Déchiffrer

Nouveau record d’émissions de CO2 dans le monde en 2023

Alors qu’on compte 2 500 lobbyistes des énergies fossiles à la COP28, le Global Carbon Project dévoile ce jour, mercredi 5 décembre, son bilan des émissions de CO2 en 2002 et ses projections pour 2023. Le moins que l’on puisse dire est que le bilan est inquiétant. Les émissions de CO2 devraient atteindre en 2023 les 40,9 milliards de tonnes (GtCO2). Un record encore jamais atteint, selon les estimations de quelque 120 scientifiques internationaux. Et la preuve que le monde dans sa globalité est encore très loin de sortir de sa dépendance aux énergies fossiles.

Selon les chiffres du Global Carbon Project publiés en marge de la COP28, les émissions liées aux énergies fossiles s’inscrivent en hausse de 1,1 % par rapport à 2022. Et de 1,4 % par rapport à leur niveau de 2019 (les années 2020 et 2021 sont écartées, en raison des répercussions de la pandémie de Covid).  Le charbon reste encore, de loin, le premier contributeur à cette pollution, à hauteur de 41 % du total.

« Il semble désormais inévitable que nous dépassions l’objectif de 1,5 °C »

Face à ces chiffres, le plafond des +1,5 °C évoqué lors de la COP21 à Paris se rapproche dangereusement. Selon les estimations des scientifiques, il pourrait être atteint d’ici 7 ans à ce rythme. Surtout, alors qu’on avait encore un faible espoir de rester dans ces limites de réchauffement climatique, « il semble désormais inévitable que nous dépassions l’objectif de 1,5 °C », n’hésite pas à indiquer l’étude du Global Carbon Project.

La concentration moyenne de CO2 dans l’air poursuit donc sa hausse. Alors qu’elle était de 278 ppm (parties par million) en 1750, au début de l’ère industrielle, elle devrait être de l’ordre de 419 ppm en 2023. Cela signifie qu’il y a désormais 419 molécules polluées sur 1 million de molécules d’air. Concrètement, cela a un impact sur de nombreuses maladies comme l’asthme, les pathologies cardio-vasculaires, les troubles respiratoires, etc.

La Chine, premier pays émetteur avec 31% des émissions mondiales

La Chine, véritable atelier du monde, est – de loin – le premier émetteur de CO2 au monde (avec l’Inde qui progresse très vite également). Le pays pèse désormais pour 31 % du total (+4 % entre 2022 et 2023), devant les États-Unis qui participent à hauteur de 14 % (-3 % d’une année sur l’autre grâce à la fermeture de centrales à charbon).

L’Europe, elle, ne pèse plus que pour 7% des émissions totales avec un recul de 7,4 %. La hausse des coûts de l’énergie et la guerre en Ukraine ont accéléré la transition vers des énergies renouvelables ces derniers mois.

Recul des émissions de CO2 en France, mais surtout sous la contrainte

Concernant la France, le pays fait plutôt figure de bon élève en termes de trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le pays devrait émettre un peu moins de 300 GtCO2 en 2023, comme le montre le graphique ci-dessous. Néanmoins, Jean-Pierre Chang, directeur adjoint de Citepa (organisme qui décompte les émissions de carbone françaises), met en garde : « cette tendance enclenchée depuis les années 2000 doit s’accélérer si on veut respecter les objectifs fixés lors de l’Accord de Paris ».

Sur le premier semestre 2023, les émissions ont reculé de 4,3 % par rapport à la même période en 2022, laissant espérer un recul global pour l’ensemble de l’année. On doit notamment ce recul à l’industrie manufacturière (-10 %), l’industrie de l’énergie (-8 %) et le secteur tertiaire et résidentiel qui fait des efforts sous contrainte, en raison de la crise de l’énergie et de l’inflation. Reste à savoir si cette tendance baissière est purement conjoncturelle ou si elle va s’inscrire dans le temps, les Français ayant adopté de nouvelles habitudes de sobriété.

L’impact changement d’usage des sols sur les émissions de CO2 mesuré pour la première fois

Le rapport du Global Carbon Project intègre pour la première fois le changement d’usage des sols dans ses calculs. Par cela, on entend les effets de la déforestation, du pâturage, de l’expansion (ou inversement) agricole ou encore le recul agricole.

S’il est très difficile d’avoir une estimation fiable de ces données, le Global Carbon Project s’y attèle néanmoins afin d’avoir une meilleure vision d’ensemble de la planète et des impacts du réchauffement climatique. Selon le rapport, les émissions nettes de CO2 qui sont la conséquence de ce changement d’usage devraient atteindre les 4,1 milliards de tonnes de CO2 en 2023.

C’est 10 fois moins que les émissions fossiles mais cela reste néanmoins trop élevé pour être compensé par les absorptions actuelles de CO2. En outre, cette évaluation permet de constater que les méga feux de forêts ont un impact majeur sur la qualité de l’air dans le monde. L’exemple des feux en Indonésie en 1997 est criant. Et cela ajoute encore de l’inquiétude pour l’avenir.

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Déchiffrer

Anna Turrell (Decathlon) : « Nous croyons fermement que l’avenir est circulaire »

Alors que la marque outdoor Decathlon lance des produits en caoutchouc 100% naturel, Anna Turrell,…

9 heures ago
  • Ralentir

Sea Shepherd : arrêté, le justicier des mers, Paul Watson, encourt 15 ans de prison

Paul Watson, fondateur de l'ONG Sea Shepherd, a été arrêté au Groenland dimanche 21 juillet…

1 jour ago
  • Partager

Qualité de l’eau de la Seine : des améliorations mais toujours pas le feu vert pour le grand public

L'ONG Surfrider Foundation teste régulièrement la qualité de l'eau de la Seine à Paris. À…

1 jour ago
  • Ralentir

Forum de l’économie légère : demandez le programme !

Plongez dans l'économie légère lors du premier forum dédié, le 3 octobre 2024 à l'Hôtel…

2 jours ago
  • Découvrir

Sous le sable, les câbles : l’Internet invisible de vos vacances

Les plages estivales cachent une infrastructure essentielle : les câbles sous-marins de fibre optique qui acheminent…

2 jours ago
  • Respirer

Infrastructures sportives de Paris 2024 : innovations durables à tous les étages

Infrastructures sportives HQE, labels en pagaille, économies d'énergie, économie circulaire… Pour Paris 2024, les efforts…

3 jours ago