Découvrir  > Envie de piquer une tête ? C’est maintenant possible avec ce Airbnb des piscines

Written by 15 h 24 min Découvrir

Envie de piquer une tête ? C’est maintenant possible avec ce Airbnb des piscines

Swimmy est une nouvelle plateforme de location de piscines entre particuliers. Une solution intéressante pour profiter de l’été et se rafraichir sans aller à l’autre bout du monde.

Le 04/08/2017 par Sofia Colla
Swimmy est une nouvelle plateforme de location de piscines entre particuliers. Une solution intéressante pour profiter de l’été et se rafraichir sans aller à l’autre bout du monde.
Swimmy est une nouvelle plateforme de location de piscines entre particuliers. Une solution intéressante pour profiter de l’été et se rafraichir sans aller à l’autre bout du monde.

Si vous n’avez pas encore eu le temps de construire votre piscine en palette, cette nouvelle plateforme vous permet quand même de profiter d’une après-midi baignade !
 
Le principe de Swimmy est simple. Cette plateforme communautaire permet de mettre en relation les propriétaires de piscine et les baigneurs. Suivant le même fonctionnement qu’Airbnb, il suffit de chercher parmi les annonces la piscine de vos rêves, et ce, partout en France.
 
Le site propose plusieurs filtres pour affiner la recherche : la capacité d’accueil de la piscine, si les enfants sont les bienvenus, ainsi que des extras comme la présence d’un jardin, de transats, d’une douche, d’un barbecue ou même d’un terrain de pétanque ! Il est aussi possible de sélectionner son annonce en fonction de la présence des propriétaires dans la maison au moment de la location. 

Certaines offres proposent plus qu’une simple après-midi piscine avec par exemple des cours d’aquagym avec un professeur agrégé ou la possibilité de profiter d’une table d’hôte.
 
Le prix moyen de la location d’une piscine pour la demi-journée est de 15 euros. La start-up se rémunère grâce à une commission de 10 % prélevée sur chaque transaction.

Un mois de juillet inspirant

À l’origine de Swimmy : Raphaëlle de Monteygnard. Une communicante d’une PME parisienne, qui a décidé de quitter son travail pour fonder sa propre start-up.
 

“Lors d’un week-end à Lyon en juillet 2016, j’étais au bord d’une piscine avec une amie et il faisait très chaud. On entendait les voisins qui n’avaient pas de piscine et on s’est dit que ce serait sympa si tout le monde pouvait profiter d’une baignade !”, raconte l’entrepreneure.

Après seulement un mois d’existence, la plateforme compte environ 400 utilisateurs et une cinquantaine d’annonces de piscines disponibles. La plupart se trouvent dans le sud de la France, mais l’objectif est de développer le concept sur tout le territoire.
 

“Nous souhaitons lancer l’application l’été prochain”, ajoute Raphaëlle de Monteygnard.

L’idée semble prometteuse sachant que la France est le deuxième marché mondiale de piscines privées après les États-Unis. 1,9 millions de piscines privées sont ainsi dispersées dans tout l’Hexagone. De plus, environ 40 % des français ne sont pas partis en vacances en 2016, selon le baromètre annuel du Cabinet Raffour Interactif.

Tags:

A lire aussi :

  • Fairbnb, une riposte éthique à Airbnb, va reverser 50 % de ses bénéfices au voisinage

    Découvrir

    Fairbnb, une riposte éthique à Airbnb, va reverser 50 % de ses bénéfices au voisinage

    C’était un rêve californien, celui d’une économie plus collaborative permettant d’organiser un voyage en deux clics, tout en favorisant les rencontres autour du monde. Créé par deux étudiants de San Francisco, Airbnb est aujourd’hui valorisé à plus de 30 milliards de dollars. Mais le rêve américain s’est un peu terni. “On s’est rendu compte que …
  • Amis à louer : après le logement, Airbnb veut monétiser l’hospitalité

    Partager

    Amis à louer : après le logement, Airbnb veut monétiser l’hospitalité

    Lancé en France en mars, le service "Expériences" d’Airbnb propose aux Parisiens et Marseillais de s’improviser guides touristiques moyennant rémunération. Une marchandisation des rapports humains qui inquiète les professionnels du tourisme.
  • Après Paris et Chamonix, Aibrnb élargit la collecte de la taxe de séjour à 18 autres villes

    Découvrir

    Après Paris et Chamonix, Aibrnb élargit la collecte de la taxe de séjour à 18 autres villes

    Repéré sur France3 Côte d’Azur.fr Pour les hôteliers, vent debout contre le site américain de location en ligne Airbnb, qu’ils accusaient de concurrence déloyale, c’est une excellente nouvelle. Après Paris et Chamonix, Airbnb élargit à 18 autres villes françaises la collecte de la taxe de séjour, dont Cannes, Nice et Antibes. Jusqu’à présent, le “bailleur” …