Respirer  > L’exploitation minière des fonds marins, “un enjeu stratégique pour la France”

Written by 22 h 22 min Respirer, Vidéos / Podcasts, We-Demain-Info-Partenaire

L’exploitation minière des fonds marins, “un enjeu stratégique pour la France”

Sophie Kloetzi, journaliste de WE DEMAIN, était sur le plateau du 23h de Franceinfo mercredi 20 octobre pour parler des fonds marins, nouvel eldorado de l’exploitation minière.

Le 21/10/2021 par Sofia Colla
exploitation des fonds marins
Sophie Kloetzi, journaliste de WE DEMAIN, évoque l’exploitation minière des fonds marins sur le plateau du 23h de Franceinfo.
Sophie Kloetzi, journaliste de WE DEMAIN, évoque l’exploitation minière des fonds marins sur le plateau du 23h de Franceinfo.

Pour construire des voitures électriques, des batteries ou encore des panneaux solaires, certains métaux sont nécessaires. Problème ou solution : ces derniers se trouvent en masse dans les fonds marins. 

Notre journaliste Sophie Kloetzi a mené l’enquête et signe un dossier dans WE DEMAIN n° 35 sur les entrepreneurs qui préparent la ruée vers les abysses, tandis que les écologistes lancent l’alerte sur ses dangers. Elle était sur le plateau du 23h de Franceinfo mercredi 20 octobre pour en discuter.

“Cela fait plusieurs décennies que l’on s’intéresse aux métaux rares des océans. Même plus de 50 ans que ces nodules polymétalliques attisent les convoitises pour des raisons économiques et géopolitiques”, explique-t-elle. “La production de métaux rares et de terres rares se concentre dans une poignée de pays. La Chine pour les terres rares, la République démocratique du Congo pour le cobalt, etc. C’est donc un enjeu stratégique pour la France de sécuriser ses approvisionnements en trouvant une source alternative.”

Exploration et exploitation des fonds marins

La France est le deuxième domaine maritime mondial. “Il s’est d’ailleurs agrandi cette année de 150 000 km2 dans l’océan indien”, souligne la journaliste. Un vaste terrain pour explorer, et potentiellement exploiter ces fonds marins. 

Une volonté émise par Emmanuel Macron, lors de son discours de présentation du plan “France 2030”.  “Emmanuel Macron insiste bien dans son discours qu’il mise sur l’exploration et non pas l’exploitation. Cependant, dans le même discours, il parle aussi d’accès à des métaux rares”, relève Sophie Kloetzi.

Des explorations qui s’apparentent donc à des repérages pour une prochaine exploitation. “Le comité interministériel de la mer qui s’est réuni au début de l’année a aussi fixé comme objectif d’étudier la faisabilité d’une exploitation minière durable. C’est les mots qui ont été utilisés”, insiste-t-elle. 

À lire aussi : COP26 : Quels enjeux pour les océans ?

Inquiétude des ONG, solution “écologique” pour les industriels

En Polynésie française, des matières ont déjà été identifiées. “Notamment des encroûtements cobaltifères qui seraient très intéressants d’un point de vue économique.” 

Certains acteurs y voient une solution “écologique” pour “préserver la planète”. “Ces métaux représenteraient une alternative aux ressources terrestres qui s’amenuisent et dont l’extraction est très polluante. Voici les arguments avancés par les industriels et certains États qui s’y intéressent”, indique la journaliste. 

Toutefois de nombreuses associations, comme Greenpeace, sont opposées à cette exploitation des océans. Elles mettent en lumière les impacts environnementaux sur les écosystèmes des fonds marins. Dont une grande partie est encore méconnue aujourd’hui.

Retrouvez le dossier “Creuser les mers pour sauver la terre ?” dans WE DEMAIN n° 35. Un numéro toujours disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne

Tags:

Notre dossier spécial COP26 :