Planete  > Herbiers de Posidonie : un puits de carbone à préserver précieusement

Written by 10 h 46 min Planete, Respirer, Tech-Sciences

Herbiers de Posidonie : un puits de carbone à préserver précieusement

Très présents en Méditerranée, notamment autour de la Corse, les herbiers de Posidonie sont d’excellents puits de carbone. Un atout pour lutter conbtre le réchauffement climatique.

Le 15/10/2022 par The Conversation
Herbier de Posidonies
Herbier de Posidonies (Posidonia oceanica) sur le littoral de la Corse. Gérard Pergent, CC BY-SA
Herbier de Posidonies (Posidonia oceanica) sur le littoral de la Corse. Gérard Pergent, CC BY-SA

Les herbiers marins, comme les herbiers de Posidonie, sont des écosystèmes constitués de plantes à fleurs qui se développent en mer ouverte, en estuaires ou en lagunes. Ces prairies sous-marines colonisent les littoraux de tous les continents, à l’exception de l’Antarctique. Elles sont présentes de la surface à environ 60 m de profondeur. Ces habitats apportent de nombreux services écosystémiques. Que ce soit en termes d’approvisionnement (nourriture) ou de régulation (prévention de l’érosion côtière, modération des évènements extrêmes, amélioration de la qualité des eaux). Mais aussi de soutien (maintien de la biodiversité et des activités de pêche) ou sur le plan culturel (valeur esthétique, opportunités en termes de tourisme et de loisir).

Au même titre que les mangroves ou les prés-salés, ces herbiers sont aussi reconnus pour leur rôle dans l’atténuation du changement climatique. Ces écosystèmes participent à la capture du dioxyde de carbone (CO2) lors de la photosynthèse. Un CO2 ensuite séquestré sous forme de carbone (appelé communément carbone bleu).

Du carbone piégé dans les sédiments au pied des herbiers

Contrairement à la plupart des écosystèmes terrestres où le carbone est principalement piégé dans la biomasse vivante pendant des décennies ou des siècles, les herbiers marins accumulent ce carbone dans leurs sols (sédiments) durant des siècles voire des millénaires constituant ainsi des puits de carbone significatifs.

Banc de castagnoles (Chromis chromis) au sein d’un herbier de Posidonie. Gérard Pergent, CC BY-SA
Banc de castagnoles (Chromis chromis) au sein d’un herbier de Posidonie. Gérard Pergent, CC BY-SA

Dans le contexte de changement climatique, leur potentiel exceptionnel revêt un intérêt tout particulier. Les récents efforts portant sur l’inventaire et le fonctionnement de ces puits de carbone ont permis de souligner leur rôle. Et ont offert l’opportunité d’améliorer la conservation et la restauration de ces habitats vulnérables.

Les herbiers de Posidonie : un puits de carbone majeur

La Méditerranée présente un atout de taille dans la lutte contre le changement climatique : la Posidonie (Posidonia oceanica). Cette espèce endémique forme de vastes herbiers, entre 0 et 40 m de profondeur, identifiés comme l’un des puits de carbone naturel les plus importants. Or cette spécificité méditerranéenne réside dans la grande distribution des herbiers de Posidonie. Et dans leur capacité à édifier un sol (structure unique dénommée « matte »).

Cette matte, composée de rhizomes, de racines et de sédiment qui colmate les interstices, stocke jusqu’à 10 fois plus de carbone que les sols forestiers. Les conditions anoxiques (faibles teneurs en oxygène) et la composition de la matière organique, couplées à l’apport continu de particules sédimentaires, constituent des puits de carbone millénaires. Ceux-ci peuvent atteindre jusqu’à 8 mètres d’épaisseur. En Corse, l’analyse des carottes de matte a permis de mettre en évidence des accumulations de carbone très importantes (700 tonnes par hectare). Mais aussi très variées au regard des paramètres environnementaux (profondeur, substrat, dépôts sédimentaires).

Escarpement de matte de Posidonies atteignant 3 m de hauteur au large de la côte orientale de la Corse. Gérard Pergent, CC BY-SA

Néanmoins, ces prairies sous-marines restent particulièrement menacées par les activités anthropiques (pollution des eaux, aménagements littoraux, ancrage des bateaux de plaisance). Ainsi que par les conséquences du changement climatique (évènements extrêmes, températures, élévation du niveau de la mer). Ces pressions peuvent engendrer une réduction de la capacité de stockage de ces herbiers de Posidonie. Les faisant ainsi passer du statut de puits à celui de sources de carbone.

La surveillance des herbiers marins

Face à ces pressions, le recours à des moyens de surveillance adaptés est cruciale pour évaluer l’état de ces écosystèmes. Dans ce domaine, la Corse fait figure d’exemple. L’île s’est dotée au cours des dernières décennies d’un large éventail d’outils :

  • Un Réseau de Surveillance Posidonies. Il vise à évaluer l’état de conservation des herbiers au sein de 39 sites, répartis sur l’ensemble du littoral insulaire. Pour la mesure, l’étude de paramètres biologiques et environnementaux a été retenue ;
  • Le Réseau TCorseNet, permettant de suivre avec précision l’évolution des températures des eaux marines au niveau de 21 stations ;
  • Un Réseau Alien Corse. Il détecte le plus précocement possible l’arrivée de nouvelles espèces exotiques et proposer des mesures de gestions appropriées.
Plongeur réalisant des relevés au sein de l’herbier dans le cadre du Réseau de Surveillance Posidonies. Sandrine Ruitton, CC BY-SA
Plongeur réalisant des relevés au sein de l’herbier dans le cadre du Réseau de Surveillance Posidonies. Sandrine Ruitton, CC BY-SA

Un inventaire cartographique initié depuis les années 90

Outre la mise en place de ces actions, on a entrepris un inventaire cartographique des habitats marins et notamment des herbiers marins de Corse depuis les années 1990. Une initiative rendue possible grâce à plusieurs campagnes océanographiques, menées en collaboration avec l’Ifremer. L’étude de la distribution et de la dynamique spatiale de ces écosystèmes a donné lieu à la réalisation d’une cartographie continue entre 0 et 100 m de profondeur des herbiers marins, dont les herbiers de Posidonie.

Le déploiement de moyens techniques et scientifiques de plus en plus sophistiqués, tels que les drones ou les robots sous-marins, permet d’affiner ces cartographies. Et d’identifier les points chauds de dégradations. Ainsi les récents relevés cartographiques, menés dans la baie de Sant’Amanza (Réserve naturelle des Bouches de Bonifacio – Corse-du-Sud), ont permis de souligner une régression significative des herbiers marins (-72,9 ha), liée à l’ancrage de la grande plaisance, dont une perte de 7,8 ha au cours de la période 2019-2021.

Vidéo réalisée par Andromède Océanologie pour l’Office de l’Environnement de la Corse (Mission GECT-PMIBB), dans le cadre du Programme de Coopération Italie France Maritime 2014-2020, projet stratégique GIREPAM (Gestion Intégrée des Réseaux Ecologiques à travers les Parcs et les Aires Marines).

Les solutions pour protéger les herbiers de Posidonie

Consciente des enjeux écologiques, la Préfecture maritime de Méditerranée a déployé un arsenal législatif à l’échelle du littoral méditerranéen français. Elle a interdit, en 2016, l’ancrage des navires de plus de 80 m au sein des herbiers de Posidonie. Une interdiction étendue à l’ensemble des navires de plus de 24 m, en 2019. À l’échelon local, cette législation est souvent associée à la création de zones de mouillages réglementés. Et à l’installation de systèmes de mouillages éco-conçus. C’est le cas de la baie de Sant’Amanza. Une zone de mouillages organisés et une zone d’interdiction totale d’ancrage ont été aménagées. Des mesures qui renforcent ainsi la conservation et la protection de ces puits de carbone.

Bien que ces récentes mesures permettent d’espérer une forte réduction de ces dommages, la recolonisation naturelle des zones dégradées par l’ancrage (plusieurs centaines d’hectares) nécessitera des décennies voire des siècles aux herbiers. En effet, ces herbes ont un faible taux de croissance (quelques centimètres par an). Afin d’accélérer la réhabilitation des écosystèmes, altérés par les activités anthropiques, plusieurs projets de restauration écologique ont récemment vu le jour. Parmi eux, un grand nombre visent les herbiers de Posidonie.

À travers la reconstitution de ces paysages sous-marins remarquables, et des services écosystémiques associés, ces actions contribuent aussi à stabiliser les couches sédimentaires riches en carbone. Deux avantages : éviter leur érosion et la libération de stocks millénaires. Ces expérimentations, qui font appel à des méthodes variées (principalement des transplantations de boutures), sont menées dans des conditions environnementales diverses. En conséquence, elles donnent lieu à des résultats très contrastés. En effet, malgré des moyens financiers conséquents, un projet de restauration écologique sur quatre se solde par un échec. Pourquoi ? une mauvaise connaissance des sites récepteurs est souvent la cause.

Le programme RenforC

Suite aux dégradations subies par l’herbier et aux récentes mesures de protections mises en place, la baie de Sant’Amanza a été sélectionnée pour accueillir un projet pilote de restauration écologique : le programme RenforC. Initié en 2021, ce projet inédit a pour objectif de comparer l’efficacité de différentes approches (transplantations). Puis de la comparer à la recolonisation naturelle en l’absence de pression. Enfin, cela permet de valider une stratégie de renforcement de ces puits de carbone. Quatre équipes internationales (France, Espagne et Italie – Sardaigne et Sicile), issues du secteur public et privé, ont été identifiées. Leurs compétences dans le domaine de la restauration des herbiers va leur permettre de participer au projet.

Boutures de Posidonies transplantées à l’aide de systèmes modulaires en bioplastique dans la baie de Sant’Amanza (Corse-du-Sud). Gérard Pergent, CC BY-SA

Après la réalisation d’un état de référence des sites récepteurs, les actions de transplantation ont commencé, au printemps 2021, en collaboration avec les différentes équipes. Un suivi annuel des boutures et de l’herbier naturel se met actuellement en place. Objectif : suivre la vitesse de recolonisation et la vitalité des sites sélectionnés. Au terme du projet, l’évaluation de l’efficacité des actions engagées devrait permettre de proposer une stratégie performante de renforcement de ces puits de carbone. Une méthodologie réplicable à d’autres sites du littoral méditerranéen.

À propos des auteurs :
Briac Monnier.
Docteur en Biologie et Écologie marine, Université de Corse Pascal-Paoli.
Christine Pergent-Martini. Maître de Conférences HDR en Biologie et Écologie marine, Université de Corse Pascal-Paoli.
Gérard Pergent. Professeur des universités.
Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Tags:

A lire aussi :

  • Bioacoustique : une start-up à l’écoute des sols

    Inventer

    Bioacoustique : une start-up à l’écoute des sols

    La firme britannique Baker Consultants a développé un procédé bioacoustique qui permet d'évaluer l'état de santé général d'un terrain. Une technologie prometteuse pour la régénération des sols.
  • Combustible, isolant, bio-béton… connaissez-vous le miscanthus ?

    Découvrir

    Combustible, isolant, bio-béton… connaissez-vous le miscanthus ?

    À première vue, on pourrait le confondre avec un immense roseau. Le miscanthus giganteus a pourtant son propre caractère. Cette plante graminée originaire d’Asie, à l’aspect de cannes souples d’environ 4 mètres de hauteur, suscite un intérêt croissant en France depuis dix ans. Sa culture s’étend aujourd’hui sur 5 500 à 6 000 hectares, avec …