Respirer  > Réensauvagement : 3 projets français à suivre

Written by 13 h 10 min Respirer • One Comment

Réensauvagement : 3 projets français à suivre

Au siècle dernier, on domptait les cours d’eau et les forêts pour les rendre productifs, détruisant au passage de précieuses réserves de biodiversité. Désormais, on entame le chemin inverse… Y compris en ville !

Le 31/08/2020 par Emmanuelle Vibert

Retrouvez l’article “Libérez les rivières !” dans le dossier “Voyage dans la France qui s’ensauvage”, à lire dans notre numéro d’automne, disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne.

À Paris, la Bièvre s’apprête à renaître

La maire de Paris, Anne Hidalgo, l’a promis avant le second tour des élections municipales, pour s’assurer le ralliement du candidat écolo David Belliard : la Bièvre, entièrement recouverte dans la capitale, retournera à l’air libre.

Ce cours d’eau qui prend sa source à Guyancourt (Yvelines) se jetait autrefois dans la Seine au niveau de la gare d’Austerlitz, en traversant les 13e et 5e arrondissements. Devenu au fil des siècles un cloaque, réceptacle des eaux usées et des rejets toxiques des tanneries, il est recouvert à partir de 1868 – une gigantesque opération d’aménagement, qui ne prend fin qu’à la veille de la Première Guerre mondiale.

Mais à l’heure de la crise climatique et de celle de la biodiversité, on considère les rivières citadines d’un œil nouveau. Elles deviennent des îlots de fraîcheur et peuvent attirer une faune et une flore précieuses.

En témoigne le succès de la restauration du Manzanares, à Madrid, entrepris en 2017. Cette rivière, jusque-là moribonde, est aujourd’hui entourée de roseaux et de saules, fréquentée par des hérons et des martins-pêcheurs…

Avant qu’il en soit de même à Paris, il faudra redonner un tracé à la Bièvre et creuser les rues… Vaste chantier !

Binetôt une microforêt à Lyon

Le botaniste Akira Miyawaki, 92 ans, fait des adeptes partout dans le monde. Ce Japonais a développé une technique pour créer des microforêts sur sol dégradé, imitant les forêts primaires, en 20 à 30 ans à peine. Ses principes : paillage et compost pour préparer le sol, sélection de variétés indigènes, plantation en grande densité des jeunes arbres avec une répartition aléatoire des espèces…

En 2019, une microforêt Miyawaki a été plantée à Paris, une autre à Toulouse au début 2020. Cet automne, c’est au tour de Lyon. Une parcelle de 1000 m2 va accueillir des milliers d’arbres, pour améliorer le sol, la qualité de l’air, la biodiversité, le bien-être des habitants du quartier de la Duchère, dans le 9ème arrondissement.

L’ASPAS et ses réserves de vie sauvage

La dernière acquisition de l’ASPAS est une forêt ancienne de 490 hectares dans le Vercors, en novembre 2019. Cette Association pour la protection des animaux sauvages achète depuis 2010 des terrains en France, pour les libérer de toute intervention humaine.

Dans ses six réserves (du Vercors, du Grand Barry et des Deux Lacs, dans la Drôme, du Trégor dans les Côtes d’Armor, du Ranquas dans le Larzac), l’ASPAS proscrit la chasse et la pêche, l’exploitation forestière, la cueillette, les chiens non tenus en laisse…

Cette liberté maximale offerte aux écosystèmes est rarissime sur le territoire. Même dans les parcs nationaux, l’exploitation forestière est par exemple autorisée.

Tags:

A lire aussi :

  • Halte au bio-bashing !

    Respirer

    Halte au bio-bashing !

    CHRONIQUE. Comme il existe des climatsceptiques, il y a des bio-sceptiques. Jean-Paul Curtay, nutrithérapeute, répond aux trolls du bio-bashing.
  • Creuser les océans, “des dégâts irréversibles  dans les fonds marins”

    Respirer

    Creuser les océans, “des dégâts irréversibles dans les fonds marins”

    Alors que les réserves de métaux essentiels à l’économie numérique et à la transition énergétique se vident sur terre, les regards se tournent vers les fonds marins. Si l’exploitation commerciale n’a pas encore commencé, des projets sont en cours et préparent le terrain. Au risque d’endommager des écosystèmes encore largement inexplorés, alertent des scientifiques et des ONG.
  • Il marche 33  800  kilomètres dans les pas de l’humanité

    Ralentir

    Il marche 33  800  kilomètres dans les pas de l’humanité

    Le journaliste américain Paul Salopek raconte notre époque d’une façon inédite. À pied, il retrace le chemin parcouru par l’être humain à travers l’histoire. De la Corne de l’Afrique à la Terre de feu.