Planete  > Ils écoutent les sons de la forêt en Colombie

Written by 16 h 11 min Planete, Ralentir

Ils écoutent les sons de la forêt en Colombie

Depuis trente ans en Colombie, des chercheurs collectent les sons de la biodiversité exceptionnelle et menacée de leur pays. Ce patrimoine et le potentiel grandissant qu’offre l’écoacoustique pourraient contribuer à mieux protéger la nature et notamment les forêts.

Le 24/08/2022 par WeDemain
toucan
Toucan, singes hurleurs, perroquets, spatules, colibris, grenouille à lèvres blanches… écoutez les sons de la biodiversité en Colombie. Crédit : Dan Baciu / Shutterstock.
Toucan, singes hurleurs, perroquets, spatules, colibris, grenouille à lèvres blanches… écoutez les sons de la biodiversité en Colombie. Crédit : Dan Baciu / Shutterstock.

Dans la brume qui a recouvert les hauteurs du village de Pijao en Colombie, un son strident, envahissant, vient soudain couvrir le chant des oiseaux que Diana tentait de faire identifier à des touristes. “C’est la chicharra qui annonce la pluie”, chuchote la guide en s’approchant de l’arbre où cette espèce de cigale émet un bruit assourdissant. Quelques instants plus tard, il s’éteint brutalement : “Elle a brûlé d’avoir trop vibré.” Les vocalisations des oiseaux, autrement plus douces à l’oreille, reprennent alors leurs droits. “Les plus petits ont un chant plus mélodieux”, juge-t-elle.

“Ce n’est pas le cas du colibri, nuance l’ornithologue colombien Mauricio Alvarez. En revanche, il est certain que les plus colorés sont des interprètes moins élaborés : ils utilisent davantage leur apparence que leur chant pour séduire.” En Colombie, qui compte près de 2000 espèces d’oiseaux, nombre d’entre eux sont rebaptisés d’après leur vocalisation : les tonalités grinçantes du solitaire andin lui valent ainsi le surnom de “vieille balançoire” (columpio viejo).

Avec ses 56 330 espèces et la deuxième biodiversité la plus riche au monde, la Colombie est un terrain de jeu privilégié pour les passionnés des sons de la nature et pour les chercheurs en écoacoustique, cette discipline encore balbutiante qui consiste à étudier les traces auditives de l’environnement, la biophonie des animaux, la géophonie produite par les éléments naturels et l’anthropophonie liée à l’activité humaine, afin de mieux comprendre et mieux préserver les écosystèmes. Écoutez ci-dessous quatre extraits sonores, des éco-sons enregistrés en Colombie.

– Retrouvez l’intégralité de l’article dans la revue WE DEMAIN n°39
Un numéro disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne

Les oiseaux à Colosó

Date d’enregistrement des sons : 29 avril 2009. Auteur : David F. Mejia.
Chœur d’aube dans la forêt tropicale sèche de la station primatologique de Colosó, dans le département de Sucre. La puissance de la nature se transmet à travers les sons émis en arrière-plan par une troupe de singes hurleurs, perroquets, spatules, colibris et autres oiseaux typiques de cet écosystème.

Le chant strident du Piauhau hurleur

Date d’enregistrement : 2007. Auteur : Mauricio Alvarez-Rebolledo.
Du sous-bois dense de la forêt amazonienne de Leticia émerge le chant strident du Piauhau hurleur. Son plumage gris foncé et ses déplacements astucieux font de son observation un défi. En arrière-plan, les chants timides des grenouilles et des grillons diurnes accompagnent ce concert du milieu de la matinée.

Oiseaux et grenouilles à la nuit tombée

Date d’enregistrement : 26 février 2021. Autrice : Eliana Barona Cortes.
À la nuit tombée, les prairies et les marais du piémont des “Llanos”, plaines orientales en Colombie, sont inondés par la symphonie des oiseaux nocturnes tels que le “guardacaminos” et un hibou timide. Les mâles de la grenouille à lèvres blanches et de la rainette à taches rouges forment des chœurs bruyants dans leur quête d’une compagne.

La réserve forestière de Yotoco

Date d’enregistrement : 27 février 1998. Auteur : José Agustín López.
Dans la forêt andine de la Cordillère occidentale de Colombie, dans la réserve forestière de Yotoco, dans le Valle del Cauca, on peut entendre les sons incessants d’oiseaux tels que les bataras, les toucans et les tanagers, ainsi que le tambourinage des pics. En arrière-plan, on peut entendre une troupe de singes hurleurs imposants, qui traversent la canopée de la forêt.

Autrice : Nolwenn Jaumouillé

– Retrouvez l’intégralité de l’article dans la revue WE DEMAIN n°39
Un numéro disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et abonnez-vous à notre magazine.

Tags:

A lire aussi :