Respirer  > Grenoble lance la 3e Biennale des Villes en transition

Written by 14 h 47 min Respirer

Grenoble lance la 3e Biennale des Villes en transition

Du 1er au 4 avril, Grenoble organise la Biennale des Villes en transition, dont WE DEMAIN est partenaire. Conférences, débats et ateliers en ligne seront proposés pour déterminer ce qui est essentiel pour la ville de demain.

Le 30/03/2021 par WeDemain
Biennale des Villes en transition
La Biennale des Villes en transition organisée par la ville de Grenoble se tiendra en ligne du 1er au 4 avril. (Crédit : Shutterstock)
La Biennale des Villes en transition organisée par la ville de Grenoble se tiendra en ligne du 1er au 4 avril. (Crédit : Shutterstock)

Quels sont les enjeux “essentiels” pour la ville de demain ? Voilà le fil rouge de la troisième édition de la Biennale des Villes en transition, organisée cette année par Grenoble, dont WE DEMAIN est partenaire. Un prélude à l’intronisation de Grenoble comme capitale verte européenne en 2022. Du fait de la pandémie, l’édition se tiendra en ligne cette année, du 1er au 4 avril. L’occasion d’aborder des sujets comme la participation citoyenne, le changement climatique, l’égalité femmes-hommes ou l’habitat social. 

Comment repenser les bases d’une société équilibrée, robuste, épanouissante et respectueuse de notre environnement, mais aussi plus sociale et plus démocratique  ?

À lire aussi : Éric Piolle : “Avec les écolos au pouvoir, tout ne va pas s’effondrer”

Repenser la ville

Citoyens engagés, élus, acteurs économiques, scientifiques, artistes animeront des débats, ateliers participatifs mais aussi des spectacles ou des expositions. Au total, plus de 120 évènements digitaux s’adressant à tous les citoyens sont au programme.

“Le contexte sanitaire permet de nous questionner sur ce qui est essentiel et sur ce qui l’est moins. Notre modèle de société va-t-il dans la bonne direction ou y a-t-il des modifications à effectuer dans la trajectoire ?”

Entretien de Maude Wadelec, conseillère municipales déléguée Réseaux des villes en transition. 

Parmi les conférences phares, celle de l’anthropologue et philosophe Bruno Latour, parrain de l’événement, qui s’intéressa au “Temps de l’essentiel” le jeudi 1er avril à 12h. Le même jour, à 19h, une visioconférence réunira Ada Colau, mairesse de Barcelone, Manon Bérond, co-organisatrice de la COP2 étudiante, ou encore Léonore Moncond’huy, mairesse de Poitiers, pour débattre sur l’essentiel de la ville.

L’occasion également de découvrir des projets citoyens, comme la Grebox, initiative lauréate d’un budget participatif en 2017 : des étagères installées en ville permettant à chacun de déposer des objets en libre accès, livres, vaisselle, vêtements… Un moyen d’encourager la seconde main. 

Enfin, les citoyens seront également invités à participer à des ateliers jardinage ou zéro déchet.

Une Biennale qui se clôturera en regardant vers l’avenir, le dimanche 4 avril, à 20h, avec la projection en avant-première des séquences grenobloises du film Graines d’espoir, qui questionne plus de 300 enfants de toute la France sur ce qui est essentiel pour leur futur. 

Pour plus d’ informations sur le programme de cette Biennale des Villes en transition, rendez-vous ICI

Tags:

A lire aussi :

  • Pour Jane Goodall, l’humain “se sauvera en recréant du lien avec la nature”

    Découvrir

    Pour Jane Goodall, l’humain “se sauvera en recréant du lien avec la nature”

    Frédéric Joignot, journaliste de WE DEMAIN, était sur le plateau du 23h de Franceinfo pour parler de sa rencontre avec Jane Goodall, en Une de WE DEMAIN n° 35.
  • En Normandie, 428 communes menacées par la montée des eaux

    Respirer

    En Normandie, 428 communes menacées par la montée des eaux

    La Normandie est une des premières régions françaises à prendre le changement climatique scientifiquement en main. La région a lancé un "Giec Normand", qui transpose les prévisions des experts mondiaux du climat à l'échelle locale. Et les résultats de leur radiographie mettent face à l’urgence d’agir. L’augmentation d’intensité des aléas marins ainsi que celle du niveau de la mer expose le littoral normand et les estuaires au risque de submersion. Les enjeux territoriaux, démographiques et économiques sont énormes.
  • “La COP26, c’est un peu la COP de la dernière chance”

    Respirer

    “La COP26, c’est un peu la COP de la dernière chance”

    Armelle Oger, journaliste de WE DEMAIN, était sur le plateau du 23h de Franceinfo le 6 octobre pour parler de l’importance de la COP26 à venir, et notamment des énergies renouvelables.