wedemain.fr
En savoir plus
Twitter
Rss
Ma maison demain

Métier de demain : Et si vous deveniez designer végétal ?

Emil Stavric, 29 ans, est "designer végétal" au sein du collectif de jardiniers urbains Merci Raymond, un métier à la croisée du design, de l'architecture, du paysagisme, de la botanique... et de plus plus en plus sollicité. Rencontre.

Par Alice Pouyat I Publié le 2 Janvier 2019


Designer de formation, Emil Stavric observe une demande de végétalisation croissante des espaces extérieurs mais aussi intérieurs. (Crédit : Merci Raymond)
Designer de formation, Emil Stavric observe une demande de végétalisation croissante des espaces extérieurs mais aussi intérieurs. (Crédit : Merci Raymond)
We Demain : En quoi consiste le métier de designer végétal ?

Emil Stavric : C'est un métier encore en train de s'inventer. Pour moi, il s'agit de réfléchir à la façon d'intégrer les plantes en intérieur ou en extérieur. J'aime le côté sculptural et sensoriel du végétal. Je l'utilise comme une matière, pour créer des œuvres, des murs, des scénographies. En ce moment, je travaille par exemple sur la végétalisation d'un hôtel ou sur des abribus végétalisés.
 
Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans cette profession ?

Elle permet d'être très créatif. Comme c'est une nouvelle discipline, les gens sont ouverts aux idées nouvelles, ils ont envie d'être surpris par des créations personnalisées, qui s'adaptent à leurs besoins et leur histoire. De plus, on essaye aujourd'hui de proposer du végétal "utile", pas seulement esthétique mais aussi comestible, ludique, rafraichissant, dépolluant, insonorisant… Tout est à inventer et c'est tant mieux !

Le designer utilise le végétal comme une matière à sculpter. (Crédit: Merci Raymond)
Le designer utilise le végétal comme une matière à sculpter. (Crédit: Merci Raymond)
Quelle formation recommandez-vous ?

Jusqu'ici, il n'y avait pas de formation à proprement parler de "designer végétal". Certaines écoles commencent tout juste à proposer des spécialisations. Dans mon cas, j'ai fait une école de design et d'architecture intérieure, l'École bleue. Après un premier emploi "classique", je suis entré comme directeur de création chez Merci Raymond. Xavier Niel nous a commandé une installation végétale pour la Station F. Cela m'a plu et je développe depuis ma connaissance des plantes sur le tas. On peut aussi compléter son cursus avec une formation de jardinier, de paysagiste, de botaniste, de fleuriste, d'ébéniste…

Comment se déroule votre travail au quotidien ?

Je dessine, puis je soumets mes idées aux spécialistes, artisans et jardiniers de l'équipe. Là, par exemple, j'ai travaillé sur un lustre végétal, donc j'ai collaboré avec un éclairagiste. Je pense qu'il faut travailler en équipe, être bien entouré, car beaucoup de compétences sont mobilisées.

Le végétal est utilisé pour ses vertus décoratives mais aussi pour reconnecter les urbains à la nature. (Crédit : Merci Raymond)
Le végétal est utilisé pour ses vertus décoratives mais aussi pour reconnecter les urbains à la nature. (Crédit : Merci Raymond)
Quelles sont les difficultés du métier ?

Le végétal est une matière vivante et fragile, très capricieuse dont il faut prendre soin sur la durée ! Il faut parfois rendre visite à ses créations pour les entretenir, ce qui est aussi intéressant.

Quel salaire peut espérer un designer végétal ?

Difficile à dire, cela peut varier du simple au triple, comme pour un designer classique, en fonction du projet et de l'expérience !

Selon vous, est-ce un métier d'avenir ?

Tous les espaces qui ouvrent, commerces, bureaux, lieux culturels, veulent du végétal. Nous avons par exemple végétalisé le festival de Cannes des séries l'an passé. Ce n'est pas un effet de mode. Les urbains ont besoin de se reconnecter avec la nature. De nombreuses études montrent ses bienfaits sur la santé. Le végétal est une matière qui porte un sens, et cela rend aussi ce travail intéressant. Demain, je pense donc que le design végétal et même "l'architecture végétale" vont se développer. Un hôtel est par exemple en train de se créer dans le XVe arrondissement de Paris entièrement pensé autour de la nature, autant en intérieur qu'en extérieur.




[INFO PARTENAIRE]
Envie d'en savoir plus sur la maison de demain, d'explorer les nombreuses mutations qui parcourent le monde de l'habitat, de mettre en place des solutions pour mieux vivre chez soi ?



wedemain.fr sur votre mobile