Découvrir  > La SNCF lance TGVpop pour contrer BlaBlaCar

Written by 13 h 11 min Découvrir, Pris dans la toile

La SNCF lance TGVpop pour contrer BlaBlaCar

Le 19/06/2015 par WeDemain

[Repéré sur Les Échos]

La SNCF poursuit sa contre-attaque contre le covoiturage, qui lui a ravi de son propre aveu 1 million de voyageurs l’an dernier. L’entreprise publique va expérimenter cet été TGVpop, une nouvelle offre commerciale ciblant particulièrement les jeunes, qui délaissent aujourd’hui le train au profit de BlaBlaCar.

TGVpop se propose de “renverser le pouvoir”, qui reviendra aux voyageurs, explique Rachel Picard, la patronne de l’activité TGV : “Ce sont eux qui vont décider si le train va partir ou pas.” Concrètement, la compagnie va proposer de mettre en circulation 200 trains supplémentaires du 5 juillet au 30 août. Cela représente 100.000 places sur une trentaine de destinations, avec un prix unique (25 ou 35 euros selon la distance, avec un supplément de 5 euros pour la première classe).
Lire la suite de l’article.

Tags:

A lire aussi :

  • Covoiturage Libre devient une coopérative pour concurrencer BlaBlaCar

    Ralentir

    Covoiturage Libre devient une coopérative pour concurrencer BlaBlaCar

    Quand on dit covoiturage, on pense instantanément BlaBlaCar, star de l’économie collaborative et instigatrice de ce mode de déplacement en France. Initialement gratuite, la plateforme est devenue payante en 2011, suite à l’entrée d’actionnaires à son capital.   En réaction, des utilisateurs déçus par ce tournant, décident de construire une plateforme qui leur convient : …
  • Une start-up invente l’auto-stop illimité pour 2 euros par mois

    Partager

    Une start-up invente l’auto-stop illimité pour 2 euros par mois

    OuiHop’ est une application de covoiturage urbain qui met en relation conducteurs et passagers allant dans la même direction. Un service sans échange d'argent, que ses créateurs présentent comme une alternative aux transports en commun.
  • Pour protéger ses recettes, l’État veut taxer l’économie collaborative

    Partager

    Pour protéger ses recettes, l’État veut taxer l’économie collaborative

    Un rapport sénatorial propose de communiquer directement au fisc les revenus des plateformes, de taxer les particuliers à partir de 5 000 euros de revenus et de prélever directement la TVA lors des achats en ligne.