Déchiffrer  > Les écologistes ont-ils atteint un “plafond vert” aux régionales ?

Written by 18 h 52 min Déchiffrer • 4 Comments

Les écologistes ont-ils atteint un “plafond vert” aux régionales ?

Après leurs victoires municipales et européennes, les écologistes ont progressé modestement aux élections régionales. Quelles alliances possibles à gauche en vue de la présidentielle 2022 ? Les réponses du politologue Daniel Boy.

Le 28/06/2021 par Alice Pouyat
L'union des gauches en Ile de France menée par l'écologiste Julien Bayou n'a pas délogé Valérie Pécresse.
L'union des gauches en Ile de France menée par l'écologiste Julien Bayou n'a pas délogé Valérie Pécresse. (Crédit : Capture d'image de campagne de Julien Bayou)
L'union des gauches en Ile de France menée par l'écologiste Julien Bayou n'a pas délogé Valérie Pécresse. (Crédit : Capture d'image de campagne de Julien Bayou)

Tous défaits. Le taux d’abstention aux élections régionales – plus de 65 % – sonne comme un désaveux pour l’ensemble de la classe politique. Mais, au-delà de cette débâcle démocratique, comment s’en sortent les écologistes ?

Europe Écologie les Verts (EELV) a certes progressé par rapport aux précédentes élections régionales. Le nombre d’élus écologistes siégeant dans les conseils régionaux doublera par rapport au précédent mandat. Une avancée qu’aucun autre parti ne peut revendiquer.

Toutefois, les scores de 2015 – à peine 8 % – avaient été très mauvais. “Les écologistes venaient de sortir du gouvernement et se déchiraient. Ce n’est pas une bonne référence”, estime Daniel Boy, directeur de recherche au Cevipof, et spécialiste de l’écologie politique.  

Les scores des Verts ont aussi été moins bons qu’aux élections européennes et municipales. Comment expliquer ce recul ? “C’est simple : seuls un tiers des gens ont voté ! Surtout des personnes âgées… qui ne votent ni pour les écologistes ni pour le Rassemblement national ! Ils privilégient les sortants“, poursuit Daniel Boy. 

Autre explication possible : l’écologie a été moins présente dans la campagne des régionales qu’en 2019, lors des européennes. “Alors que les questions de sécurité, qui comptent davantage pour les personnes âgées, ont été au cœur des débats.”

A lire aussi : Européennes 2019 : les jeunes ont voté écolo (et plus que prévu)

Aucune nouvelle région pour les écologistes

EELV échoue d’ailleurs à décrocher une nouvelle région. En Pays de la Loire, où existait le seul espoir solide, la liste d’union de gauches menée par Matthieu Orphelin n’a pas réussi à déloger la présidente sortante Christelle Morançais (LR).

Dans les Hauts-de-France, la liste d’union EELV-LFI-PS de l’écologiste Karima Delli (22 % des suffrages) n’a pas fait chuter Xavier Bertrand. L’ancien ministre est réélu avec 52,37 %. 

En Ile-de-France, la liste d’union menée par l’écologiste Julien Bayou ne rassemble que 33,68 % des voix, contre 45,92 % pour Valérie Pécresse.

A lire aussi : Régionales : vos candidats s’engagent-ils pour le train de nuit ?

Avenir des unions des gauches

Des résultats qui interrogent sur la capacité des écologistes à mener l’union des gauches. “Il existe ‘un plafond vert’ quand le PS et les écologistes se rassemblent”, a même lancé le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure. Sautant sur l’occasion pour affirmer que son parti avait désormais le “devoir de prendre le leadership pour mener l’union” à la présidentielle de 2022…

Ce score et cette petite phrase interrogent surtout sur la solidité de cette union des gauches. Dans plusieurs régions, l’alliance n’a même pas eu lieu. C’est le cas en Bretagne, en Nouvelle Aquitaine ou en Occitanie. 

Peut-être car le rapprochement est encore balbutiant. “Sur des sujets locaux et très concrets, par exemple sur le nucléaire, il y a des divergences entre écologistes et socialistes qui n’ont pas été profondément discutées”, estime Daniel Boy. Taclant au passage : “Les socialistes avaient 30 ans pour travailler à cette union, pour s’intéresser à l’écologie, mais cela ne fait que deux-trois ans qu’ils s’y penchent vraiment…”

La réflexion est donc en cours. Et d’autres initiatives pour la consolider sont lancées, comme la Primaire populaire. Mais un long chemin reste à parcourir. “On savait que cela serait dur pour 2022. Et ces élections régionales ne sont pas de très bonne augure”, conclut Daniel Boy. À moins qu’elles ne servent d’électrochoc…

Tags:

A lire aussi :

  • Julien Bayou : “L’urgence écologique nous porte”

    Déchiffrer

    Julien Bayou : “L’urgence écologique nous porte”

    Alors que s’ouvre la primaire écologiste, le patron d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), Julien Bayou, revient sur les enjeux du scrutin et les défis des Verts à la présidentielle 2022.
  • Ce qu’il faut savoir sur la primaire écologiste

    Déchiffrer

    Ce qu’il faut savoir sur la primaire écologiste

    L’échéance approche. La primaire écologiste, qui doit désigner un candidat à l’élection présidentielle 2022, s’ouvre le 16 septembre. Voici les points clés de ce vote, et le profil des cinq candidats en lice.
  • Présidentielle 2022 : Quels candidats à la primaire écolo ?

    Déchiffrer

    Présidentielle 2022 : Quels candidats à la primaire écolo ?

    Après Sandrine Rousseau, Eric Piolle, Yannick Jadot et Jean-Marc Governatori, Delphine Batho est la 5e candidate déclarée à la primaire écologiste, en vue de la présidentielle 2022.