Découvrir  > Vélotaf : et si votre entreprise payait 70 % de votre vélo ?

Written by 14 h 10 min Découvrir, Économie, Societe-Economie

Vélotaf : et si votre entreprise payait 70 % de votre vélo ?

Le « vélo de fonction » commence à pointer le bout de son nez. Avec des solutions clés en main proposées aux entreprises, les offres telles que celles de TIM Sports fleurissent en France.

Le 18/07/2022 par Florence Santrot
vélo de fonction
TIM Sports propose des vélos de fonction aux entreprises et à leurs employés, avec toute une gamme de services associés. Crédit : TIM Sports.
TIM Sports propose des vélos de fonction aux entreprises et à leurs employés, avec toute une gamme de services associés. Crédit : TIM Sports.

Pour décarboner le trajet domicile-travail de leurs employés, de plus en plus d’entreprises proposent un coup de pouce à la mobilité douce. Il y a certes le FMD (forfait mobilités durables). Il permet à l’employeur de verser jusqu’à 600 euros par an et par salarié en étant exonéré d’impôt et de cotisations sociales. Cela concerne le covoiturage, les autos, scooters et trottinettes électriques en partage… Mais aussi les déplacements en trottinette, gyropode ou encore, bien sûr, à vélo.

Mais il existe une autre alternative pour ce dernier mode de déplacement : la location de vélos avec l’aide de l’entreprise. Des sociétés comme TIM Sports, Cyclable, Zenride, Azfalte, Elocyle ou encore Tandem proposent ce genre de service. Il intègre une prise en charge partielle des frais du « vélo de fonction » par l’employeur. « Selon le type d’accord signé avec l’entreprise, nous proposons aux salariés intéressés un catalogue de vélos de différentes marques, électriques ou classiques, parmi lesquels ils peuvent choisir, ainsi qu’un éventail de casques et de cadenas », détaille Jérôme Blanc, cofondateur de TIM Sports, à WE DEMAIN.

Seulement 30 % des frais de location du vélo à la charge de l’employé

La distance médiane du trajet domicile-travail dans les grandes agglomérations françaises est de 5,2 km (source Insee). Dans ces conditions, le vélo paraît tout à fait approprié dans cette configuration. La location commence à partir de 35€/mois pour une location 36 mois avec services. Dont 70 % est pris en charge par l’entreprise, le reste étant payé par l’employé. Et l’entreprise bénéficie d’un avantage fiscal qui équivaut à 25 % des loyers environ.

« Notre offre inclut une assurance contre le vol et la casse avec rapatriement 24H/7J, une maintenance annuelle et des accords avec des réparateurs agréés en plus de notre propre service interne, explique Jérôme Blanc. Le vélo loué est livré sur le lieu de travail et l’employé peut nous contacter à tout moment via une application. » Et si le vélo est immobilisé plus de 72 heures, un vélo relais de seconde main est prêté.

Aperçu de l'application associée au vélo. Crédit : TIM Sports.
Aperçu de l’application associée au vélo. Crédit : TIM Sports.

Un large catalogue de vélos pour tous les usages

Les vélos sont livrés directement sur le lieu de travail. Crédit : TIM Sports.
Les vélos sont livrés directement sur le lieu de travail. Crédit : TIM Sports.

Parmi les types de vélos proposés à la location, des marques reconnues et principalement françaises ou européennes. On peut citer Moustache Bike, Peugeot, Gitane, Gorille, Cannondale, Bianchi, Brompton, 02Feel, Eovolt, Yuba, iWeetch, Voltaire. Vélos mécaniques, vélos cargos, vélos électriques, vélos pliants, VTT, Gravel… il y en a pour tous les goûts.

Bien qu’étant des « vélos de fonction », les employés ont le loisir de choisir leur modèle. « Il existe deux grandes typologies de salariés. Ceux qui sont sans permis de conduire et vont donc utiliser le vélo comme moyen de locomotion principal, en plus des transports en commun. Souvent, ils choisissent des vélos connectés type Cowboy ou Voltaire, avec géolocalisation, etc. Et puis il y a les quadras-quinquas en costume qui en ont marre de la voiture ou des transports en commun. Ils recherchent un mode de transport plus simple. Ils optent souvent pour un vélo de ville avec assistance électrique », résume Jérôme Blanc.

Une seconde vie après 36 mois d’utilisation

Une fois le contrat de 36 mois passé, il existe deux options possibles. Le salarié a la possibilité d’acheter définitivement son vélo pour un montant d’une valeur résiduelle comprise entre 5 et 10 %, selon le type de contrat passé par l’entreprise. Il est aussi possible de faire don du vélo à l’association caritative de son choix. Un nouveau contrat peut être établi pour les 36 mois suivants, avec un nouveau vélo.

TIM Sports, créée en 2019, compte 12 personnes. Après s’être développée en Île-de-France, elle veut maintenant se déployer dans de grandes villes de France. En ligne de mire : Lyon, Nantes, Bordeaux ou encore Lille. L’offre s’adresse à tous types d’entreprises, que ce soit dans la finance, l’assurance, le luxe, les médias, le BTP ou encore des organismes publics (SNCF, la CAF des Yvelines, la Régie immobilière de Paris, etc.).

SOUTENEZ WE DEMAIN, SOUTENEZ UNE RÉDACTION INDÉPENDANTE
Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et abonnez-vous à notre magazine.

Tags:

A lire aussi :

  • Marotte en fait des caisses

    Business au vert - Bpifrance

    Marotte en fait des caisses

    Depuis 1933, ce sont quatre générations qui se sont succédées à la tête de cette entreprise spécialisée dans la confection de coffrets, caisses et présentoirs en bois.
  • Decathlon explore le Made in France pour réduire son impact carbone

    Déchiffrer

    Decathlon explore le Made in France pour réduire son impact carbone

    Forclaz, la marque de trekking et voyage en itinérance de Decathlon, a dévoilé une collection capsule made in France. Une opportunité d'explorer des possibilités de production plus locales.
  • Textile durable : PrimaLoft ou l’isolation éthiquetée et recyclée

    Inventer

    Textile durable : PrimaLoft ou l’isolation éthiquetée et recyclée

    Vous ne le voyez pas mais vous portez sans doute l'isolant de cette firme sans le savoir. PrimaLoft fabrique du duvet synthétique pour quelque 900 marques textiles de par le monde. Et s’efforce de réduire toujours un peu plus son empreinte carbone.