Tech-Sciences

Confinement : comment éviter la surchauffe numérique

Par I Publié le 25 Mars 2020

Travail, sport, divertissement… La plupart de nos activités se déportent sur le net en cette période de confinement. Un bug est-il à craindre ? Quelles solutions pour éviter la saturation des réseaux, et au passage limiter l'empreinte carbone du numérique ?


Le confinement peut être l'occasion de revoir nos usages numériques et de réduire leur impact carbone. (Crédit : Shutterstock)
Le confinement peut être l'occasion de revoir nos usages numériques et de réduire leur impact carbone. (Crédit : Shutterstock)
Les apéros se font maintenant par skype, les réunions de travail en ligne, et l’école à distance. Alors, comment éviter une saturation de la bande passante, et limiter dans le même temps l'empreinte carbone de ces activités numériques en plein boom ?

En Espagne par exemple, "les réseaux connaissent une augmentation du trafic de près de 40 %. L'utilisation des téléphones portables a augmenté d'environ 50 % pour la voix et de 25 % pour les données", a indiqué l'opérateur Telefonica, cité par France Inter. Avant d’ajouter, "Le trafic provenant d'outils de messagerie instantanée a été multiplié par cinq et celui lié aux outils de travail à distance par quatre"
 
Le PDG de Telecom Italia constate lui "une augmentation de plus de 70  % du trafic Internet sur [le] réseau fixe, avec une forte contribution des jeux en ligne tels que Fortnite ".

Eviter le streaming en journée

En France, les opérateurs téléphoniques ont affirmé être prêts à affronter cette crise, malgré quelques ralentissements.
"Les ralentissements constatés par les clients sont en partie dus à des pics de consommation sur les services de streaming mais aussi sur les appels vocaux ou vidéos entre personnes confinées", explique Arthur Dreyfuss, président de la Fédération Française des Télecoms, à Le Parisien.  
  
Pour contrer ce type de problème, les fournisseurs d'accès à internet appellent les utilisateurs à la "responsabilité numérique". "Nous entrons dans une ère de discipline sociale", a même affirmé Arthur Dreyfuss, cité par Sciences et Avenir.

"Nous ferons tous acte de civisme si nous ne regardons pas (ou moins en journée) de streaming et autre VOD, surtout en haute qualité. Laissons la bande passante au télétravail",  a pour sa part écrit sur twitter le directeur général du Groupement d’Intérêt Public Action contre la Cybermalveillance (GIP ACYMA).

Baisser la qualité des vidéos regardées

Une demande reprise par Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur, qui tweete le 8 mars : "Pour sécuriser l'accès à Internet pour tous, passons à la définition standard lorsque la HD n'est pas nécessaire."

Netflix, qui représentait 20 % du flux avant la pandémie, et YouTube, ont d'ailleurs tous les deux réduit la qualité de leur vidéo, en les passant en qualité standard par défaut (et non plus en haute définition).
 
Pour garantir la connexion des milliers de télétravailleurs, l’Arcep (l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) vient pour sa part de publier un guide. Elle explique par exemple aux particuliers comment bien paramétrer sa box ou comment choisir entre 4G et Wifi.

Réduire l'empreinte carbone liée au numérique

Un usage raisonné du Net qui peut aussi aider à réduire son impact carbone. Dans le rapport La face cachée du numérique, publié en novembre 2019, l’Ademe soulignait : le numérique "est responsable de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et la forte augmentation des usages laisse présager un doublement de cette empreinte carbone d'ici 2025"

Pour l'heure, si la baisse des déplacements et activités industrielles liée à l'épidémie a plutôt tendance à réduire les émissions, notamment en Chine, celles liées au numérique ne sont pas encore mesurées. 

Mais, d'ores et déjà, on peut profiter de ce confinement pour réduire son empreinte numérique, par exemple en suivant les conseils de Julien Vidal, comme bien sûr baisser la qualité des vidéos regardées, mais aussi choisir un moteur de recherche respectueux de l’environnement, trier ses mails ou encore se désabonner des newsletters jamais lues.
 





wedemain.fr sur votre mobile