Ralentir  > SVP, arrêtez de géolocaliser vos photos de vacances

Written by 19 h 14 min Ralentir

SVP, arrêtez de géolocaliser vos photos de vacances

Les “viral hikes” sont une plaie. Des lieux uniques aux paysages exceptionnels attirent les accros de la photo Instagram appeau à likes. Un phénomène qui détruit des zones sauvages.

Le 11/07/2022 par Florence Santrot
cerisiers en fleurs
Géotaguer ses photos peut abîmer vos lieux préférés en attirant trop de monde à cet endroit. Crédit : PKphotograph / Shutterstock.
Géotaguer ses photos peut abîmer vos lieux préférés en attirant trop de monde à cet endroit. Crédit : PKphotograph / Shutterstock.

À l’origine, ce sont des paradis cachés. Mais la folie Instagram et l’attrait pour la photo qui fera le plus de likes bouleversent les habitudes de voyages. La montagne arc-en-ciel au Pérou, une randonnée au-dessus de Seattle dans l’État de Washington, le canyon Markarfljótsgljúfur en Islande, cette vue imprenable sur les gorges du Verdon… autant de lieux qui font rêver mais qui, au gré de la géolocalisation des photos sur les réseaux sociaux finissent par attirer les foules. Et bouleverser un équilibre souvent fragile.

Un collectif, Leave no Trace, insiste sur l’importance de retirer la géolocalisation précise de ses photos pour ne pas donner d’indices sur des lieux, certes exceptionnels, mais qui seront abîmés par les foules. C’est un phénomène appelé “loved to death”. On aime tellement un spot naturel qu’on en parle autour de soi, ce qui provoque sa destruction par un afflux incontrôlé de visiteurs.

En Oregon, une cascade et sa gorge sont en souffrance

Relativement peu fréquentée il y a encore quelques dizaines d'années, la gorge Oneonta sur la rivière Columbia en Oregon souffre d'une surfréquentation importante. Crédit : Bob Pool / Shutterstock.
Relativement peu fréquentée il y a encore quelques dizaines d’années, la gorge Oneonta sur la rivière Columbia en Oregon souffre d’une surfréquentation importante. Crédit : Bob Pool / Shutterstock.

Avec sa cascade de 30 mètres de haut et sa gorge aux parois recouvertes de verdure, le lieu est idyllique. “C’est un endroit qui est populaire depuis de nombreuses années, mais c’est le plus fréquenté que j’aie jamais vu, déclarait en 2016 au Statesman Journal Stan Hinatsu, responsable du personnel des loisirs de la Columbia River Gorge National Scenic Area, en Oregon (États-Unis). Cela a atteint un point où nous sommes très préoccupés par l’impact causé par le nombre de visiteurs.”

L’afflux de visiteurs, attiré par toutes ces photos géolocalisées, a fini par endommager la végétation riveraine du canyon – sa mousse et ses plantes. De plus, les sédiments agités par la foule qui ne cesse de marcher dans la rivière pourraient avoir un impact négatif sur les poissons. “Cette gorge est un lieu botanique unique, avec beaucoup de mousses et de plantes qui poussent dans cet environnement humide. Il y a aussi le problème de la qualité de l’eau”, s’inquiète Stan Hinatsu.

En raison des dégradations (déchets oubliés, graffiti dans la mousse, verre cassé…), il est envisagé de restreindre l’accès du lieu pour permettre une préservation/restauration de la gorge. Celle-ci est un exemple parmi tant d’autres.

7 principes pour ne pas laisser de trace

Dans son “Media Guidance”, Leave No Trace “encourage les amateurs de nature à faire une pause et à réfléchir à leurs actions. Notamment aux conséquences potentielles de la publication de photos, de données GPS, de cartes détaillées… sur les réseaux sociaux. De plus, nous invitons les gens à bien réfléchir à la protection et à la pérennité du lieu et de l’impact des visiteurs qui viendront après eux.”

  • Réfléchissez avant de géolocaliser une photo. Plutôt que d’indiquer un lieu précis, il peut-être conseillé de se géolocaliser dans une région un peu plus vaste afin de ne pas attirer tout le monde au même endroit.
  • Soyez conscient de ce que vos images véhiculent. N’incitez pas vos followers à des pratiques destructrices de la nature ou dangereuses. Comme camper dans une réserve naturelle protégée ou prendre un selfie au bord d’un précipice.
  • Encouragez votre entourage à ne pas laisser de trace. Rappelez qu’on ne fait pas un feu n’importe où et qu’il y a des règles pour cela, rappelez qu’on emporte toujours ses déchets avec soi, qu’on n’abîme pas la nature et qu’on n’emporte pas des souvenirs à tout bout de champ. La création de cairns (empilement de cailloux et galets) en bord de mer ou à la montagne finissent par mettre à mal les lieux.
  • Impliquez-vous dans la protection de la nature. Vous aimez les grands espaces et la nature ? Vous pratiquez régulièrement la randonnée, le bivouac, etc. Pourquoi ne pas vous impliquer sur le long terme ou ponctuellement pour aider à préserver les lieux qui vous tiennent à coeur. Vous pouvez par exemple vous porter bénévole pour nettoyer des espaces très visités ou prodiguer des conseils de respect de l’environnement au départ de randonnées très populaires.
  • Dénoncer les mauvais comportements publiquement n’est pas une réponse. Évitez d’afficher une personne dans un commentaire visible des autres pour critiquer une photo ou lui dire de ne pas géolocaliser un lieu. Vous avez sans doute vous-même fait cette erreur à un moment ou un autre de votre vie. Lui envoyer un message privé bienveillant le mettant en garde contre ces pratiques sera très certainement beaucoup plus constructif et efficace pour la suite.

Tags:

A lire aussi :

  • Web3 et metaverse : les NFT débarquent sur Instagram

    Découvrir

    Web3 et metaverse : les NFT débarquent sur Instagram

    Les Non Fongible Tokers, ou NFT, ne sont pas en passe de disparaître comme certains l'annoncent. Mieux : ils ne vont pas tarder à faire leur apparition sur les réseaux sociaux.
  • Les instagrameurs, nouvelles stars de l’édition ?

    Partager

    Les instagrameurs, nouvelles stars de l’édition ?

    Avec des formats originaux, des sujets dans l'air du temps et des communautés très fidèles, les instagrameurs séduisent de plus en plus les maisons d'édition. Certains comptes nés sur le réseau social deviennent même des best-sellers.
  • Que devient votre identité numérique après votre mort ?

    Inventer

    Que devient votre identité numérique après votre mort ?

    “C’est l’anniversaire de Caroline aujourd’hui. Écrivez sur son journal”. Voilà le type de notification que vont recevoir les centaines d’amis Facebook de la jeune femme. Pourtant, Caroline est morte il y a deux ans. Mais, son profil, laissé à l’abandon, est toujours actif.   Toutes les quatre minutes, un membre du réseau social meurt en …