Ralentir  > “Il y a un lien entre 
votre alimentation 
et vos émotions”

Written by 13 h 42 min Ralentir

“Il y a un lien entre 
votre alimentation 
et vos émotions”

Au-delà du plaisir gastronomique, notre besoin 
de manger obéit à la nécessité d’entretenir de subtils équilibres orchestrés par le microbiote intestinal, explique la pionnière de la micronutrition 
Valérie Espinasse. Des équilibres décisifs pour notre santé physique et psychologique.

Le 02/03/2020 par Gilles Luneau
(Crédit photo: Xavier Lambours/ Signatures)
(Crédit photo: Xavier Lambours/ Signatures)

We Demain : Qu’est-ce que la micronutrition ?

Valérie Espinasse : C’est améliorer la santé en satisfaisant les besoins du corps en micronutriments, vitamines et oligoéléments. À partir d’analyses, cela varie donc en fonction des personnes, ça sert à des notifications diététiques, jointes à une prescription de micronutrition, sous forme de compléments alimentaires, essentiellement en gélules ou ampoules.

On parle beaucoup de l’importance du microbiote intestinal, notamment de son influence sur l’équilibre émotionnel…

C’est très important. Nous savons aujourd’hui qu’il y a un lien certain entre l’intestin au sens large et l’équilibre émotionnel, voire dans certains cas les pathologies psychiatriques. Les cellules de la paroi intestinale – en lien direct avec le microbiote – sécrètent les mêmes neuromédiateurs que les cellules cérébrales. Après avoir longtemps pensé que l’intestin était le deuxième cerveau, on dit maintenant que c’est le premier cerveau, celui qui secrète le plus de neuromédiateurs en quantité et qualité. Neuromédiateurs qui régissent l’équilibre émotionnel. Nous savons qu’une bonne qualité et une diversité des micro-organismes qui constituent le microbiote a une influence bénéfique sur le fonctionnement des cellules intestinales, d’où le lien entre microbiote et équilibre émotionnel. Du point de vue de la santé globale, les cellules intestinales sécrètent 80 % des cellules immunitaires, notre système de défense contre les infections.

J’imagine que cette bonne qualité est directement liée à l’alimentation ?

Oui. Si votre alimentation est pauvre en fibres, déficitaire en vitamines, oligo-éléments, acides gras, vous n’aurez pas la même qualité de microbiote, mais nous savons aussi qu’il y a des profils génétiques qui induisent des déficits du microbiote intestinal. Dans les deux cas, ça se résout par des modifications alimentaires.

La tendance est à manger local et bio. Ça veut dire quoi, pour vous ?

Manger local, cela veut dire des fruits et légumes cueillis à maturité, avec leur charge optimale de vitamines, d’oligoéléments, d’anti-oxydants. Le bio a la même vertu : on sait que les pesticides et les engrais de synthèse font que les sols sont dénutris en oligoéléments, vidés de toute leur substance vitale initiale.

Par rapport à cet équilibre vital, le corps émet-il des signaux d’alerte ?

Il y a des signes annonciateurs – fatigue chronique, sommeil perturbé, moral déprimé etc. –, mais d’autres facteurs interviennent. On peut faire une évaluation alimentaire, voir ce qu’on peut rectifier “à l’aveugle”, puis conforter le diagnostic par un bilan biologique pour affiner les changements alimentaires qui amélioreront l’état global du patient.

Nous avons des habitudes alimentaires liées à la culture, mais n’y a-t-il pas une part d’instinct dans l’envie de manger ?

Oui et non. Si on questionnait des enfants, il y a de l’inné, après on est moulé dans un système éducatif alimentaire et l’instinct passe au second plan. Lors des tests d’intolérance alimentaire, les patients soulignent souvent qu’enfants, ils n’aimaient pas l’aliment allergène. J’ai aussi observé qu’une alimentation monotone favorise les intolérances, quand le terrain est propice.

Retrouvez plus d’articles sur l’alimentation de demain dans notre supplément : “Comment mieux manger sans dépenser plus ?”
réalisé avec le soutien de l’ADEME à retrouver dans We Demain n°29 disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne

Tags:

A lire aussi :

  • Ce boulanger cuit son pain dans un four solaire

    Ralentir

    Ce boulanger cuit son pain dans un four solaire

    MIEUX MANGER DEMAIN. Au cœur de la pluvieuse Normandie, l’ingénieur Arnaud Crétot a lancé la première boulangerie à four solaire d’Europe. Démonstration d’une technologie sans frontière et sans carbone.
  • Pollution, disparition… Comment bien choisir son saumon ?

    Ralentir

    Pollution, disparition… Comment bien choisir son saumon ?

    Jusqu’aux années 1950, le saumon symbolisait l’eau pure des torrents et océans, une nourriture saine. Depuis, la pollution de la nature et le cloaque chimico-excrémentiel de la pisciculture ont sapé la santé des poissons, et la nôtre. Le saumon d’élevage est truffé de molécules néfastes et le sauvage est en voie de disparition. Voici quelques conseils pour bien le choisir.
  • Les 6 méthodes pour se lancer dans la lacto-fermentation

    Découvrir

    Les 6 méthodes pour se lancer dans la lacto-fermentation

    Bonne pour la santé et secret d'une conservation plus longue des aliments, la lacto-fermentation est un vrai atout en cuisine. Voici les 6 méthodes reines pour se lancer.