Déchiffrer  > COP27 : l’Amazonie, symbole de la situation inquiétante des forêts

Written by 19 h 48 min Déchiffrer, Planete

COP27 : l’Amazonie, symbole de la situation inquiétante des forêts

Le président brésilien élu Lula a souligné à la COP27 son intention de « zéro déforestation » en Amazonie d’ici 2030. Un rapport indique que la plus grande forêt tropicale du monde a déjà dépassé un point de non-retour vers sa « savanisation ».

Le 18/11/2022 par Vincent Rondreux
déforestation amazonie
Des billes de vois fraîchement coupées en forêt amazonienne. Crédit : Tarcisio Schnaider / Shutterstock.
Des billes de vois fraîchement coupées en forêt amazonienne. Crédit : Tarcisio Schnaider / Shutterstock.

« Il n’y a pas de sécurité climatique pour le monde sans une Amazonie protégée. Nous ferons tout ce qu’il faudra pour avoir zéro déforestation et dégradation de nos écosystèmes d’ici 2030 ». Personnalité « la plus attendue » à la COP27 de Charm el-Cheikh, qui a été prolongée jusqu’au 19 novembre, le président brésilien élu Lula s’est montré volontaire sur le front du climat et du sauvetage de la plus grande forêt tropicale du monde (5,5 millions de km2), concentrée à plus de 60 % au Brésil.

9494 km2 déforestés depuis le début de l’année

Il va le falloir. Depuis le début du siècle et jusqu’en 2018, la déforestation en Amazonie avait déjà atteint plus de 500 000 km2, autant que la superficie de l’Espagne. Au Brésil, elle s’est accélérée avec Jair Bolsonaro. Sur les dix premiers mois de l’année, elle atteint déjà 9494 km2, déjà plus que le record de 9178 km2 en 2021. En cause : l’industrie agricole à plus de 80 %, mais également les exploitations minières et le pétrole.

26 % de la forêt dégradée en Amazonie

Alors qu’une centaine de pays se sont engagés, lors de la COP26 à Glasgow, à mettre fin à la déforestation d’ici 2030, la situation semble encore plus urgente en Amazonie.

Un rapport publié en septembre par un regroupement d’organisations environnementales amazoniennes (RAISG) et la Coordination des organisations indigènes du bassin amazonien (Coica) souligne qu’avec 26 % de sa superficie dégradée, « l’Amazonie a atteint un point de non-retour ». 

Amazonie : un mega-écosystème qui peut se transformer en savane

La forêt amazonienne compose un mega-écosystème qui s’auto-entretient, régule en particulier son humidité, et peut se régénérer après sécheresses et autres incendies. Les scientifiques expliquent néanmoins qu’au-delà d’un certain stade, sa résilience décline : d’une forêt tropicale, on bascule progressivement vers un paysage de savane.

Au lieu de capter de capter du dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique, l’ensemble devient un émetteur de CO2 et aggrave donc le réchauffement. Les pluies seraient également affectées. Le point de rupture se situe selon les experts entre 20 et 25% de surfaces dégradées. 

Moins de CO2 stocké que de CO2 rejeté dans l’atmosphère

Les auteurs du rapport soulignent donc l’urgence de restaurer, d’ici 2025, 6 % de la forêt amazonienne, soit l’équivalent de la superficie de la France métropolitaine. Ce rapport s’ajoute à une précédente étude expliquant que l’Amazonie rejette désormais plus de CO2 dans l’atmosphère qu’elle n’en stocke.

Publiée l’an passé dans la revue Nature et basée sur des échantillons de CO2 prélevés entre 2010 et 2018, elle estime que ce dégazage a lieu dans l’est et le sud-est du bassin amazonien tandis que l’ouest émet autant de carbone qu’il n’en émet. Les scientifiques expliquent ce déstockage de CO2 par la combinaison entre la déforestation et l’intensification de la saison sèche consécutive au réchauffement planétaire.

Forêts mondiales : le stockage de CO2 s’affaiblit

A l’échelle mondiale, les écosystèmes terrestres captent actuellement environ un quart des émissions anthropiques de CO2. Mais cette situation n’est pas immuable. Dans son nouveau rapport sur les émissions mondiales de CO2, publié à l’occasion de la COP27, le Global Carbon Project estime que ce « puits de carbone » constitué principalement par les forêts s’est affaibli durant la décennie 2012-2021, avec une « réduction de l’absorption de CO2 » de 17 %.

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et abonnez-vous à notre magazine.

Tags:

A lire aussi :

  • Ivanice Pires Tanoné : “Un Indien sans terre n’est pas un Indien”

    Planete

    Ivanice Pires Tanoné : “Un Indien sans terre n’est pas un Indien”

    Première cheffe de la tribu des Kariri-Xocó au Brésil, Ivanice Pires Tanoné était présente lors du festival Agir pour le vivant. À 68 ans, la cacique lutte pour la préservation de ses terres, sa culture et de ses traditions. À travers ses connaissances et son rire communicatif, elle défend un monde en harmonie avec l’ensemble du vivant.
  • Ils écoutent les sons de la forêt en Colombie

    Planete

    Ils écoutent les sons de la forêt en Colombie

    Depuis trente ans en Colombie, des chercheurs collectent les sons de la biodiversité exceptionnelle et menacée de leur pays. Ce patrimoine et le potentiel grandissant qu’offre l’écoacoustique pourraient contribuer à mieux protéger la nature et notamment les forêts.
  • Déforestation : en Amazonie, 18 arbres sont coupés chaque seconde

    Planete

    Déforestation : en Amazonie, 18 arbres sont coupés chaque seconde

    Dans l'ensemble du Brésil, la déforestation a bondi en 2021 de 20,1 %, selon une étude indépendante. Et c'est l'Amazonie qui paie le plus lourd tribu.