Découvrir  > Bienvenue dans la dernière usine d’aiguilles à coudre française

Written by 16 h 23 min Découvrir • 2 Comments

Bienvenue dans la dernière usine d’aiguilles à coudre française

Rien ne semble plus simple qu’une aiguille à coudre. Et pourtant, c’est une merveille de technicité dont l’élaboration nécessite un savoir-faire hors pair. Si la Chine et l’Inde assurent l’essentiel de la production, il subsiste en France une manufacture presque bicentenaire.

Le 21/04/2020 par Guillaume d’Alessandro
(Crédit : Wikipedia)
(Crédit : Wikipedia)

Retrouvez cet article en intégralité dans WE DEMAIN n°28. Un numéro toujours disponible sur notre boutique en ligne

Tiens, voici une comptable, me disais-je sur les quais de la gare de L’Aigle dans l’Orne, accompagnée par son secrétaire !” Cette fois-ci, ma perspicacité légendaire m’a abandonné.

Elle, c’est Audrey Regnier, la PDG, lui, c’est Fabien Regnier, le directeur financier de la manufacture Bohin. Ils ont à peine dépassé la trentaine, font travailler 36 personnes, mais n’ont pas l’allure de start-uppers. Ils projettent une entreprise âgée de 186 ans dans l’avenir. Pourtant la production semble désuète, si éloignée des chimères numériques et de leurs rêves de fortune rapide : la fabrication d’aiguilles à coudre.

L’aventure commence en 2017. “J’avais 28 ans, j’étais enceinte de sept mois quand on a décidé de s’investir dans le rachat de l’entreprise. On a foncé. Bohin représentait tout ce que je cherchais : une fabrication française de haute qualité.”

À l’époque, Audrey Regnier est la responsable du musée de l’entreprise Bohin. Avec son mari Fabien, ils achètent une nouvelle maison, Audrey donne naissance à des jumeaux, Fabien abandonne son travail confortable de chef d’agence bancaire. Il se consacre au montage financier du plan de reprise de la manufacture Bohin en accord avec le précédent propriétaire, Didier Vrac, qui prend sa retraite. Audrey en prend les rênes début janvier  2018.

Les bassins de production d’aiguilles à coudre sont concentrés entre l’Inde, le Japon et la Chine. La manufacture Bohin est la seule en Europe. Ses produits, haut de gamme, sont vendus 20  % plus cher que la concurrence. Aujourd’hui, cependant, très peu de gens cousent leurs vêtements à la maison. Quel peut bien être le marché pour un produit aussi banal, aussi générique, aussi bon marché qu’une aiguille à coudre ?

Lisez la suite dans WE DEMAIN n°28

Tags:

A lire aussi :

  • Halte au bio-bashing !

    Respirer

    Halte au bio-bashing !

    CHRONIQUE. Comme il existe des climatsceptiques, il y a des bio-sceptiques. Jean-Paul Curtay, nutrithérapeute, répond aux trolls du bio-bashing.
  • Creuser les océans, “des dégâts irréversibles  dans les fonds marins”

    Respirer

    Creuser les océans, “des dégâts irréversibles dans les fonds marins”

    Alors que les réserves de métaux essentiels à l’économie numérique et à la transition énergétique se vident sur terre, les regards se tournent vers les fonds marins. Si l’exploitation commerciale n’a pas encore commencé, des projets sont en cours et préparent le terrain. Au risque d’endommager des écosystèmes encore largement inexplorés, alertent des scientifiques et des ONG.
  • Il marche 33  800  kilomètres dans les pas de l’humanité

    Ralentir

    Il marche 33  800  kilomètres dans les pas de l’humanité

    Le journaliste américain Paul Salopek raconte notre époque d’une façon inédite. À pied, il retrace le chemin parcouru par l’être humain à travers l’histoire. De la Corne de l’Afrique à la Terre de feu.