Respirer  > Affaire du siècle : l’État condamné à réparer son préjudice écologique

Written by 17 h 15 min Respirer • 2 Comments

Affaire du siècle : l’État condamné à réparer son préjudice écologique

La justice a donné au gouvernement jusqu’au 31 décembre 2022 pour compenser ses excès d’émissions de CO2. Une nouvelle victoire pour les plaignants de l’Affaire du siècle.

Le 14/10/2021 par Alice Pouyat
L'Affaire du sicèle a été initiée par Oxfam, Greenpeace France, le collectif Notre affaire à tous, et la Fondation Nicolas Hulot.
L'Affaire du siècle a été initiée par Oxfam, Greenpeace France, le collectif Notre affaire à tous, et la Fondation Nicolas Hulot. (Crédit : L'Affaire du siècle)
L'Affaire du siècle a été initiée par Oxfam, Greenpeace France, le collectif Notre affaire à tous, et la Fondation Nicolas Hulot. (Crédit : L'Affaire du siècle)

L’inaction climatique française ne restera pas sans suite. Jeudi 14 octobre, le tribunal administratif de Paris a condamné l’État à réparer ses manquements en matière de lutte contre le réchauffement. Précisément, les juges lui ont donné jusqu’au 31 décembre 2022 pour “prendre toutes les mesures utiles à réparer le préjudice écologique et prévenir l’aggravation des dommages commis”. Une nouvelle décision qui intervient dans le cadre de “l’Affaire du siècle”.

Pour mémoire, en décembre 2018, les ONG Oxfam, Greenpeace France, le collectif Notre affaire à tous et la Fondation Nicolas Hulot avaient lancé une pétition signée par plus de 2,3 millions de personnes – un record – pour dénoncer “l’inaction climatique” de l’État. Début 2019, ils avaient aussi déposé un recours pour “carence fautive” devant le tribunal administratif de Paris. Ainsi commençait “l’Affaire du siècle”.

“On a gagné”, ont réagi sur Twitter, jeudi, Cécile Duflot et Jean-François Julliard, respectivement patrons d’Oxfam et de Greenpeace France.

L’État jugé responsable de dépassement de son budget carbone

En février 2021 déjà, le tribunal avait donné raison aux quatre organisations à l’origine de cette plainte, déclarant l’État “responsable” de manquements à ses propres engagements.

Ce dernier s’était en effet fixé un budget carbone de 15 millions de tonnes d’équivalent CO2 sur la période 2015-2018. Un budget qui a été multiplié par deux, a calculé la justice.

Les ONG avaient alors demandé au tribunal d’ordonner à l’État de prendre des mesures pour réparer ce préjudice. Chose faite ce jeudi.

Une Affaire du siècle à suivre

“Cette décision met le climat au cœur de la présidentielle 2022”, “le prochain quinquennat est celui de la dernière chance”, réagit pour sa part le collectif L’Affaire du siècle sur Twitter, via le hashtag #PasDeClimatPasDeMandat.

La décision pourrait aussi pousser la France à se montrer plus ambitieuse lors de la très prochaine COP26.

Toutefois le tribunal ne précise pas la nature des mesures à mettre en œuvre, laissant le choix “à la libre appréciation du gouvernement”. Elle fixe néanmoins un échéancier, le 31 décembre 2022 au plus tard.

Le tribunal a aussi rejeté la demande des ONG d’une astreinte financière de 78 millions par semestre de retard. Reste donc à suivre de près la réponse du gouvernement à cet ultimatum.

À LIRE AUSSI : Justice climatique : ces “Affaires du siècle” qui éclatent partout dans le monde

Tags:

A lire aussi :

  • Climat : les COP vont-elles conserver leur crédibilité ?

    Déchiffrer

    Climat : les COP vont-elles conserver leur crédibilité ?

    Des chefs d'États absents, des promesses insuffisantes, des négociations qui traînent, un soutien persistant aux combustibles fossiles... La COP26 pourra-t-elle rompre avec l'impuissance pour se hisser au niveau de l'urgence climatique ?
  • Réchauffement climatique : Total savait depuis 50 ans

    Déchiffrer

    Réchauffement climatique : Total savait depuis 50 ans

    Une étude révèle que Total a été alerté dès les années 1970 de l’impact climaticide de son activité. Le groupe pétrolier a toutefois cherché à insuffler le doute scientifique pendant des années.
  • En Normandie, 428 communes menacées par la montée des eaux

    Respirer

    En Normandie, 428 communes menacées par la montée des eaux

    La Normandie est une des premières régions françaises à prendre le changement climatique scientifiquement en main. La région a lancé un "Giec Normand", qui transpose les prévisions des experts mondiaux du climat à l'échelle locale. Et les résultats de leur radiographie mettent face à l’urgence d’agir. L’augmentation d’intensité des aléas marins ainsi que celle du niveau de la mer expose le littoral normand et les estuaires au risque de submersion. Les enjeux territoriaux, démographiques et économiques sont énormes.