À Saint-Étienne, le stade de foot sera bientôt éclairé à l’huile de friture

La métropole de Saint-Etienne s’est lancée dans un projet inédit de biodiesel créé à partir d’huile de friture pour éclairer le stade Geoffroy-Guichard, a-t-on appris mardi auprès de la collectivité et de l’association en charge du projet.
 

« J’ai présenté ce projet le 9 septembre dernier pour signer la convention Territoire à énergie positive à Paris et je suis restée le lendemain, à la demande de la ministre de l’Écologie, pour le lancement de la COP 21 pour participer à une table ronde », se réjouit Sylvie Fayolle, vice-présidente de Saint-Etienne Métropole (SEM) en charge du développement durable.

La SEM a fait appel à une association, Ondaine Agro, basée au Chambon-Feugerolles (Loire) pour mettre en place ce recyclage. Cette structure de réinsertion œuvre déjà dans le domaine, en valorisant les déchets de pain pour les transformer en nourriture animale.

« Sur le territoire nous ne faisons pas grand chose des huiles de friture, elles partent pour être retraitées à l’étranger, souvent en Allemagne et en Espagne, et on s’est dit, pourquoi ne les récolterions-nous pas ? », a expliqué Sylvie Fayolle, qui souhaite développer « l’économie circulaire, économiser du CO2 » et ne pas avoir à déplacer autant de quantités de déchets.

Cette huile sera collectée dans la restauration collective, avec l’objectif ensuite d’en récupérer dans les restaurants, et chez les particuliers, via un système de « déchetterie mobile ». La SEM compte aller acheter une machine pour transformer l’huile en biodiesel à Tarbes, début novembre. Quant à l’investissement, il sera en grande partie assumé par la subvention obtenue via la « labellisation » territoire à énergie positive.

Les premiers essais au stade Geoffroy-Guichard devraient être lancés en février-mars 2016. Le biodiesel servira ainsi à alimenter le groupe électrogène, utilisé les soirs de match. Le but étant, a précisé Sylvie Fayolle, une mise en route pour l’Euro 2016, en juin.  

Selon des premiers éléments, le projet représente un investissement de 170 000 euros :
 

« Ce serait dommage de continuer à aller dépenser des milliers de litres de gasoil pour faire traiter des huiles à l’extérieur, et ceci est valable pour toute l’économie. Si on arrive à relocaliser, cela ne peut qu’être positif pour l’emploi et le climat », a pour sa part souligné Thierry Bruyère, directeur de l’association Ondaine Agro.

La ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, est annoncée samedi 10 octobre à « l’inauguration du nouvel éclairage de Geoffroy-Guichard », dans le cadre des « Territoires à énergie positive pour la croissance verte ».

Lara Charmeil (avec AFP)
@LaraCharmeil

Recent Posts

  • Respirer

5 livres pour poser un autre regard sur la nature

Notre relation à la nature s'est distendue au fil des années. Mais ces 5 livres…

23 heures ago
  • Ralentir

Jouer aux apprentis sorciers avec le climat : la folie des projets de géo-ingénierie

Face au réchauffement climatique, certains projets de géo-ingénierie font miroiter des solutions radicales. Mais ces…

2 jours ago
  • Déchiffrer

Agriculture durable : permaculture, biodynamie, bio… apprenez à faire la différence

Parmi les modèles d'agriculture durable, quelles sont les grandes différences ? Voici une présentation des principaux…

3 jours ago
  • Inventer

Véhicule volant : le chinois Xpeng présente son drone taxi en France

Découvrez l’eVOLT X2 de Xpeng : un véhicule qui combine l’agilité d’un drone et le…

4 jours ago
  • Découvrir

La Vallée de la Millière, laboratoire de biodiversité à ciel ouvert imaginé par Yann Arthus-Bertrand

Yann Arthus-Bertrand et son fils Tom transforment 30 hectares de la Vallée de la Millière…

6 jours ago
  • Inventer

Imagerie satellitaire : ces start-up qui révolutionnent la mesure des puits de carbone

L'imagerie satellite couplée à l'intelligence artificielle ouvre de nouvelles perspectives pour cartographier et quantifier avec…

6 jours ago