We life

Personne âgée cherche étudiant(e) pour l’accompagner en vacances

Par Morgane Russeil-Salvan I Publié le 16 Juillet 2020

Une start-up propose de mettre en relation étudiants à la recherche d’un petit boulot et personnes âgées en quête de compagnie, pour que l’été ne soit plus synonyme d’isolement.


Courses, ménage, cuisine... Au cours de ces "vacances" intergénérationnelles, les étudiants auront quelques missions à accomplir. (Crédit : Shutterstock)
Courses, ménage, cuisine... Au cours de ces "vacances" intergénérationnelles, les étudiants auront quelques missions à accomplir. (Crédit : Shutterstock)

Partir en vacances avec les grands-parents... de quelqu'un d'autre, c'est désormais possible et cela peut même vous permettre d'engranger un petit salaire. La start-up Granny & Charly met en relation des seniors et de jeunes étudiants chargés de veiller sur leur bien-être.

“Ce sont souvent les proches des personnes âgées qui nous appellent, explique Amélie Frély, co-fondatrice de l'entreprise. Les seniors n’acceptent pas toujours d’être aidés : c’est difficile, pour eux, d’admettre devenir de plus en plus dépendants.”

Amélie Frély a lancé sa plateforme en février, juste avant le confinement. À l’origine, l’idée était de proposer des missions ponctuelles d'aide aux personnes âgées : faire leurs courses, jardiner, un peu de ménage… Si la crise sanitaire a ralenti le développement de leurs activités, l'entrepreneuse remarque néanmoins que la demande ne correspond pas à ce qui avait été anticipé : “On est passé à des visites régulières, plusieurs fois par semaine”. Les seniors et leurs proches n’ont pas tant besoin de services que de compagnie.


Entre les vacances et le job d’été

L’été confirme la tendance. On contacte la start-up non plus pour de petites missions, mais pour faire accompagner une personne âgée pendant ses vacances. À l’autre bout du fil, des familles qui s’absentent pour l’été et craignent l’effet de l’isolement sur leurs parents âgés. Et, qui, très souvent, proposent un séjour intergénérationnel dans la maison de vacances familiale.


À lire aussi : Pour ne jamais aller en maison de retraite, ces seniors ont bâti leur coopérative d'habitants


Pour les jeunes étudiants, “c’est l’occasion de découvrir une région qu’ils ne connaissent pas”, déclare Amélie Frély. Mais il ne s’agit pas tout à fait de vacances : l’accompagnant devra toujours s’acquitter de missions simples pour le compte de la personne âgée. Moyennant quoi, il recevra une rémunération allant de 9 à 10 euros nets de l’heure et sera bien évidemment nourri, logé et blanchi.


Sensibiliser au bien-vieillir

La mission principale de ces étudiants reste de tenir compagnie à leurs hôtes. Et cela s’apprend. “Nous sommes en train de mettre en place des modules de sensibilisation au bien-vieillir en partenariat avec La Compagnie des Aidants, souligne Amélie Frély. Une association qui propose, entre autres, de courtes vidéos de sensibilisation au “bien-vieillir”. Comment aider une personne âgée à se lever ? Quels sont les bons gestes ? Et, plus globalement, comment rompre la solitude ?
 

À lire aussi : Dans les "villages Alzheimer", les malades mènent une vie presque normale
 

À l’avenir, Amélie Frély aimerait approfondir ces modules de formation. Tout en précisant que l’objectif n’est pas de remplacer les soignants. Le seul point commun entre ces étudiants et le personnel médical, c'est le masque qu'ils doivent porter en permanence.












Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles









    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile