Tech-Sciences  > Ocean Pitch Challenge : à la rencontre des champions de la protection marine

Written by 19 h 56 min Tech-Sciences

Ocean Pitch Challenge : à la rencontre des champions de la protection marine

La deuxième édition du Ocean Pitch Challenge a décerné la victoire à trois projets en faveur de la protection des océans et de la biodiversité marine. Présentation des innovations gagnantes.

Le 17/06/2022 par Joséphine Maunier
Ocean Pitch Challenge
Le concours Ocean Pitch Challenge récompense les innovations en faveur de la protection des océans. Image d'illustration : Hans / Pixabay
Le concours Ocean Pitch Challenge récompense les innovations en faveur de la protection des océans. Image d'illustration : Hans / Pixabay

Née de l’alliance entre l’organisme Sustainable Ocean Alliance (SOA) et l’association RespectOcean, la deuxième édition du Ocean Pitch Challenge, dédié à la protection marine, vient de se clôturer. Sur les 86 candidatures, 10 projets ont été retenus. Ils ont ensuite bénéficié d’un coaching sur-mesure. Et finalement, trois lauréats, avec des projets très variés qui agissent en faveur de la préservation marine, ont remporté ce concours. Du secteur du bâtiment en passant par l’industrie maritime, ces innovations représentent une avancée vers une meilleure gestion des océans.

Le premier prix a ainsi été décerné à Marion Padioleau pour Finsulate France. L’auto-entrepreneure a mis au point un “antifouling bio” comme alternative auto-adhésive pour recouvrir les coques de bateau dont la peinture “se décompose lentement mais sûrement dans les océans”. Inspirée des oursins, la technologie reproduit le comportement des épines. Sans biocides ni substances toxiques, cet antifouling bio permettra de lutter contre la pollution marine liée aux peintures toxiques. 

Sur le podium de l’Ocean Pitch Challenge

La deuxième place du podium est attribuée à un groupe d’étudiants de Sup’Biotech (Paris) pour leur projet Algae to House. Ces bio-ingénieurs en formation ont développé une brique faite à partir d’algues sargasses. En utilisant celle-ci, un fléau pour de nombreuses zones côtières de la Bretagne aux Caraïbes, les étudiants visent le marché du bâtiment et de la construction. Valoriser ainsi les sargasses permet d’abord de réduire les effets négatifs liés à leur concentration sur les littoraux. Emma, l’une des étudiantes porteuse du projet, précise par ailleurs qu’elles sont “plus solides qu’une brique en ciment”. Un espoir pour rendre le secteur de la construction plus durable.

Les algues sargasse envahissent une plage de l'île de Saint-Martin dans les Caraïbes. Photo : Mark Yokoyama / Flickr
Les algues sargasse envahissent une plage de l’île de Saint-Martin dans les Caraïbes. Photo : Mark Yokoyama / Flickr

Mathilde Lesage vient compléter le trio gagnant avec “Bon Vent !”, une marketplace qui vise à résoudre les défis logistiques liés au recyclage des bateaux en fin de vie. “La durée de vie d’un bateau n’est que de 40 à 45 ans, et nombre d’entre eux sont en train de mourir lentement dans nos mers et rivières”, souligne Mathilde Lesage. Ce système cherche à mettre en place une économie circulaire dans ce secteur. Chaque année, 5 000 bateaux sont démantelés, et seuls 1 000 sont recyclés à l’heure actuelle. L’objectif de Bon Vent ! est d’amener le nombre de bateaux recyclés annuellement à 3 000.

Une double victoire pour les lauréats de la protection marine

Les vainqueurs, déjà ravis de l’avancée que représente cette victoire pour leur projet, viennent d’apprendre une bonne nouvelle supplémentaire. Benjamin Lesage, coordinateur pour Sustainable Ocean Alliance, a annoncé aux lauréats le 16 juin qu’ils comptent désormais parmi la coalition 1 000 Ocean startups.

SOA, le plus grand réseau mondial de jeunes acteurs et entrepreneurs en faveur de la préservation des océans, a ainsi lancé une coalition internationale de 1 000 start-ups porteuses de projets innovants et concrets pour protéger les océans et leur incroyable biodiversité.

Tags:

A lire aussi :