Déchiffrer  > L’Élysée, passoire thermique ?

Written by 12 h 52 min Déchiffrer • 5 Comments

L’Élysée, passoire thermique ?

“Le cordonnier est le plus mal chaussé”, dit le proverbe. “Faites ce que je dis, pas ce que je fais”, raille la vox populi. Et si la consommation énergétique de la présidence de la République illustrait de façon, ô combien symbolique, le décalage entre la parole politique et la réalité ? Enquête dans les thermo-comptes de l’Élysée.

Le 25/11/2021 par Gérard Leclerc
(Crédit : Boutique officielle de l’Élysée/Y.Bottalico)
(Crédit : Boutique officielle de l’Élysée/Y.Bottalico)
(Crédit : Boutique officielle de l’Élysée/Y.Bottalico)

En 2017, le candidat Macron ­promettait de supprimer les passoires thermiques. Notamment en rénovant des bâtiments publics. Le président Macron habite et travaille aujourd’hui dans le plus prestigieux d’entre eux : le palais de l’Élysée. Est-il exemplaire en matière ­énergétique ? 

Gaz, fioul, électricité… Après avoir enquêté, WE DEMAIN révèle les dépenses énergétiques et l’empreinte carbone des bureaux de la présidence de la République ; en dresse le diagnostic et le bilan avec l’aide de la Société ELAN et du bureau d’études Maya Construction durable. Et ce n’est pas glorieux, malgré des tentatives récentes pour en verdir le fonctionnement.

Précisément, nous analysons les dépenses énergétiques des trois sites de la présidence de la ­République. L’hôtel d’Évreux, communément appelé “palais de l’Élysée”, du 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré, auquel il faut ajouter l’hôtel de Marigny situé juste en face, les bureaux des 2, 4, et 14, rue de l’Élysée. Et enfin, le palais de l’Alma (situé au 11, quai Branly, dans le 7e arrondis­sement), qui abrite lui aussi des services de la présidence.

Au total, en 2020, pour 800 personnes travaillant dans 32 460 m2, des factures de chauffage s’élèvent à 345 159 euros, et à 412 881 euros pour l’électricité, ce qui correspond à 2 246 602 kWh et 278 463 litres de fioul…

Détails de la consommation d’énergie de l’Élysée, diagnostic énergétique, empreinte carbone, décryptage de ce bilan… Retrouvez la suite de cette enquête dans WE DEMAIN n°36 en kiosque le 25 novembre, et disponible sur notre boutique en ligne !

Tags:

A lire aussi :

  • Halte au bio-bashing !

    Respirer

    Halte au bio-bashing !

    CHRONIQUE. Comme il existe des climatsceptiques, il y a des bio-sceptiques. Jean-Paul Curtay, nutrithérapeute, répond aux trolls du bio-bashing.
  • Creuser les océans, “des dégâts irréversibles  dans les fonds marins”

    Respirer

    Creuser les océans, “des dégâts irréversibles dans les fonds marins”

    Alors que les réserves de métaux essentiels à l’économie numérique et à la transition énergétique se vident sur terre, les regards se tournent vers les fonds marins. Si l’exploitation commerciale n’a pas encore commencé, des projets sont en cours et préparent le terrain. Au risque d’endommager des écosystèmes encore largement inexplorés, alertent des scientifiques et des ONG.
  • Il marche 33  800  kilomètres dans les pas de l’humanité

    Ralentir

    Il marche 33  800  kilomètres dans les pas de l’humanité

    Le journaliste américain Paul Salopek raconte notre époque d’une façon inédite. À pied, il retrace le chemin parcouru par l’être humain à travers l’histoire. De la Corne de l’Afrique à la Terre de feu.