Énergies vertes : ces inventeurs visionnaires tombés dans l'oubli

Par I Publié le 31 Mars 2015

[À lire dans la revue] Ils avaient inventé le moteur solaire, le pétrole produit à partir de biomasse, Autolib’ ou la voiture à hydrogène...tombés dans l’oubli, ces précurseurs malchanceux ou dérangeants revivent aujourd’hui.


1866 : Augustin Mouchot, prophète de l’énergie Solaire

Énergies vertes : ces inventeurs visionnaires tombés dans l'oubli
Au XIXe siècle, un homme avait déjà dompté l’énergie solaire et prophétisé l’épuisement des ressources fossiles. Dans son livre La Chaleur solaire et ses applications industrielles (1869), Augustin Mouchot nous met en garde
« Il arrivera nécessairement un jour où, faute de combustible, l’industrie sera bien forcée de revenir au travail des agents naturels. Que les dépôts de houille et de pétrole lui fournissent longtemps encore leur énorme puissance calorifique, nous n’en doutons pas. Mais ces dépôts s’épuiseront sans aucun doute. Il est prudent et sage de ne pas s’endormir à cet égard dans une sécurité trompeuse »,
Soucieux de trouver une source d’énergie inépuisable, ce professeur de sciences physiques construit en 1866 un « moteur solaire » : un réflecteur parabolique permet à une chaudière d’alimenter une petite machine à vapeur. Cette invention, qui déclenche l’enthousiasme de la communauté scientifique, est présentée à Napoléon III. En 1878, Mouchot reçoit la médaille d’or lors de l’exposition universelle pour un concentrateur d’énergie solaire d’une surface de 20 m2. Concentrateur dont s’empare, quatre ans plus tard, l’ingénieur Abel Pifre pour le transformer en... une presse capable d’imprimer jusqu’à 500 journaux par heure. Pour la démonstration a été tiré Le Journal du soleil.
 
L’abondance du charbon, soutenue par l’amélioration du réseau ferré, conduit néanmoins le gouvernement à considérer l’énergie solaire non rentable, à se détourner des travaux de Mouchot, puis à couper le financement de ses recherches. Celui-ci meurt en 1912 à Paris, dans la misère.
 
Émile Zola lui rend hommage dans son roman Travail (1901), où il imagine une société postcharbon – pour ne pas dire postcarbone – dans laquelle chacun peut accéder gratuitement à une électricité propre et silencieuse issue du soleil.

Un prototype de concentrateur solaire de Mouchot est visible au musée des Arts et Métiers, à Paris...Retrouvez neuf autres pionniers de l'énergie dans We Demain n°9.

Côme Bastin

Retrouvez aussi notre podcast en partenariat avec Radio Nova.
 




Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE