Ma maison demain  > ScoopHome : une maison semi-enterrée connectée à la nature

Written by 17 h 43 min Ma maison demain

ScoopHome : une maison semi-enterrée connectée à la nature

La société française ScoopHome a imaginé Cocoon, une maison bulle en ossature bois recouverte de terre et semi-enterrée pour mieux se fondre avec la nature.

Le 19/02/2022 par Florence Santrot
ScoopHome, maison bulle semi-enterrée
Le Cocoon de ScoopHome se fond dans la nature comme si elle l'avait créé. Illustration : ScoopHome.
Le Cocoon de ScoopHome se fond dans la nature comme si elle l'avait créé. Illustration : ScoopHome.

Cette maison s’appelle Cocoon. Encore étudiant en architecture, Matthieu Floury, originaire de Chamonix en Haute-Savoie, a mis au point en 2018-2019 une nouvelle maison-bulle et créé sa société, ScoopHome. De faible emprise, elle s’inspire de l’architecture bioclimatique. Le principe ? Concevoir une habitation capable de s’adapter au mieux à son environnement et de profiter des ressources naturelles alentour. Et qui ne nécessite pas de permis de construire pour l’installation d’un seul module.

Concrètement, le concept Cocoon de ScoopHome est une maison semi-enterrée. D’une part, son ossature en bois est écologique et s’adapte aux spécificités du terrain car chaque découpe est unique. D’autre part, un module simple possède une surface de 19 m2 de carré et 4,5 m2 de terrasse, qu’il est possible d’interconnecter. Le but, ici, est d’avoir un impact carbone minimum, avec un recours à des matériaux naturels et durables. A l’intérieur, l’hygrothermie – soit la température et et le taux d’humidité de l’air – s’autorégule grâce au sol naturel.

ScoopHome, une maison modulable

Il faut dire que le concept a été pensé pour être totalement personnalisable. Il est donc tout à fait possible d’augmenter la surface en couplant plusieurs modules entre eux. Dans ce cas, il faut alors un permis de construire. Alors que pour un seul module Cocoon, une simple déclaration préalable de travaux en mairie est suffisante. Du côté de l’aménagement intérieur, il peut se décliner de quatre manières : séjour-cuisine, chambre, studio ou local d’activité. Pour chaque aménagement, ScoopHome fait du 100 % sur mesure. Tout comme pour la structure, constituée de lamibois, un matériau composite constitué de couches de placage de bois stratifié avec un adhésif.

Exemple d’installation intérieure, ici un module dotée d’une chambre et d’un espace salle de bain.
Illustration : ScoopHome.

A noter que, pour obtenir une température relativement stable tout au long de l’année, la structure s’adosse à de la terre sèche et de la paille. De plus, un capteur solaire thermique optimise l’inertie thermique et une bonne isolation, qui s’inspire notamment du concept EarthShips, complète le tout. Ce système permet une hygrothermie optimale, tout en ayant recours à un maximum de matériaux biosourcés et écologiques.

“L’inertie thermique du sol naturel terreux permet de restituer durant l’hiver la chaleur emmagasinée l’été et inversement avec la fraicheur de l’hiver l’été. Cela est possible grâce au déphasage thermique de 6 mois du sol”, indique ScoopHome sur son site. Enfin, il faut souligner que le budget pour une telle installation débute autour de 50.000 euros, un montant très raisonnable.

Schéma du module Cocoon de ScoopHome et de la manière dont la chaleur est récupérée et stockée naturellement. Illustration : ScoopHome.
Schéma du module Cocoon de ScoopHome et de la manière dont la chaleur est récupérée et stockée naturellement. Illustration : ScoopHome.

Tags:

A lire aussi :

  • “Nous allons réinventer la place de la Bastille avec les citoyens”

    Découvrir

    “Nous allons réinventer la place de la Bastille avec les citoyens”

    À tout juste quarante ans, Julien Beller a orchestré la construction participative de l’un des plus gros chantiers parisiens, la rénovation de la place de la Bastille, ni plus ni moins. Mais ne cherchez pas son bureau en plein cœur de la capitale. Julien Beller a fondé son agence d’architecture sur l’immense friche du 6B, …
  • “En imitant la nature, notre immeuble se rafraîchit naturellement”

    Découvrir

    “En imitant la nature, notre immeuble se rafraîchit naturellement”

    D’aucuns y verront un boabab aux branches métalliques, d’autres un animal aux écailles hérissées… Une étonnante créature vient de pousser dans l’est de Montpellier. L’Arbre blanc, c’est son nom, est un immeuble dont chaque appartement est doté d’une terrasse de 10 à 32 m2. Comme de petites pièces supplémentaires, dressées dans toutes les directions. De …
  • Cyrille Hanappe : “L’accueil des migrants doit être une compétence locale”

    Découvrir

    Cyrille Hanappe : “L’accueil des migrants doit être une compétence locale”

    Architecte et ingénieur, Cyrille Hanappe s’investit depuis plusieurs années dans les bidonvilles étrangers, mais aussi français.   En 2016, il a participé à l’aménagement du premier camp d’accueil des migrants de Grande-Synthe, à 40 kilomètres de Calais, avec le soutien du maire Damien Carême, finalement brûlé en avril 2017.   L’architecte revient sur cette expérience …