Inventer  > TindAIR : rencontre de drones et taxis volants à Bordeaux et Toulouse

Written by 17 h 39 min Inventer • 2 Comments

TindAIR : rencontre de drones et taxis volants à Bordeaux et Toulouse

Comment faire coexister drone et taxis volants, demain de plus en plus nombreux ? Des tests sont lancés à Bordeaux et Toulouse, via le projet TindAIR.

Le 21/04/2021 par Sofia Colla
TindAIR
Le consortium TindAIR va tester à grande échelle la mobilité aérienne urbaine dès le printemps 2022 à Bordeaux et Toulouse. (Crédit : Shutterstock)
Le consortium TindAIR va tester à grande échelle la mobilité aérienne urbaine dès le printemps 2022 à Bordeaux et Toulouse. (Crédit : Shutterstock)

En 2015 déjà, La Poste testait la livraison de colis par drones. La chaîne Domino’s Pizza a elle livré par drone sur une plage néerlandaise l’été dernier. En 2017, Uber et la Nasa se sont associés pour développer des taxis volants…

Pour acheminer des repas, des soins médicaux ou des passagers, les objets volants tendent à se développer. Comment faire cohabiter en toute sécurité ces appareils, autonomes ou pilotés par des humains, avec les véhicules volants déjà existants ? 

À lire aussi : Après Amazon, La Poste teste à son tour les “drones-facteurs”

Voici précisément la raison d’être du projet TindAIR. Contrairement à ce que son nom pourrait suggérer, il ne s’agit pas d’un nouveau site de rencontre. Non, TindAir veut faire coexister dans le ciel taxis volants, drones de livraisons et autres appareils.

Drones de livraison, taxis volants… comment co-exister ?

Coordonné par la start-up toulousaine Innov’ATM, qui développe déjà des solutions pour le transport aérien, le consortium du projet est composé de onze entreprises innovantes et laboratoires de recherches de France, d’Italie, d’Espagne et du Royaume Uni. Il s’inscrit dans le programme européen SESAR (Single European Sky Air traffic management Research).

À lire aussi : Uber et la Nasa s’associent pour développer des taxis volants

TindAIR aspire à “assurer la cohabitation illimitée, sans restriction et en toute sécurité de tous les utilisateurs de l’espace aérien dans nos cieux”, explique la start-up sur son site.

Ainsi, TindAIR (pour Tactical INstrumental Deconfliction And in flight Resolution) réalisera des tests à grande échelle de mobilité aérienne urbaine. Ces derniers sont prévus pour le printemps et l’été 2022. Ils prendront place dans des zones urbaines et péri-urbaines des villes de Toulouse et Bordeaux. Une première en France.

Plusieurs scénarios seront testés : des véhicules avec et sans pilotes, de différents types et capacités… Des exercices réalisés avec différents niveaux de saturation de l’espace aérien. Par exemple, la start-up assurera l’envoi de médicaments ou d’organes entre hôpitaux.

Assurer la sécurité dans un ciel bientôt surpeuplé 

“L’objectif est de démontrer que l’acceptation de ce nouveau ‘trafic’ en milieu urbain est possible, tout en assurant la sécurité et en respectant l’intimité des personnes et des biens”, détaille Innov’ATM.

L’idée est aussi de calculer “les conflits potentiels, entre drones ou avec les autres aéronefs, et [trouver] des modes de résolution automatisé de ces conflits”, explique Stéphane Bascobert, le président d’Innov’ATM, à France 3 Occitanie. Pour cela, le projet fera appel à une intelligence artificielle.

Sur son site, la Commission Européenne précise aussi que l’objectif, via ces tests, est faire enfin évoluer la législation pour l’adapter à ces nouveaux modes de transport, notamment concernant le respect des données personnelles. 

Tags:

A lire aussi :

  • Coronavirus : des drones et des robots pour combattre l’épidémie

    Inventer

    Coronavirus : des drones et des robots pour combattre l’épidémie

    Le virus COVID-19 ou "coronavirus" continue de se propager à l'échelle mondiale. Si des gestes simples (se laver les mains, porter un masque) permettent de limiter la contagion, certains pays, en particulier la Chine, misent aussi sur les nouvelles technologies, comme les robots ou la reconnaissance faciale.
  • Comme un cormoran, ce drone peut voler mais aussi aller sous l’eau

    Découvrir

    Comme un cormoran, ce drone peut voler mais aussi aller sous l’eau

    Retrouvez toute notre sélection We Tech dans la revue We Demain n°25, disponible en kiosque, en librairie et sur notre boutique en ligne.  Une multitude de drones savent voler et d’autres (beaucoup plus rares) sont capables d’aller sur (ou sous) l’eau. Spry est le premier engin capable de faire les deux. Il vole (jusqu’à 70 …
  • Uber et la Nasa s’associent pour développer des taxis volants

    Inventer

    Uber et la Nasa s’associent pour développer des taxis volants

    L’agence spatiale américaine et le géant des VTC ont décidé de créer en partenariat des taxis aériens "respectueux de l'environnement". Les premiers vols de démonstration sont prévus en 2020.