Découvrir

De 2 % en 1995 à 95 % de biodéchets recyclés aujourd’hui : l’exemple de la Corée du Sud

Ils représentent en France 30 % des ordures ménagères. Depuis le 1er janvier 2024, les biodéchets font l’objet d’un tri à la source obligatoire. Objectif : augmenter la proportion de collecte des déchets alimentaires des ménages. Jusqu’à présent, elle n’était que de 14 % , selon l’ADEME, l’agence de transition écologique. Bien loin des performances de la Corée du Sud.

Après 20 ans de politique en faveur de la valorisation des déchets alimentaires, le pays est passé de 2 % de collecte en 1995 à 95 % aujourd’hui. Cela en fait le champion mondial en la matière. Mais tous les pays n’ont pas adopté une telle politique. Chaque année dans le monde, ce sont pas moins de 1,4 milliard de tonnes de nourriture qui sont jetées. Pour la grande majorité, ils finissent la décharge, enfouis ou incinérés. Résultats : ces déchets organiques représentent 6 % des émissions de gaz à effet de serre sur Terre.

La recette de la Corée du Sud pour imposer le tri des biodéchets

Ce n’est que grâce à des mesures radicales du gouvernement coréen que les habitudes ont changé. Il faut dire que les Sud-Coréens produisent chacun plus de 139 kilos de déchets alimentaires chaque année (kimchi compris), contre 95 à 115 kilos dans les pays occidentaux. Pour éviter un tel gaspillage, la Corée du Sud s’est organisée depuis le début des années 2000. En 2005, est entrée en vigueur l’interdiction de mettre en décharge les aliments. Obligation a été faite de se doter de sacs biodégradables et de pratiquer le compostage domestique.

En outre, la Corée du Sud s’est dotée de conteneurs intelligents dans les grandes villes. Installés au pied des habitations, les Coréens doivent y déposer leur tri sélectif, notamment alimentaire. Chaque poubelle commune s’ouvre en utilisant une carte individuelle. Rien qu’à Séoul, la capitale, quelque 6 000 poubelles équipées de balances et d’identification par radiofréquence. Les déchets sont ensuite pesés et les citoyens sont facturés en fonction du poids. Ces restes organiques sont ensuite transformés en nourriture pour animaux ou en compost afin de servir d’engrais pour l’agriculture. Le biogaz est aussi en plein essor.

Deux conteneurs à carte avec balance intégrée pour taxer au poids les biodéchets des habitants de Corée du Sud. Crédit : Revi / Wikipedia.

Des biodéchets qui alimentent fermes urbaines et jardins communautaires en Corée du Sud

Grâce au compost ainsi créé, la Corée du Sud a vu nombre de fermes urbaines éclore ainsi que le développement de potagers partagés. Entre 2014 et 2021, ils ont été multipliés par six à Séoul. Il y a quatre ans, la capitale comptait quelque 202 hectares de fermes urbaines et jardins communautaires. Elle devrait atteindre les 240 hectares cette année. C’est un peu plus de 330 terrains de foot dédiés à la production alimentaire. Dans une ville extrêmement compacte (plus de 15 000 hab./km2, comme Paris), c’est un bel exploit.

Pour parvenir à cela, c’est la ville qui a décidé de prendre en charge entre 80 et 100 % des coûts de démarrage de ces petites exploitations agricoles. Et complète par l’installation à proximité de ces espaces des composteurs de déchets alimentaires pour faciliter l’enrichissement régulier des terres.

En France, une taxe au poids sur les ordures ménagères ?

Si les Français ne semblent pas prêts à adopter cette solution, l’idée fait néanmoins son chemin auprès des agglomérations et collectivités. Certaines villes, villages et départements ont déjà adopté ce qu’on appelle la « redevance incitative », ou taxe au poids sur les ordures ménagères. C’est le cas en Dordogne sur une partie du département. Le projet a mis en place ce système progressivement sur 3 ans :

  • Phase 1 Mise en place technique : déploiement des équipements et enquête usagers
  • Phase 2 Année pédagogique  : utilisation du système de collecte et paiement de la TEOM (Taxe d’enlèvement des ordures ménagères) avec envoi d’une facture qui ne sera pas payée
  • Phase 3 Première année de facturation réelle en redevance incitative

Des tarifs variables selon la taille du foyer et le mode de collecte

Les tarifs varient selon que l’on opte pour les points d’apport volontaire publics (conteneurs collectifs avec accès par carte, comme en Corée du Sud) ou pour la collecte en porte à porte (plus cher). Outre un abonnement annuel (113,91 euros), s’ajoute un forfait qui donne droit à un nombre fixe d’ouvertures des poubelles intelligentes en fonction du nombre de personnes par foyer. Exemple : une personne seule débourse 83,5 euros pour 16 ouvertures de sacs noirs (tout-venant). Deux personnes, 135,70 euros pour 26 ouvertures. Le nombre de passages en déchetterie est également limité (26 passages par foyer par an, 10 euros par passage supplémentaire).

Selon le SMD3 (Syndicat Mixte des Déchets de la Dordogne), cette redevance incitative a permis de réduire de 42 à 43 % la quantité de déchets non recyclables depuis sa mise en place. Côté citoyens, cette nouvelle taxe au poids a encore du mal à être acceptée et à être vue comme un progrès plutôt qu’une contrainte onéreuse…

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire
et abonnez-vous à notre magazine.

Recent Posts

  • Déchiffrer

Agriculture durable : permaculture, biodynamie, bio… apprenez à faire la différence

Parmi les modèles d'agriculture durable, quelles sont les grandes différences ? Voici une présentation des principaux…

9 heures ago
  • Inventer

Véhicule volant : le chinois Xpeng présente son drone taxi en France

Découvrez l’eVOLT X2 de Xpeng : un véhicule qui combine l’agilité d’un drone et le…

1 jour ago
  • Découvrir

La Vallée de la Millière, laboratoire de biodiversité à ciel ouvert imaginé par Yann Arthus-Bertrand

Yann Arthus-Bertrand et son fils Tom transforment 30 hectares de la Vallée de la Millière…

3 jours ago
  • Inventer

Imagerie satellitaire : ces start-up qui révolutionnent la mesure des puits de carbone

L'imagerie satellite couplée à l'intelligence artificielle ouvre de nouvelles perspectives pour cartographier et quantifier avec…

4 jours ago
  • Partager

7 outils pour préparer des vacances plus durables

Mollow, Nightgoes, Hourrail, AllTrails, Guides Tao… ces outils vont vous permettre de réduire votre impact…

5 jours ago
  • Partager

Lentilles, pois chiches, haricots… comment cuisiner les légumineuses pour qu’elles soient digestes ?

Comment consommer les légumineuses pour en tirer tous les bienfaits tout en s'assurant une bonne…

6 jours ago