Ma maison demain  > Visite du “Lavoir du Buisson”, habitat participatif parisien

Written by 9 h 25 min Ma maison demain, Partager

Visite du “Lavoir du Buisson”, habitat participatif parisien

Le 24/10/2019 par Sofia Colla
Le Lavoir du Buisson a été aménagé dans une ancienne friche industrielle. (Crédit : We Demain)
Le Lavoir du Buisson a été aménagé dans une ancienne friche industrielle. (Crédit : We Demain)

Des chats qui se prélassent, des terrasses arborées, des voisins qui partagent un café… Le Lavoir du Buisson est une petite oasis cachée en plein coeur du Xe arrondissement de Paris. Conçue en 1983, cette résidence est l’un des premiers habitats participatifs de la capitale.

À l’origine du projet, deux couples de trentenaires qui souhaitaient acquérir un logement. “Ils ne voulaient pas acheter de ‘petites boites’ dans leur coin, mais trouver un endroit plus convivial”, se souvient Sylvie, une des copropriétaires, arrivée au tout début de l’aventure.
 
Ils découvrent alors une friche industrielle, un ancien lavoir désaffecté depuis une cinquantaine d’années. Grâce au bouche-à-oreille, ils réunissent 12 familles, pour investir les 1 000 m2. La conception de l’habitat participatif, avec l’architecte Bernard Kohn, dure deux ans. Une étape un peu longue car ici chacun a pu imaginer son logement en fonction de ses envies. Résultat : 30 ans plus tard, la plupart des propriétaires sont toujours là !

Un habitat modulable

La résidence a aussi su évoluer avec eux. À la base, la plupart des appartements ont été conçus en duplex, et font entre 60 et 130 m2. Mais certains ont été échangés, divisés ou réunis, pour s’adapter aux besoins respectifs des familles.

Une des copropriétaires a par exemple divisé son appartement en deux, pour que son fils puisse emménager avec sa famille. Car les enfants reviennent ! “C’est dur d’avoir grandi avec tout le monde, et d’aller vivre dans un petit studio tout seul”, témoigne Sylvie, dont le fils ainé, censé avoir déménagé “est tout le temps là”.  
  
Au Lavoir du Buisson, une petite vie de village s’est créée au fil du temps : tout le monde se connaît, se tutoie, s’entraide. Si chacun a son logement personnel, la résidence est parsemée d’espaces partagés, les petits jardins, la laverie ou encore la salle commune, de plus de 60 m2. “Même les boîtes aux lettres sont ouvertes”, s’amuse Philippe. 
 
La salle commune est également louée, à des associations par exemple, ce qui permet aux habitants d’avoir un petit revenu afin d’abaisser les charges de copropriété, qui sont très basses, souligne Sylvie : “Je paye environ 80 euros par mois”, explique-t-elle. Les résidents font aussi beaucoup de petits travaux eux-mêmes.
 
Dans cette vidéo, Philippe et Sylvie vous proposent une visite guidée “du Buisson”.

Tags:

A lire aussi :

  • Première française en Bretagne : un immeuble équipé de toilettes sèches

    Découvrir

    Première française en Bretagne : un immeuble équipé de toilettes sèches

    Une révolution du petit coin, ni plus ni moins. En France, les toilettes sèches restent cantonnées aux festivals ou aux fonds des jardins. Depuis peu, des mairies en installent aussi dans les lieux publics. Mais des Bretons en veulent à tous les étages : la coopérative d’habitants l’Ôôôberge, à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) a décidé d’installer des toilettes sans …
  • A Bègles, 11 familles ont conçu elles-mêmes leur appartement

    Ma maison demain

    A Bègles, 11 familles ont conçu elles-mêmes leur appartement

    La Ruche a été conçue par ses habitants, assistés par les architectes du projet. Le résultat : une résidence composée de onze appartements uniques, des espaces mutualisés et des matériaux écologiques. Et, en prime, une mixité sociale et générationnelle importante. Un projet à l'image de l'essor que connaît l'habitat participatif en France.
Close