Respirer  > Top 5 des “paradis pour cyclistes” : ces villes d’Europe où il fait bon pédaler

Written by 14 h 46 min Respirer

Top 5 des “paradis pour cyclistes” : ces villes d’Europe où il fait bon pédaler

Londres a prévu d’investir près d’un milliard d’euros pour favoriser la pratique du vélo. Mais d’autres grandes villes ont déjà mis en oeuvre des politiques cyclistes exemplaires. Voici le top 5 des métropoles où il fait bon pédaler.

Le 20/12/2016 par WeDemain
Londres a prévu d'investir près d'un milliard d'euros pour favoriser la pratique du vélo. Mais d'autres grandes villes ont déjà mis en oeuvre des politiques cyclistes exemplaires. Voici le top 5 des métropoles où il fait bon pédaler.
Londres a prévu d'investir près d'un milliard d'euros pour favoriser la pratique du vélo. Mais d'autres grandes villes ont déjà mis en oeuvre des politiques cyclistes exemplaires. Voici le top 5 des métropoles où il fait bon pédaler.

Neuf cents millions d’euros. C’est le montant qui doit être investi afin d’améliorer le réseau d’infrastructures cyclables de la ville de Londres, a annoncé la régie des transports londoniens Transport for London (TfL). Sadiq Khan, le maire de la ville, affirme ainsi vouloir faire du vélo “le transport le plus évident et le plus sûr pour tous les Londoniens”.

Ce plan, qui doit s’étendre sur cinq ans à partir de 2017, prévoit la construction et le prolongement de nombreux équipements. Parmi ces derniers, l’érection d’un pont entièrement dédié aux cyclistes entre les quartiers de Rotherhithe et Canary Wharf. Une vingtaine de pistes cyclables “calmes” supplémentaires – les “quietways routes” – seront également aménagées pour ceux qui souhaitent pédaler loin du trafic. De quoi rendre la pratique du vélo plus sûre dans des zones comme le quartier bouillonnant d’Hammersmith.
 

Si Londres aspire à devenir un paradis des cyclistes, d’autres villes dans le monde ont déjà pris de l’avance. Le cabinet danois Copenhagenize Design Company, spécialiste du vélo, les a classées en 2015 selon 13 critères. Sur 122 métropoles de plus 600 000 habitants qui oeuvrent à intégrer ce moyen de transport en zone urbaine, vingt ont été retenues. En voici le top 5.

1 – Copenhague, la ville aux ponts cyclables

Après deux éditions passées à talonner Amsterdam, la capitale danoise est enfin championne du monde du vélo. Et pour cause ! Copenhague n’a de cesse d’investir dans les transports doux et plus particulièrement dans le vélo. Depuis 1990, le nombre de cyclistes y a augmenté de 70 %, alors que le nombre de déplacements en voiture vers le centre-ville a baissé de 350 000 à 260 000 par jour. Dès la fin des années 2000, 15 à 20 millions d’euros par an ont été investis dans les infrastructures dédiées aux cyclistes.

Le pont cyclable est l’infrastructure privilégiée des urbanistes à Copenhague. Quatre sont actuellement en projet, quatre autres ont déjà été érigés. Le plus remarquable d’entre eux : “Cykelslangen” ou “serpent à bicyclettes”, pont cyclable qui ondule à travers le port.

2 – Amsterdam, la capitale envahie de vélos

La réputation de la ville n’est plus à faire dans ce domaine. Près de 60 % des trajets intra-muros se font à vélo, contre 40 % dans la grande banlieue d’Amsterdam.

La capitale hollandaise est pionnière dans le développement urbain en faveur des bicyclettes et elle ne compte pas s’arrêter là : les urbanistes de la ville prévoient d’investir 200 millions d’euros supplémentaires dans les prochaines années. Et si elle concède la première place du classement à Copenhague, c’est “qu’elle est plus focalisée sur l’entretien des équipements actuels que l’innovation qui pourrait être apportée”, selon la Copenhagenize Design Company.

La ville veut continuer de rendre ses pistes cyclables attractives. De nombreuses rues vont peu à peu être rendues piétonnes. Et sur celles qui ne le seront pas, les automobilistes devront s’adapter à la vitesse des cyclistes. Autre projet en cours : la construction de 50 000 places de stationnement à vélos, dans des parkings aériens et souterrains, et l’instauration de périodes de stationnement gratuit. L’objectif : éviter que les deux-roues ne stationnent trop longtemps au même endroit. Car Amsterdam est désormais “envahie” de vélos : dans certaines rues de la capitale, on en compte dix pour une voiture. Dans la seule zone de la gare centrale, 18 000 vélos stationnent tous les jours.

3 – Utrecht : le plus grand parking à vélo au monde

Utrecht fait figure d’exception : la ville hollandaise a été intégrée au classement alors qu’elle compte “seulement” un peu plus de 316 000 habitants. La métropole pourrait continuer à progresser grâce à son plan “Utrecht, attractive et accessible”. Il prévoit de faire du vélo le premier moyen de transport à Utrecht. Pour y parvenir, la ville a récolté l’avis de ses habitants en 2009. 

Pour devenir plus “vélo-friendly”, elle compte surtout pallier le manque de places de stationnement pour les bicyclettes. D’où la construction du plus grand parking à vélos au monde à la gare centrale (Utrecht Centraal) – pas moins de 12 500 places. Lancés en 2013, ses travaux devraient être terminés en 2018. Ce parking géant comptera trois étages. Ils seront reliés les uns aux autres par des pistes… cyclables.

4 – Strasbourg : première ville cyclable de France

Avec 560 kilomètres de pistes cyclables et plus de 8 % de déplacements réalisés à vélo sur l’agglomération (15 % en centre-ville), la première ville cyclable de France fait son entrée dans ce classement. On y compte 310 000 vélos pour 267 000 habitants !

Début décembre, la ville a révélé que l’une de ses bornes de comptage avait enregistré plus de deux millions de vélos devant la Cité de la musique et de la danse, sur une piste cyclable qui relie le quartier Neudorf au centre-ville. En 2014, 1,7 millions de cyclistes avaient été enregistrés par la même borne.

Pour poursuivre sa révolution du deux-roues, la ville a mis en place le troisième schéma d’un plan urbanistique baptisé “Vélostras”. L’objectif ? Doubler la part modale du vélo dans l’agglomération à l’horizon 2025. La ville entend notamment :

– Permettre à deux cyclistes de rouler côte à côte, sans gêner ceux qui arriveraient en sens inverse.
– Garantir une vitesse moyenne de 20 km/h afin que “tous les points de l’agglomération soient à un maximum de trente minutes du centre-ville”.
– Entretenir les éclairages des pistes cyclables et veiller à leur déneigement.
– Développer des aménagements spécifiques au niveau des principaux carrefours et, plus généralement, la sécurité des routes.
– Développer de nouveaux usages du vélo, comme les vélos électriques et vélos cargo.

Ceux qui n’ont pas leur propre bicyclette peuvent compter sur Vélhop, le réseau municipal de location. Ses 4 400 bicyclettes sont accessibles à tous pour un emprunt ponctuel ou de longue durée : 1 à 12 mois.

5 – Eindhoven, la métropole inventive

Ici, pas de mesures révolutionnaires mais un solide réseau de pistes cyclables reliant les quartiers entre eux et avec le centre-ville, ainsi qu’un ensemble d’initiatives innovantes. Eindhoven se distingue notamment avec son “Hovenring”, un rond-point cyclable suspendu à 70 mètres du sol.

La métropole a aussi profité de sa politique de mobilité pour rendre hommage à l’un des peintres les plus célèbres du pays. La piste cyclable Van Gogh-Roosegaarde permet de découvrir, sur 600 mètres, les lieux où l’artiste a vécu entre 1883 et 1885. La nuit, ce tracé s’illumine grâce à des milliers de pierres phosphorescentes rappelant sa célèbre Nuit Étoilée.

Tags:

A lire aussi :

  • Grand Débat-We Demain : Quelles alternatives à la voiture individuelle ?

    Déchiffrer

    Grand Débat-We Demain : Quelles alternatives à la voiture individuelle ?

    C’est elle qui a mis le feu aux poudres : la voiture – et plus exactement la hausse des prix du carburants – a été le point de départ du mouvement des Gilets jaunes et du Grand débat lancé par le gouvernement.   Pour les uns, la voiture est un objet polluant obsolète. De fait, …