Ralentir  > Êtes-vous prêt à relever le défi “Février sans supermarché” ?

Written by 14 h 38 min Ralentir

Êtes-vous prêt à relever le défi “Février sans supermarché” ?

Le 30/01/2019 par Sofia Colla

Cette année, vous avez déjà relevé le défi de ne plus rien acheter de neuf  ? Vous ne mangez plus ni viande ni poisson le lundi car vous prenez part au “lundi vert” ? Et si en février vous n’alliez plus au supermarché ? 
 
Pour la troisième année consécutive, le blog écolo suisse “En vert et contre tout” lance son défi “Février sans supermarché”. Le principe, vous l’aurez compris, est d’éviter les grandes surfaces à tout prix, durant tout le mois de février. 
 
Ce défi a pour but d’encourager les citoyens à changer leur manière de consommer, à se tourner vers les circuits courts, à soutenir les épiceries de quartier, les petits producteurs, la vente en vrac et locale.
    

“Il ne s’agit pas d’un boycott, mais de réapprendre à varier les sources d’approvisionnement. L’essentiel est de favoriser le circuit court au mieux de ses possibilités”, écrit l’auteure du site, Leïla Rölli.

       

Échanger ses bonnes pratiques

Ce genre de défi a déjà été relevé, à plus petit niveau, par des citoyens ou des journalistes. Comme par exemple Mathilde Golla, journaliste, qui a résisté plus de trois mois. À la suite de cette expérience, elle a publié un livre, 100 jours sans supermarché – Le premier guide des circuits courts, dans lequel elle donne de multiples conseils, comme faire soi-même ses cosmétiques, éviter les produits transformés ou encore prévoir les repas de la semaine pour n’acheter que l’essentiel. 
 
Pour ceux qui ont peur de se lancer seuls, il existe aussi de nombreuses pages Facebook et regroupements régionaux participant au défi, afin de partager conseils, recettes et bonnes adresses. L’année dernière, ce sont plus de 20 000 Français et Suisses qui ont pris part à ce défi et échangé à propos de leur expérience.
     

“Vous êtes totalement étranger(ère) au concept et avez peur de ne pas y arriver ? Et si vous commenciez en allant juste acheter le pain régulièrement chez votre boulanger ou en allant au marché une fois par semaine ?”, conseille Leïla Rölli.

      

 
L’occasion aussi de se lancer dans le Do It Yourself de produits d’entretien comme la lessive au lierre, d’essayer de replanter ses fruits et légumes pour avoir un mini-potager d’intérieur, ou encore de s’engager dans un groupement d’achat pour acheter en gros des produits bio directement auprès des producteurs locaux.
 
Et pas de panique côté finances ! Mathilde Golla expliquait à We Demain que se passer des supermarchés lui avait permis de faire entre 10 % et 12 % d’économies sur ses courses ! En effet, il est beaucoup moins cher de faire ses propres produits d’entretien, souvent plus écologiques que ceux que l’on trouve dans le commerce. Et en prévoyant ses repas, fini le gaspillage alimentaire. Alors, prêts à relever le défi ?

Tags:

A lire aussi :

  • Autonomie alimentaire : Albi, les rêves plus gros que le ventre

    Ralentir

    Autonomie alimentaire : Albi, les rêves plus gros que le ventre

    En 2014, la ville d’Occitanie annonçait viser 100  % d’autonomie alimentaire en 2020. Bilan ? 1,6 % ! Retour sur un impossible défi, qui a toutefois impulsé de nombreux projets.
  • Après le Dry January, le Veganuary ?

    Ralentir

    Après le Dry January, le Veganuary ?

    L’association L214 relance le défi Veganuary, qui consiste à manger végan pendant tout le mois de janvier. Un moyen de promouvoir les alternatives aux produits alimentaires d’origine animale.
  • Halte au bio-bashing !

    Respirer

    Halte au bio-bashing !

    CHRONIQUE. Comme il existe des climatsceptiques, il y a des bio-sceptiques. Jean-Paul Curtay, nutrithérapeute, répond aux trolls du bio-bashing.