Warkawater, la tour qui transforme l'air en eau

Par I Publié le 6 Juin 2014

Pour faciliter l'accès à l'eau potable dans les régions arides, le designer italien Arturo Vittori a conçu des tours qui captent l'humidité présente dans l'atmosphère pour fournir jusqu'à 100 litres d'eau par jour.


Warkawater, la tour qui transforme l'air en eau
Parmi les métiers du futur, dont la liste est à découvrir dans We Demain n°7, on trouve le « collecteur d’eau atmosphérique ». Arturo Vittori pourrait bien être le premier d’entre eux. Pour faciliter l’accès à l’eau dans les régions sèches d’Éthiopie, ce designer italien a développé des tours hautes de neuf mètres, chargées de capter l’eau présente dans l’air pour la transformer en eau potable.
 
Warkawater (Warka est le nom d’un figuier africain symbole de fertilité) est constituée d’un filet à mailles fines de nylon ou polypropylène qui condense la vapeur d’eau présente dans l’atmosphère. En bas de la tour, un réservoir permet de collecter jusqu’à 100 litres d’eau potable par jour, selon son créateur. L’ensemble est adossé à une structure tressée à partir de matériaux naturels locaux et ne pèse que 60 kg.

De l'eau potable et gratuite

En Éthiopie, les villageois sont souvent obligés de marcher plusieurs heures avant d’atteindre une source d’eau à la qualité douteuse. « Warkawater a été conçue pour fournir de l’eau potable, protéger l’environnement mais aussi fournir un débouché financier aux habitants des villages », explique Arturo Vittori. Car si une tour coûte environ 550 dollars, elle fournit de l’eau gratuitement par la suite. « Une fois qu’ils ont appris à construire une tour, les locaux pourront transmettre leurs connaissances aux villages alentours », poursuit-il. Cinq prototypes ont déjà été fabriqués et exposés, notamment à la biennale de Venise. Arturo Vittori espère construire les deux premières tours en Éthiopie courant 2015 et cherche des soutiens financiers pour essaimer l’Afrique.

Même dans les régions les plus arides, le taux d'humidité atmosphérique peut atteindre 20%. Pour le prospectiviste américain Thomas Frey, la collecte de l'eau présente dans l'air pourrait s'imposer comme une solution face à l’amenuisement des ressources en eau potable des fleuves et nappes phréatiques.

Retrouvez notre dossier sur les métiers du futur dans We Demain n°7 et écoutez la chronique We Demain sur France Info, Thomas Frey invente les métiers de demain.

Côme Bastin 
Journaliste We Demain 
Twitter : @Come_Bastin




1.Posté par kadra le 10/06/2014 12:49 (depuis mobile)
Pourriez vous le dire ou acheter une tour du système warkawater.
Info conso de ce produit ou site de vente en ligne dispo s'il ya.Merci

2.Posté par eric pailloncy le 11/06/2014 08:06 (depuis mobile)
Réjouissant...

3.Posté par Kettely Pierr Toussaint le 23/07/2014 19:09 (depuis mobile)
Est-ce-que le Warkawater pourrait être développé en Haïti?

4.Posté par Annie MAGNIEZ le 08/02/2015 09:44
On peut imaginer de former des techniciens de fabrication , sur place , en Afrique ?

5.Posté par molpi le 11/02/2015 19:27
bonjour. Le nylon n'étant pas des plus sains pour l'environnement, peut-on changer le tissu, quitte à alourdir la structure ?

6.Posté par Armelle Amado le 25/02/2015 16:16
je trouve l'idée du warkawater génial il pourrait être développé partout puisque l'eau serait gratuite

7.Posté par ALF21 le 05/05/2015 10:18
Superbe et fonctionnelle: géniale invention Italienne!

Voilà un projet de développement à sponsoriser:)

8.Posté par sumo le 09/07/2015 13:41
j'ais bien peur que ce genre d'invention sera vite mis au placard par les grand de l'eau il y gagne trop de fric et de plus le bien etre des population il s'en tapent

9.Posté par Pascaline le 15/01/2016 12:54 (depuis mobile)
Idée géniale. Mais je me demande si le fait de capter l'' humidité de l'' air ne cause un déséquilibre climatique. Il fera très chaux par exemple.

10.Posté par Daniel van Drimmelen le 16/01/2016 14:00
Si la structure ne pèse que 60 kg, elle ne s'envole pas au premier coup de vent?

11.Posté par Clodie le 06/05/2016 19:37 (depuis mobile)
Si ce système est valable ce sera la fin du monopole des sociétés des eaux. Bravo et longue vie

12.Posté par BOUBOU le 07/05/2016 10:54 (depuis mobile)
Avant de crier au miracle, il faudrait déjà connaître le coût de fabrication et d'entretien de la structure...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Abonnez-vous à notre newsletter et, en cadeau de bienvenue, accédez à notre Ebook WE DEMAIN
l'histoire inédite de l'homme qui a vécu comme un animal




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE