Respirer  > Au Danemark, ils ont construit la doyenne des éoliennes

Written by 16 h 52 min Respirer • 2 Comments

Au Danemark, ils ont construit la doyenne des éoliennes

Au Danemark, après le choc pétrolier de 1973, militants et enseignants ont financé et érigé ce moulin à vent de cinquante trois mètres lors d’un grand chantier participatif. Cette éolienne tourne toujours, dans un pays où le vent fournit aujourd’hui la moitié de l’électricité.

Le 06/10/2021 par Victor Branquart
éolienne / éoliennes
C’est l’architecte danois Jan Utzon qui, en 1999, a offert à l’éolienne Tvindkraft son actuelle robe pop art. (Crédit : Shutterstock)
C’est l’architecte danois Jan Utzon qui, en 1999, a offert à l’éolienne Tvindkraft son actuelle robe pop art. (Crédit : Shutterstock)

Le 16 octobre  1973, des producteurs déclenchent la première flambée du prix de l’or noir. En réaction au soutien américain à Israël, pendant la guerre du Kippour, opposant l’État hébreu et une coalition égypto-syrienne, et face à un pic de production de pétrole aux États-Unis, les pays arabes membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) augmentent de 70  % le prix du baril de brut. 

On assiste à un choc pétrolier, suivi d’une crise économique mondiale. De nombreux pays se mettent en quête de sources d’énergie alternatives, plus accessibles, diversifiées et à bas coût. Soucieux d’accéder à une forme d’indépendance énergétique, certains États comme le Danemark se laissent séduire par les promesses de l’atome. Mais au sein de la société civile, on voit la solution ailleurs, dans une ressource inépuisable, renouvelable et accessible quasiment partout.

Cet article a initialement été publié dans la revue WE DEMAIN n° 34, parue en mai 2021. Un numéro toujours disponible sur notre boutique en ligne.

Dans la petite ville d’Ulfborg, à l’est de la péninsule du Jutland, le vent souffle en moyenne trois cents jours par an. Au début des années 1970, les enseignants du réseau d’écoles alternatives de la fondation Tvind ont une idée un peu folle : construire le plus grand moulin à vent du monde et prouver qu’il est possible de produire une énergie abordable et propre.

Le plus grand moulin à vent du monde

Le chantier s’étale de 1975 à 1978. L’éolienne, de 53  m de haut et de 54  m d’envergure – de loin la plus grande jamais construite à l’époque – est mise en service le 26  mars 1978. Baptisée Tvindkraft, qui signifie “puissance double”, elle est aujourd’hui la plus vieille en fonctionnement sur la planète.

Des milliers de bénévoles, ingénieurs militants, écologistes, activistes antinucléaires, utopistes aux cheveux longs et hippies bricoleurs affluent pour épauler les 400 enseignants, écoliers et étudiants de Tvind. Qui avaient donné les premiers coups de pelle le 29  mai 1975. Le projet est entièrement financé par les enseignants de Tvind. Qui déboursent 6,5  millions de couronnes danoises, soit l’équivalent de 950 000  euros.

À lire aussi : Des éoliennes discrètes et silencieuses à poser sur les toits

Écoles alimentées toute l’année

Pour des raisons économiques mais aussi par souci d’indépendance, les bâtisseurs excavent eux-mêmes le sol. Apprennent à fabriquer du béton et en coulent 675  m3 pour les fondations et le mât. Quelques mois plus tard, ils moulent et fixent des ailes en fibre de verre. Selon une technologie qui deviendra la norme dans l’éolien. Quant à la conception du réseau de stockage et de distribution d’électricité, elle est confiée à des étudiants et leur prof de l’Université technique du Danemark. 

Grâce à eux, les écoles de Tvind peuvent être alimentées en électricité toute l’année. Tandis que le surplus est redistribué à une société danoise. Lorsque le vent ne souffle pas ? Ladite société prend le relais en fournissant à son tour de l’énergie renouvelable (éolien et solaire).

En 2020, la part de l’énergie éolienne au Danemark représentait 47,5 % de l’approvisionnement domestique en électricité. Record de l’Union européenne pour ce pays qui vise 100 % d’énergie renouvelable en 2050 ! Pour y parvenir, le ministère du Climat et de l’Énergie a annoncé en décembre  2019 vouloir créer des “ îles énergétiques”. Entourées de parcs d’éoliennes offshore, elles devraient servir de plateformes de stockage et de distribution d’électricité. De quoi doubler la production actuelle.

Pas de pause pour la première éolienne du monde

“En analysant la position de leader du Danemark dans la production d’éoliennes, il est impossible d’ignorer Tvindkraft”, affirme Preben Maegaard, vice-président d’Eurosolar, l’Association européenne des énergies renouvelables et premier président de l’Association mondiale de l’énergie éolienne (WWEA) fondée en 2001. 

L’éolienne de Tvind a démontré le formidable potentiel de l’énergie du vent. Et a joué un rôle majeur dans l’abandon du nucléaire. En ouvrant la voie “à certaines solutions techniques et structurelles qui deviendraient la norme et conduiraient à une percée décisive pour les constructeurs d’éoliennes industrielles danoises”, ajoute Preben Maegaard.

De 900  kWh à ses débuts, Tvindkraft en produit 22  millions aujourd’hui. Et ne s’est arrêtée que pour de la maintenance ou de développement technique. Comme, en 1993, lorsque trois ailes et leurs roulements ont été remplacés. Selon des études française et britannique, la durée de vie moyenne d’une éolienne industrielle est de vingt à vingt-cinq ans. Du haut de ses 43 ans, fêtés cette année en mars, Tvindkraft continue d’alimenter en électricité les écoles Tvind d’Ulfborg. 

Tags:

A lire aussi :

  • Annalena Baerbock, l’écolo qui veut remplacer Merkel

    Déchiffrer

    Annalena Baerbock, l’écolo qui veut remplacer Merkel

    Annalena Baerbock conduira la liste des Verts allemands aux législatives du 26  septembre. Son sens du compromis, qui distingue les écolos d’outre-Rhin des Français, sera-t-il suffisant pour en faire une chancelière ? L’analyse de Daniel Cohn-Bendit.
  • Bâle, la ville qui écoute les enfants

    Découvrir

    Bâle, la ville qui écoute les enfants

    Comment voit-on la rue à 1,20  m de hauteur ? Depuis douze ans, les enfants de Bâle sont invités à exprimer leurs idées et propositions pour améliorer leurs quartiers, des passages piétons aux trottoirs en passant par les espaces verts. Et ils sont écoutés.
  • Camille de Toledo : l’homme qui veut donner une voix à la Loire

    Respirer

    Camille de Toledo : l’homme qui veut donner une voix à la Loire

    Attribuer des droits à un espace naturel pour mieux le préserver ? Cela s’est déjà fait dans plusieurs pays. Pour en faire bénéficier la Loire, plus long fleuve de France, l’écrivain Camille de Toledo a lancé un "parlement". Une aventure qu’il raconte dans un livre. Entretien.