Connectez-vous S'inscrire
We Demain, une revue pour changer d'époque
Assureur partenaire de We Demain

Avec ses nurseries marines, cette entreprise veut repeupler la mer

Par I Publié le 20 Octobre 2017

Début octobre, des centaines de poissons juvéniles placés dans des nurseries sous-marines ont été relâchés dans leur habitat naturel près du port de La Ciotat. À la tête du projet, l’entreprise Ecocéan qui espère réparer l’écosystème marin.


À la sortie du port de Ciotat, un millier de poissons juvéniles ont été relâchés en Méditerranée (Crédit : Rémy Dubas)
À la sortie du port de Ciotat, un millier de poissons juvéniles ont été relâchés en Méditerranée (Crédit : Rémy Dubas)
Jeunes mérous bruns, rascasses, congres, rougets et dorades grises… À la sortie du port de Ciotat, à une dizaine de mètres de profondeurs, un millier de poissons juvéniles ont été relâchés dans les profondeurs de la Méditerranée.

Réalisée début octobre par la PME Ecocéan, l’opération est l’aboutissement du projet Casciomar, un contrat de baie portant sur la zone Cassis, La Ciotat, Marseille qui a débuté en janvier 2016.

Crée en 2003, la société Ecocéan a été fondée pour permettre la restauration écologique des milieux marins endommagés par les activités humaine. Leur solution, baptisée Biorestore se fait en trois étapes. Des "post-larves" de poissons sont pêchées à l'aide de pièges écoresponsables. Elles sont ensuite acclimatées et élevées pendant six mois dans des nurseries à terre, puis relâchées en milieu naturel.

Les poissons juvéniles sont placés pendant quelques jours sous des moustiquaires au fond de l'eau (Crédit : Rémy Dubas)
Les poissons juvéniles sont placés pendant quelques jours sous des moustiquaires au fond de l'eau (Crédit : Rémy Dubas)

Réparer l'écosystème et repeupler la mer

Avant cette dernière étape décisive, les poissons juvéniles sont placés pendant quelques jours sous des filets en moustiquaire au fond de l'eau, le temps qu’ils se réacclimatent. Ces "biohuttes" sous-marines, faites de grillages et de coquilles d'huîtres, leurs permettent de s'abriter. Selon Gilles Lecaillon, président d’Ecocéan, "la préservation ne suffit plus, il faut réparer l’écosystème et repeupler la mer", précise-t-il à l’AFP.

Présente dans une quinzaine de ports en France, l'entreprise Ecocéan développe également ses activités à Baltimore, sur la côte est des États-Unis), aux Pays-Bas, au Danemark, en Corée du Sud ou encore en Jordanie. Que ce soit en France où à l’étranger, Gilles Lecaillon espère avec son entreprise permettre "la restauration écologique" des milieux marins endommagées par les activités humaines. On lui souhaite bon vent !




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE