Découvrir  > Et si nous vivions sur les toits ?

Written by 15 h 49 min Découvrir, Ma maison demain

Et si nous vivions sur les toits ?

Nos villes commencent à manquer de place. Et si nous investissions les toits ? Des architectes ont déjà commencé à bâtir ces espaces pour y installer des potagers, des restaurants ou même des logements.

Le 16/10/2018 par Sofia Colla
Projet de hutte urbaine à Athènes, en Grèce. Crédit : Dragonas Christopoulou Architects
Projet de hutte urbaine à Athènes, en Grèce. Crédit : Dragonas Christopoulou Architects

Nos villes sont de plus en plus denses et les espaces libres se font rares. Pourtant, il reste encore des lieux disponibles en grande quantité et souvent inexploités : nos toits. Qu’ils soient plats ou non, de nombreux architectes imaginent des constructions pour les rendre habitables. 

La conquête des toits s’est intensifiée au XXIe siècle, avec aujourd’hui de petites habitations, des potagers urbains ou encore des bars “rooftop” de plus en plus prisés.

Le journaliste et auteur de documentaire Olivier Darmon, a réuni 35 projets autour du monde, de 1922 à 2019, de maisons individuelles ou d’équipements publics, dans l’ouvrage Habiter les toits.

1 – L’altana vénitienne

Crédit : Olivier Darmon

Depuis le Moyen Âge, ces espèces de terrasses s’élèvent sur les toits de Venise. Il s’agit d’une plateforme, généralement en bois, posée sur des piliers. Cette terrasse n’est pas reliée à un appartement en particulier mais au grenier du bâtiment, ce qui en fait un espace partagé pour tous les habitants du lieu. L’architecture vénitienne étant dense et sombre, ces altanas sont un moyen pour les habitants de profiter de la lumière naturelle et d’une belle vue sur la ville.

2 – Les bidonvilles au Caire

Crédit : Pascal Garret

Perché sur un immeuble du XIXe siècle, dans le quartier de Bab el-Louk de la capitale égyptienne, ce bidonville en toiture n’est pas unique. Au Caire, un habitant sur quatre est mal logé et les toits constituent une réelle extension de la ville.

3 –  Le casino-théâtre de Rudolph Aronson à New York

Crédit : Wikimedia Commons

Inauguré en 1883, il s’agit du premier bâtiment new-yorkais avec toit-terrasse ouvert au public. L’idée des architectes Francis Kimball et Thomas Wisedell a par la suite inspirée d’autres salles de spectacles de Broadway ou des hôtels qui ont repris et adapté le concept.

4 –  Les gradins des Wrigley à Chicago

Crédit : Flickr

Le stade de base-ball de Wrigley Field se situe au cœur d’un quartier résidentiel de Chicago. Tout autour, 16 immeubles ont une vue plongeante sur le stade, ce qui en fait les logements les plus convoités de la ville. Dans les années 80, des gradins de 100 à 200 sièges sont installés sur les toits-terrasses pour que les supporters, en payant leur place, puissent voir les matchs.

5 –  L’Observatoire de Peckham

Crédit : Peter Landers – Cooke Fawcett architects

Depuis 2007, ce parking désaffecté au sud-est de la capitale anglaise s’est transformé en haut lieu de la scène culturelle londonienne, très prisé par les artistes. Véritable tiers-lieu, son toit terrasse accueille des installations et sculptures, mais aussi des spectacles en plein air, un café ou encore un bar à cocktails.

6 –  Le Park’n’play à Copenhague

Crédit : Rasmus Hjortshøj -JAJA architects

Dans la zone portuaire de la capitale du Danemark, une aire de jeux et de détente a été installée sur le toit d’un parking avec des filets d’escalades ou encore des balançoires. Perché à 24 mètres de haut et s’étendant sur 2 400 m2, il offre une vue dégagée sur le port.

7 –  L’Opéra d’Oslo

Crédit : Snøhetta architects

Construit au bord du fjord, l’opéra de 38 000 m2 en partie immergés dispose d’un grand toit-terrasse. Ouvert à tous, il constitue une place publique où les Osloviens peuvent se balader et profiter de la vue en toute liberté.

8 –  L’église à Sydhavnen

Crédit : Nomo Studio

Ce projet répond à un concours de 2016 pour construire un lieu de culte qui réunisse également un centre social, culturel et d’activités variées pour le nouveau quartier de Sydhavnen, à Copenhague. Le cabinet d’architectes Nomo Studio a ainsi proposé une église avec toit incliné sous forme de gradin afin d’accueillir des évènements comme des concerts ou des mariages. 

9 –  Le “Green cloud” à Grenoble

Crédit : Maison Edouard François

Ce projet d’Edouard François, spécialisé dans l’architecture verte, était initialement destiné à la ville de Gurgaon, près de New Delhi en Inde. Finalement, c’est à Grenoble qu’il est en train d’être construit. Il devrait être livré fin 2018. Comprenant 42 logements, les six derniers étages de cet immeuble sont composés de terrasses et d’espaces privatifs, dissociés des appartements, avec cuisine et toilettes. De cette manière, les occupants pourront profiter de leur espace extérieur sans avoir besoin de redescendre chez-eux.

Tags:

A lire aussi :

  • Quand Pierre Cardin livrait sa vision du futur à WE DEMAIN

    Découvrir

    Quand Pierre Cardin livrait sa vision du futur à WE DEMAIN

    Suite à la disparition du créateur Pierre Cardin, nous publions un entretien qu'il avait accordé à We Demain en 2013. Il avait alors 90 ans et entreprenait la construction du Palais Lumière sur la lagune de Venise. Entretien avec un visionnaire enthousiaste, dont les œuvres rayonnent des territoires de la mode à ceux de l’architecture contemporaine.
  • Proto-Habitat, la maison modulable en bois qui s’adapte à ses habitants

    Découvrir

    Proto-Habitat, la maison modulable en bois qui s’adapte à ses habitants

    Les deux architectes français Frédérique Barchelard et Flavien Menu ont conçu le Proto-Habitat, un habitat modulable et écolo, qui peut se transformer en bâtiment individuel, logement collectif, lieu de travail… au gré des besoins de ses habitants.
  • Gonflée, virtuelle, post-Covid… notre top 5 des maisons de 2020

    Ma maison demain

    Gonflée, virtuelle, post-Covid… notre top 5 des maisons de 2020

    Adaptée au télétravail, au monde post-épidémie, mais aussi nomade et ludique… Voici cinq tendances d’habitation qui ont retenu l’attention de WE DEMAIN en 2020.