d’accéder à l’information, puis assembler toutes les pièces du puzzle pour aboutir à une chaîne de valeur la plus précise et complète possible », explique Greenpeace. Au total, pas moins de 8 mois d’enquête ont été nécessaires pour calculer l’empreinte carbone du géant pétro-gazier français.

Greenpeace dénonce une minimisation volontaire de l’impact carbone

« Cette façon qu’a TotalEnergies de minimiser son impact carbone n’est pas surprenante mais elle est très grave. Ces chiffres reposent très sérieusement la question de la responsabilité de TotalEnergies dans la crise climatique et font voler en éclat la stratégie climat du groupe – déjà peu crédible – ainsi que ses ambitions de neutralité carbone d’ici 2050 », souligne Greenpeace.

L’association estime qu’avec des émissions équivalentes à 1,6 milliard de tonnes d’équivalent CO2, cela correspondrait à plus de 4 % des émissions mondiales totales liées à l’industrie pétrogazière. L’Agence internationale de l’Energie évaluait en effet le montant gloabl à 36 gigatonnes d’équivalent CO2 en 2019. Un poids bien plus important que « la part de marché de TotalEnergies dans le secteur »« comprise entre 1 et 2 % », indique Greenpeace.

TotalEnergies veut porter plainte

Ce jeudi 3 novembre 2022, TotalEnergies a répondu aux affirmations de l’ONG par le biais d’un communiqué. Le groupe dénonce le calcul publié par Greenpeace. « Greenpeace affirme notamment que les émissions Scope 1 (part patrimoniale) de TotalEnergies auraient été de plus de 160 millions de tonnes CO2e en 2019, alors même que ces émissions Scope 1 (part patrimoniale) telles que rapportées par TotalEnergies ont été en réalité de 55 millions de tonnes de CO2e cette année-là. »

« En conséquence, TotalEnergies a décidé d’engager une action judicaire en vue de réparer le préjudice qu’entraine la diffusion de cette information trompeuse par Greenpeace. »

Tags:

A lire aussi :

  • Aviation : il n’y a pas que les émissions de CO2 à prendre en compte

    Déchiffrer

    Aviation : il n’y a pas que les émissions de CO2 à prendre en compte

    Comment calculer avec précision les effets de l’aviation sur le réchauffement climatique ? Outre le CO₂, il faut aussi prendre en compte NOx, vapeur d’eau et aérosols.
  • COP27 : l’ONU part à la chasse aux fuites de méthane

    Planete

    COP27 : l’ONU part à la chasse aux fuites de méthane

    Les Nations-Unies ont annoncé la création d'un système mondial de surveillance par satellite des fuites de méthane, à la hausse et sous-estimées chez les pétroliers et gaziers. Enfin une bonne nouvelle de la COP27 pour ce puissant et vicieux gaz à effet de serre.
  • COP27 : alerte rouge vif pour l’humanité, selon le Global Carbon Project

    Déchiffrer

    COP27 : alerte rouge vif pour l’humanité, selon le Global Carbon Project

    Niveau record d'émissions anthropiques de CO2, hausse de la concentration de méthane, réduction de l'absorption de CO2 par les océans et les écosystèmes terrestres... Les signaux scientifiques d'alerte se multiplient sur les risques d'emballement destructeur du réchauffement de la planète, confirme le Global Carbon Project. Comment réagira la COP 27 ?